.

J o u r n a l

a Rochelle 79 L
d ' i n f o r m at i o n s d e l a V i l l e d e l a r o c h e l l e

n u m é r o

le journal

octobre 2009

k Dossier

Déplacements : circulez, y’a tout à voir
pages 18 à 21

La Rochelle, généreuse et belle

2 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Editorial de maxime Bono, Député-maire de La rochelle
Les émissions de gaz à effet de serre, causes majeures du changement climatique, rendent l’avenir incertain. L’enjeu citoyen des prochaines années sera de les réduire en changeant nos comportements. Un objectif qui bien sûr concerne l’action municipale puisque les transports, 33% d’émission de CO2, et le logement, 28%, sont parmi les facteurs les plus polluants. Il nous faudra modifier nos villes pour faciliter, encourager ces changements de comportement, soulager aussi la charge qui pèsera sur chacun de nous car la fiscalité nouvelle de la taxe carbone frappera les plus gros consommateurs. Éviter les déplacements en véhicules individuels chaque fois que cela s’avère possible, grâce à un système de transports publics agréable, simple à utiliser, peu coûteux et à notre portée. Pour cela, un maître mot : à chaque besoin, une solution. C’est le thème du dossier de ce journal. C’est aussi le sens du Projet d’Intérêt Général que nous développons pour permettre à un maximum de Rochelais de résider en centre-ville, proches de ses centres d’intérêt. Fort heureusement, la vie n’est pas faite que d’inquiétude, prenons le temps de souffler... Un match au Stade Rochelais nanti de nouvelles tribunes, le Marathon, le théâtre Saint-Martin, les Escales Documentaires, l’année de la Turquie et bien d’autres manifestations sont autant d’occasions de profiter des agréments de La Rochelle. Et essayons d’y participer, si possible sans voiture, grâce aux nombreuses solutions de mobilité proposées. Je suis sûr que l’une d’elles peut répondre à votre attente.

© Fred Lelan

Député-Maire de La Rochelle

Maxime BONO

octobre 2009

Sommaire du numéro de
4 et 5 6
à

mi-octobre à mi-décembre 2009
Jeunes Culture
Marie Havy, la princesse du tatami 12-25 ans : Initiatives jeunes Centre Intermondes : rentrée multiculturelle Escales Documentaires, 9e édition Marie Stuart et Accrochage N°3 aux Beaux-Arts Saison de la Turquie à La Rochelle
page 4 page 5 page 6 page 7 page 8 page 9

9

6

11 à 13

Économie

Roulotte de la soie page 11 Boutique du terroir : les producteurs d’Aunis page 12 PARIE : insertion professionnelle, maintien d’emploi page 13 Toit et moi : logement étudiant 40 ans d’AVF Permanences juridiques à la Passerelle 6e forum des associations
Déplacements : circulez, stationnez, profitez Une nouvelle ère pour le bus Stationnement : une solution pour chaque besoin
page 14 page 15 page 16 page 17

12

Directrice de la publication : Maryline Simoné Rédacteur en Chef : Guillaume Krabal Secrétariat de rédaction : Judith Provencher Photos : Julien Chauvet et Guy Genty Ont participé à ce numéro : Philippe Arramy, Elian Da Silva Monteiro, Karen Delarge, Sylvie Girot, Dany Huc, David Labardin, Marcel Lardeux, Maud Parnaudeau, Eric Pasquier, Virginie Richard, Charles Vincent. Maquette : RC2C La Rochelle Régie Publicitaire : Performances Sport - 05 46 43 19 20 Impression : Imprimerie IRO Dépôt légal : 4ème trimestre 2009 Tirage : 43 500 exemplaires n° ISSN 1140-6283 La Rochelle - le Journal est édité par le service Communication de la Mairie de La Rochelle BP 1541-17086 La Rochelle CEDEX 02 Tél. : 05 46 51 50 17 www.larochelle.fr le Journal de la Ville de la rochelle est disponible sur support cd à la bibliothèque sonore de la rochelle, 05 46 34 78 46
Papier recyclé

14 à 17

Social-Santé

18 à 21

Dossier

page 18 page 18 page 20 Nouveaux tarifs, nouveaux services page 20 La part belle aux piétons : plus de vie dans la ville page 21

18

23

LR du Temps

La maison Henri II Découverte des réserves de Tasdon et Pampin Hôtel de Ville : quatre ans de travaux La Motte Rouge commence sa mue

page 23 page 24 page 25 page 27 page 28 page 29 page 32 page 33 page 34 page 35 page 35

