Accueil > Environnement- Santé publique > Charte Terre Saine

Charte Terre Saine

Notre environnement influence notre santé. La qualité de l’air que nous respirons, de l’eau que nous buvons et des aliments que nous mangeons, ainsi que les objets que nous utilisons, le bruit que nous subissons sont autant de facteurs qui influencent notre santé de manière positive ou négative.

Une influence reconnue par la loi

La loi constitutionnelle sur la Charte de l’Environnement du 28 février 2005, reconnaît l’influence de l’environnement sur la santé humaine.

En 2006, la limitation des pollutions des eaux et des sols dues aux pesticides devient une priorité dans le Plan Régional Santé Environnement Poitou-Charentes.

En 2007, le Grenelle de l’environnement précise l’importance de la réduction de l’exposition de la population aux pesticides.

Initiée par la région Poitou-Charentes, la charte Terre saine invite les communes à participer à la réduction, puis à la suppression des pesticides. L’objectif est double :

  • protéger la santé des habitants de la région
  • préserver un environnement sain en Poitou-Charentes.

Cette action s’inscrit dans le cadre du Plan Régional de Réduction des Pesticides en Poitou-Charentes, adopté en 2007.

La Rochelle signe la Charte Terre Saine en 2009

La ville de La Rochelle a ainsi mis en place son plan d’actions depuis 2009, en signant la charte Terre saine la même année.

Si la loi du 1er janvier 2017 interdit aux collectivités d’utiliser des pesticides sur l’espace public (parcs, squares, accompagnement de voirie), c’est le cas depuis 2014 à La Rochelle.

Toutefois, la loi permet l’usage de pesticides sur les sites spécifiques ou sensibles, tels les terrains de sports et les cimetières.

Sur les 52,4 hectares qu’ils représentent à La Rochelle (12 % des 437 hectares d’espaces verts de la commune), 12,4 hectares ont fait l’objet de traitements herbicides ciblés et avec parcimonie.

Réalisés à des doses inférieures aux préconisations en vigueur, cela permet de contenir la surcharge de travail liée aux conditions météos très favorables au développement de la flore spontanée. Pour 2017, cela concerne certains abords de terrains de sports (0,6 hectares traités sur 30 hectares), le cimetière de Saint-Eloi (5 hectares traités sur 14 hectares) et le cimetière paysager (6,80 hectares traités sur 8 hectares). Les trois autres cimetières de la commune sont désormais gérés sans pesticides.

Les actions visant à réduire encore les quantités utilisées se poursuivent sur ces 2,85 % de la surface totale des espaces verts de la ville.

La ville a ainsi obtenu un premier papillon en 2016 (un papillon seulement possible par an). L’objectif d’obtenir trois papillons (maximum possible) est une reconnaissance de l’engagement de la ville et du travail des agents pour gérer écologiquement des espaces verts.

Pour en savoir plus : 

© La Rochelle 2008