Écoutez
Coefficient de marée à Voir les marées

Présentation de l'exposition

C’est bien d’immersion que se nourrit ici le propos, de plongée et de survol de l’un des plus grands problèmes de notre temps, celui du climat ; du rôle que joue l’Océan dans la mécanique climatique, du jeu complexe qui unit ces deux “organismes“. Car le changement climatique bouleverse les écosystèmes marins, et lorsqu’ils sont perturbés, cela influe sur le système climatique terrestre. L’Océan est un climatiseur global, « Notre assurance tous risques » selon l’océanographe Françoise Gaill, mais les activités humaines dérèglent cette vieille entente. L’exposition, dont les contenus s’appuient sur l’expertise de scientifiques de renom, fait le récit de ce lien intime, des périls, et de ce que l’on peut encore sauver. Elle aide à comprendre tout cela de façon ludique, interactive, poétique et humoristique.

Une balade virtuelle

Crise sanitaire oblige, et donc faute de pouvoir en profiter en étant lui-même acteur de sa balade climatocéanique, le visiteur peut désormais se rendre sur le site de l’expo et la parcourir depuis son ordinateur, son portable, sa tablette grâce à un système multiplateforme.

Fin janvier Arnaud Frich, photographe spécialiste des prises de vues destinées à la réalisation de visites virtuelles, a effectué sur le site un remarquable travail à 360°. 18 panoramas pour un merveilleux récit visuel et sonore qui garde intact le sentiment de fluidité dans le parcours, chaque station montrant systématiquement une partie de l’espace précédent. Et dans chacun, bien sûr, viennent s’insérer les contenus numériques de l’exposition : vidéos, motion design, animations, musique, voix off…

C’est donc comme si vous y étiez. Et vous y êtes !

Il suffit de se laisser porter pour aborder toutes les thématiques développées : “L’Océan comme écosystème“ ; “La mécanique Océan/climat“ ; “Les menaces qui pèsent sur l’Océan“ ; “Les paléoclimats“ (passionnante archéologie climatique !) ; “Les conséquences du réchauffement“ ; “La résilience du vivant“ ; “Comment le savent-ils ?“ (les outils de la science, l’état des connaissances); “Et si nous décidions ?“… qui invite chacun à s’engager en sortant (au jour où nous écrivions ces lignes près de 15 400 promesses d’engagement citoyen étaient enregistrées sur climat-ocean.fr).

L’art sert le message

Au-delà de l’aspect scientifique et de la qualité d’expertise de l’exposition, Thomas Girault, qui en est le directeur artistique, a réellement mis en scène l’Océan et le climat en apportant à son travail une note résolument créative, une sensibilité rare dans ce type de réalisation et un mode d’écriture propre à mieux faire passer le message. Sont convoqués ici poètes, plasticiens, vidéastes : Pascal Ducourtioux dont la musique immersive emmène le visiteur vers les abysses ; Georges Nuku, artiste néo-zélandais qui a sculpté Marakirau, mi-poisson mi-femme, dans le plastique ennemi des Océans ; Yuki Kihara dansant son solo inspiré par un tsunami ; et tout au long du cheminement dans l’expo, quantité de textes en rapport avec l’Océan et le ciel portés par la plume d’Aimé Césaire, Blaise Cendrars, Marguerite Duras, Hemingway et tant d’autres.

Pour détendre un peu la pression subie entre deux tornades, il faut s’attarder aussi (ce que propose la visite virtuelle) sur le moment de sourire offert par le cabinet des absurdités. Une parenthèse dada-surréaliste conçue sur la modèle des cabinets de curiosités du XVIIe siècle. Celui-ci en reprend le décor mais saisit les infox au pied de la lettre pour les détourner et dénoncer dans une série d’œuvres drolatiques. S’y trouvent pêle-mêle : un bocal à poisson rouge sans poisson rouge ; le cerveau carré de l’espèce humaine (désormais ainsi formaté) ; un réfrigérateur ouvert sur la fonte des glaces ; et tous les mensonges, bobards, enfumages et hypocrisies hélas colportés par certains gouvernants de pays réputés puissants. Allons dans le mur, mais allons-y en riant !

Sur le ton de l’humour encore – voire du cynisme – la presque dernière étape de l’expo propose un épisode de “Et tout le monde s’en fout“. Fabrice de Boni a spécialement réalisé pour l’exposition ce focus océano-climatique qui fait désormais partie des plus regardés de sa web-série !

Voici donc une visite pas si virtuelle que cela : elle emprunte tous les langages de la science et des arts pour donner à voir une réalité sur l’état de notre planète et ce que nous devons en faire.

20 entretiens avec des personnalités des sciences, de la politique et des arts

Surfant entre climat et Océan pour découvrir l’exposition climat-ocean.fr  profitez également de ces vingt entretiens en ligne visibles sur le site Climat-océan.fr et sur ce site. Ils ont été spécialement réalisés avec dix personnalités scientifiques, politiques et artistiques, chacune abordant, de son point de vue (littoral ou maritime et des glaciers aux instances gouvernementales), la problématique du climat et de l’Océan, ainsi que les enjeux résultant du changement climatique.

  • L’exposition Climat-Océan du Musée Maritime durera jusqu’au 31 octobre 2022, selon les horaires suivants lorsqu’elle ouvrira au public : jusqu’au 31 mars de 14h à 17h30 du lundi au vendredi ; de 10h à 17h30 les WE, fériés et vacances scolaires. A partir du 1e avril tous les jours de 10h à 18h30

A consulter également la plateforme ocean-climate.org

Dernière mise à jour : 23 avril 2021

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?