24 et 25 Environnement Vagues et littoral, expo Surf Riders Foundation 27 à 31 Ville en chantiers Mireuil : la métamorphose s’accélère

27

32 et 33 34 et 35

Sports Nous, vous, ils

La nuit des arts martiaux Iron man : rêve d’un Rochelais devenu réalité

Pierre Cardineaud : l’homme qui voulait voler Sophie Gauvreau : le goût de la pêche Kim Ly : la voie du massage

La Rochelle - le journal - octobre 2009

3

Jeunes
Espoir sportif

La princesse du tatami
Carré Amelot : les spectacles pour les enfants
© Cie Le Clan des Songes

La saison reprend dare-dare au Carré Amelot, avec les 16 et 17 octobre le spectacle Fleur de sel. En chansons et en musique, comédiens et marionnettes offrent aux cinq à sept ans un repas humoristique, à la fois gourmand et poétique. De marionnettes il est également question dans La nuit s’en va le jour. Programmé les 10, 11 et 12 décembre à la salle polyvalente de Villeneuve-les-Salines, La nuit s’en va le jour est un voyage étonnant qui conduit le jeune spectateur, de quatre à six ans, dans un grand dôme éclairé, à la rencontre du monde habité de la nuit. Enfin, pour les plus grands (sept à neuf ans), à retenir la pièce Petit Pierre, programmée le 20 novembre à la salle des fêtes de La Pallice. j
Rens. Carré Amelot 05 46 51 14 70 contact@carre-amelot.net

Vincent Mineur, nouveau directeur du FJT
Retour au bercail pour Vincent Mineur, quarante-sept ans, qui depuis le début de l’été a pris la direction du Foyer des Jeunes Travailleurs. En provenance du CRES (Comité Régional d’Education pour la Santé) à Poitiers, ce saxophoniste passionné de jazz fut en effet directeur du Centre Social du Vent des îles il y a quelques années. Deux grands chantiers l’attendent dans ses nouvelles fonctions : réhabiliter le bâtiment et le mettre aux normes pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Avec également en projet, la création d’un second foyer dans le quartier de Villeneuve-lessalines. Accueil ouvert du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 19h. j
Rens. 05 46 00 79 00 contact@fjt-larochelle.com www.fjt-larochelle.com

Marie Havy, 18 ans, pensionnaire du Judo Sport Rochelais, est l’un des espoirs du judo féminin français. Sous ce visage d’ange se cache une forte personnalité, travailleuse et tenace. Rencontre

«D

Une crèche interentreprises à Périgny
C’est une première en Charente-Maritime ! La crèche construite dans la zone d’activité de Périgny fonctionnera du lundi au samedi sur des plages horaires très larges (6h - 21h30), et sans fermetures annuelles. En service dès janvier 2010, elle pourra recevoir quarante-deux enfants, âgés de trois mois à quatre ans. Autre originalité, ce sont les entreprises qui doivent réserver et financer les places pour leurs salariés. Le projet, porté par l’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales) est financé par la CAF et la CdA qui a donné les terrains. j
Rens. 05 46 28 37 00 crecheperigny@udaf17.fr

evenir la 1ère junior française, afin de participer aux mondiaux et aux championnats européens». D’emblée, Marie Havy annonce la couleur. Mais loin de traduire une ambition démesurée, cette manière de s’exprimer révèle plutôt la détermination sans failles de la judokate. Une jeune femme de dixhuit ans qui passe de vingt à vingt-cinq heures par semaine sur les tatamis, entre les compétitions, son quotidien au pôle France de Bordeaux et ses entraînements du week-end au Judo Sport Rochelais, son club de toujours. « Elle est particulièrement tenace, reconnaît Willy Dubois, son entraîneur à La Rochelle. Quand je lui donne un travail à faire, je sais qu’elle va s’y atteler toute la semaine à Bordeaux. Parfois, il lui arrive même d’en redemander. Et en compétition, elle se bagarre jusqu’au bout. » Cette force de caractère, Marie Havy la forge depuis treize ans déjà. « Sur les conseils d’une institutrice de maternelle, mes parents m’ont inscrite au judo dès six ans car j’avais une certaine tendance à être hyperactive », se souvient-elle. « Cela lui a également permis de s’ouvrir aux autres, de prendre confiance, même si elle continue parfois de douter » rajoutent sa mère, Christelle, et son père, Jean-Michel, devenu président du Judo Sport Rochelais.

