Accueil > Actualités > Des plantes aromatiques bio pour préserver nos ressources en eau

Environnement

S'abonner aux flux RSS

mardi 17 juillet 2018

Des plantes aromatiques bio pour préserver nos ressources en eau

Encourager des pratiques agricoles durables pour préserver la qualité de notre eau, c’est la démarche vertueuse dans laquelle s’est engagée La Rochelle avec ses partenaires.

Pour sa fourniture en eau potable, La Rochelle est propriétaire et exploitante en régie des captages de Varaize, Fraise-Boulard et Anais, à l’est de l’agglomération. Ces captages fournissent 30 % des besoins de la population rochelaise (le fleuve Charente fournissant le reste). Il est donc essentiel, pour la Ville, de garantir la qualité de cette eau. C’est tout le sens de son engagement, depuis 2005, dans le programme « Re-sources » pour l’amélioration de la qualité de l’eau souterraine.

La mission du programme Re-sources est de préserver et maintenir la qualité de l’eau présente dans la nappe souterraine, en aidant à faire évoluer les pratiques (agriculture biologique, de conservation, réduction des engrais, mise en prairie, agroforesterie...) sur les parcelles situées en surface. Depuis le démarrage de ce programme incitatif, près de 300 hectares sont ainsi passés en bio, toutes productions confondues.


Pluralité d’acteurs pour un but commun

Avec les acteurs économiques agricoles partenaires de Re-sources, La Rochelle contribue pleinement au programme, par l’acquisition de parcelles, le soutien à leur exploitation en fermage et l’encouragement à ces pratiques durables. Sur Varaize, cela passe par exemple par l’aide à la conversion de parcelles en céréales conventionnelles vers des plantes aromatiques et médicinales biologiques (lavandins, thyms, camomille…).

Ce projet, porté par la Fédération Régionale d’Agriculture Biologique de Nouvelle-Aquitaine (FRAB), le GIE Biolo PAM 17 et la Ville de La Rochelle et financé, à hauteur de 70 %, par l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, permet aux exploitants volontaires de tester, d’une part, la conversion au bio sur une faible surface, ce qui peut être plus rassurant qu’une conversion directe et totale de toute l’exploitation ; de diversifier, d’autre part, leurs productions, ce qui est également une sécurité économique, suivant le sage principe : « on ne met pas tous ses œufs dans le même panier ».

Depuis 2017, cinq producteurs se sont engagés dans cette production et au moins cinq autres se lancent ce printemps 2018. Tous bénéficient d’un soutien technique et financier. La transformation en huiles essentielles de cette production locale s’effectue actuellement dans le Maine-et-Loire, mais si les volumes se révélaient suffisants, la création d’une unité de distillation pourrait être envisagée sur le territoire, ce qui marquerait l’aboutissement d’une démarche vertueuse de bout en bout.

picto météo
Aujourd'hui
16°C | 22°C
Soleil

Vendredi

picto météo

19°C
Couvert, bruines ou pluies

Samedi

picto météo

20°C
Soleil

Marée

Marée Haute 10h25 | Marée Basse 3h47

Marée Haute 22h53 | Marée Basse 16h14

Services en ligne

     

        

        

       

 

 

© La Rochelle 2008