deux de ses mouvements préférés. Bien qu’elle prépare un baccalauréat série S, son souhait le plus cher reste d’intégrer le saint des saints, l’INSEP (Institut National du Sport et de l’Education Physique), où s’entraînent les membres de l’équipe de France. Mais il reste encore quelques marches à gravir, à commencer par les championnats de France de 1ère division, les 9 et 10 janvier 2010, où elle va se frotter à des athlètes seniors rompues aux joutes Olympiques et mondiales, telles Delphine Delsalle et Audrey Larizza. Et nul doute qu’elle pourra compter sur le soutien de tout son clan, notamment sa grandmère paternelle, qui espère collectionner encore longtemps les coupures de presse consacrées à sa petite fille, mais aussi sa cadette, Julie, elle aussi touchée par le virus du judo et pensionnaire du pôle espoirs à Poitiers. Qui sait ! Peut-être qu’un jour, les sœurs Havy se disputeront un titre national ! j
Ses récentes performances :
l 2e du classement final des tournois nationaux l 3e des championnats de France juniors l 3e du tournoi mondial de Lyon l 1ère d’un tournoi européen en Ukraine

Entrer un jour à L’INSEP
Aujourd’hui, gagnée par la passion du judo, Marie ne voit plus l’avenir sans o uchi gari ni o soto gari,

Pour suivre les exploits de Marie Havy, rendez-vous notamment sur le site Internet du Judo Sport Rochelais : www.judosportrochelais.fr

4 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Jeunes

Textes : Eric

Pasquier photos : Julien Chauvet

Les 20 ans des Droits de l’Enfant
Tous les ans, l’Hôtel de Ville accueille pendant trois jours une manifestation consacrée à la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Des journées ouvertes aux élèves de l’élémentaire et composées d’ateliers d’expression artistique ou de jeux au cours desquels les enfants découvrent leurs droits. L’opération est reconduite cette année avec le concours du plasticien Benoît Hapiot et se déroulera du 18 au 20 novembre. Pour marquer le 20e anniversaire de la Convention, une journée spéciale, le mercredi 18 novembre, se tiendra en effet au Forum des Pertuis, où sera monté un village des droits de l’enfant. Une action à destination des centres de loisirs. j Rens. Association départementale des Francas de Charente-Maritime, 05 46 27 38 09 francas17@wanadoo.fr

Initiative Jeunes

Coup de pouce aux jeunes
Apprendre et s’amuser
Choisissez un thème entre sciences, développement durable et prévention. Enrobez-le d’un scénario ludique et éducatif. Faîtes servir le tout par un animateur façon professeur Foldingue et vous aurez un atelier « Fun Science ». Ancien professeur de sport, Frédéric Mazière a créé sa société ANIMAZ’. Campings, foire expositions, salons, centres de loisirs ou écoles, il intervient sur tous les fronts pour faire participer jeunes et enfants à des expériences étonnantes. j
Rens. 05 46 01 59 46 ou 06 82 31 06 62 lesdeuxcharentes@funscience.net
© Frédéric Mazière

Depuis la fin des années 80, la Ville de La Rochelle apporte chaque année un soutien financier à des projets menés par des jeunes. Pour renforcer ce dispositif, une campagne d’information démarre au cours du dernier trimestre 2009

animations pour enfants dans les bibliothèques :
>>> Mercred’images

P

our bénéficier de l’aide à l’initiative des jeunes, il faut d’abord présenter les conditions suivantes : être âgés de douze à vingt-cinq ans à la date de remise du dossier de candidature et résider à La Rochelle. Le projet présenté, qu’il soit individuel ou collectif, doit être d’intérêt général et si possible, être en lien avec la population voire soutenu par des structures culturelles, sportives ou sociales. L’examen des dossiers se fait par un jury composé de : l’adjoint au maire Enfance Jeunesse (Mme Catherine Benguigui), un membre désigné du service Vie Sociale Jeunesse, un autre adjoint au maire concerné par la thématique du projet et un représentant du CDIJ (Centre Départemental Information Jeunesse).

projet, à structurer leur dossier, par exemple, à mettre en valeur la part d’autofinancement. Pour être plus réactive, la commune a désigné une personne référente, Séverine Fuleran, chargée de circuler dans les quartiers afin de donner des informations sur les moyens d’obtenir des aides. Elle accompagnera les projets et fera également le lien avec les membres du service Vie Sociale Jeunesse. j
Pour monter un dossier, un numéro : le 06 84 54 93 47 Ou rendez-vous au service Vie Sociale Jeunesse à l’Hôtel de Ville

Le cinéma pour les enfants ne se résume pas aux dessins animés et films d’animation. À raison de trois mercredis par mois, les bibliothèques municipales proposent donc aux trois à huit ans de découvrir la diversité du cinéma jeune public : fictions, documentaires, oeuvres classiques ou contemporaines... Les séances se tiennent à la bibliothèque de Laleu-La Pallice, le premier mercredi, à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines le troisième mercredi du mois et à la bibliothèque de Mireuil le quatrième mercredi du mois. Elles sont gratuites mais pensez à réserver ! j
>>> Bébés-lecteurs

Menées par des intervenantes professionnelles, ces séances de lectures, chansons et histoires ont pour objectif de développer l’éveil culturel des enfants de trois mois à trois ans. Basées sur l’échange, elles visent également à sensibiliser les parents et les professionnels des structures d’accueil à l’importance du langage et de l’écrit dans le développement de l’enfant. Chaleureuses et conviviales, elles se déroulent dans les bibliothèques mais sont aussi organisées dans les crèches, centres sociaux ou halte-garderie. j
>>> Heure

du conte

Une personne référente
Avant d’accorder ce coup de pouce financier, le service Vie Sociale Jeunesse propose d’aider les demandeurs à transformer leur idée en

Le mercredi, les bibliothèques programment des séances de contes par tranche d’âge (de trois à neuf ans) aussi bien pour le public individuel que les groupes des centres de loisirs municipaux ou associatifs. Les bibliothécaires racontent ou lisent des histoires selon différents thèmes, annoncés par affiche, en lien avec l’actualité de la bibliothèque, du quartier, de la saison... L’occasion pour grands et petits de partager l’émotion des mots, de s’émerveiller, de rire ou même parfois de se faire un tout petit peu peur. j
Rens. Bibliothèque de Laleu-La Pallice, 10, rue de Montréal, 05 46 42 25 58 Bibliothèque de Mireuil, 28 place de l’Europe, 05 46 43 87 81 Médiathèque de Villeneuve-les-Salines, place du 14 Juillet, 05 46 44 01 27
La Rochelle - le journal - octobre 2009

5

Culture

Au carrefour des mondes
Toujours beaucoup d’activités au Centre Intermondes ! À noter plus particulièrement ce trimestre, côté théâtre, les résidences de l’haïtien Patrick Joseph au talent très prometteur et du remarquable libano-québécois Wajdi Mouawad et, côté arts visuels, l’étonnant Australien Laith McGregor
© Fred Lelan

Centre Intermondes

La Médiathèque fait son cirque
Et nous invite à découvrir une poétique exposition tirée de l’univers merveilleux de l’artiste Pablo Parés, qui se définit comme « un empailleur de bulles de savon » ! Si pour Eluard, « la terre est bleue comme une orange », pour Pablo Parés « le cirque est bleu comme la lune ». Ses personnages miniatures et insolites, en pâte à modeler et en fil de fer, sont comme surpris en pleine activité. Un bien joli voyage dans le rêve, la couleur et le cirque de la vie avec ses virevoltes et ses jeux de piste. « Je fabrique le visible pour montrer l’invisible en vous » explique-t-il. Une exposition qui nous rend nos yeux d’enfants à voir absolument, jusqu’au 2 janvier, à la Médiathèque Michel Crépeau. j
Rens. 05 46 45 71 71 - www.pablo-pares.com

Xin Art ou l’amour de l’art
C’est une charmante galerie nichée place de La Fourche où voisinent artistes confirmés et qui émergent. Loin de la vision élitiste de l’art, Alexandra Planas souhaite y rendre accessible l’art au plus grand nombre et privilégier les artistes locaux. À voir absolument, les extraordinaires sculptures taillées à la tronçonneuse de Jurgen Lingl-Rebetez. Ses œuvres tournent en permanence ainsi que les fusains d’Olivier Suire Verley. À leurs côtés, du 10 au 31 octobre, des aquarelles de Greta Wehbé et des céramiques d’Agnès His. Du 7 au 28 novembre, Isabelle Mentré et ses peintures sur bois et plexis. Enfin, à partir du 5 décembre, Vincent Ruffin et ses toiles du quartier de la Pallice. j
Mardi et jeudi de 12h à 18h, vendredi et samedi de 12h à 19h et le dimanche de 15h à 18h www.xinart.fr

Marines
La mer, les marins, les bateaux... Un univers que Thierry Varenne aimait à représenter sur ses toiles, ses fusains et gouaches ou ses aquarelles, une technique qu’il privilégiait. Ses maîtres : Marin Marie, Jonking, Boudin, comme lui, peintre de la mer. Il nous a quittés le 24 juin 2007 à La Rochelle où il résidait depuis quinze ans. Il nous laisse une peinture sensible et limpide d’une grande douceur. On y respire l’air marin, le regard prend le large et s’apaise. Une exposition à ne pas manquer, à l’accueil de l’Hôtel de Ville, jusqu’au 1er décembre. j

asserelle entre les mondes, non seulement au sens géographique du terme mais aussi espace de mise en relation entre « voisins » de la création artistique (musiciens, chorégraphes, metteurs en scène, peintres, etc.), ainsi qu’entre des structures culturelles (Larochellelivre, Les Éclats chorégraphiques...), telle est la vocation du Centre Intermondes. Résidences d’artistes, spectacles, rencontres... s’y succèdent pour mettre La Rochelle au cœur d’une réflexion sur le monde.

P

des rencontres, des lectures et l’animation d’un stage d’improvisation. Les 8, 11, 17 et 22 décembre.

Le virtuose du bic
Sa particularité : il dessine au bic avec une incroyable précision ! Artiste australien, Laith McGregor vient travailler sur l’art du portrait à la française revisité dans son univers contemporain. Ateliers ouverts, rencontres scolaires et tout public jusqu’en décembre. j
Rens. 05 46 51 79 16 - www.centre-intermondes.com

Jérusalem, la vie, l’attente, le désir...
Deux magnifiques expositions de photographies au Carré Amelot : les séries Jérusalem et Les visages extraites du travail de Didier Ben Loulou à Jérusalem où il vécut de 1991 à 2006. Ni documentaire, ni reportage mais des oeuvres d’une beauté et d’une force rare qu’il a fait réaliser en couleur par des tirages Fresson (procédé au charbon) offrant ainsi une grande finesse de détail et une richesse exceptionnelle de tons : «Je n’ai cessé de faire une photographie qui ne tend pas à la représentation mais à l’identification des choses». Ne ratez pas ce pur moment d’émotion face aux tirages originaux. Première partie, du 14 octobre au 5 novembre et deuxième partie, du 19 novembre au 20 décembre. j
Rens. 05 46 51 14 70 - www.carre-amelot.net - www.didierbenloulou.com

Théâtre de l’espérance et théâtre de l’exil
« Au-delà de tout ce qu’on voit de désespoir, il reste quelque chose de beau de notre pays et c’est ce grain de beauté qui est présent dans « Incessants » nous confie Patrick Joseph, metteur en scène et acteur haïtien. Avec l’actrice Iramène Destin, il travaille ce texte intense de Guy Junior Régis, Incessants. Répétitions publiques les 21 et 22 octobre. Il nous dit la guerre, dans un Liban qui ne dit pas son nom, la quête des origines, l’exil... Metteur en scène, dramaturge, romancier et comédien reconnu dans le monde entier, le québécois Wajdi Mouawad, sera présent pour

Objectif : Escales Indiennes 2010
En 2010-2011, les Escales indiennes auront lieu à La Rochelle. Pour préparer l’événement, le centre Intermondes et l’Alliance française de Bombay ont signé une convention de partenariat. L’Alliance française facilite l’identification et la venue des acteurs culturels indiens et assure la coordination et la recherche de financements en Inde. Opérateur, le Centre Intermondes assure l’organisation de l’accueil des artistes et leur programmation. j

6 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Culture

Textes : Virginie

Richard photos : Julien Chauvet

La danse nous mène au CCN
Si la compagnie de Kader Attou, Accrorap, est en tournée ce trimestre, ce n’est pas pour autant que rien ne se passe du côté de la Chapelle Fromentin. Fidèle à son projet de partage et de rencontre, Kader Attou accueille au CCN et ouvre son plateau à des compagnies en résidence ou à des festivals. Le 14 octobre, dans le cadre des Éclats chorégraphiques, mise en résonance des spectacles des Compagnies Zahrbat et Ziya Azazi. Pour la compagnie Zahrbat, What did you say ? : quatre poèmes de Carolyn Carlson et le désir du danseur chorégraphe de revenir sur son propre parcours. Ziya Azazi, quant à lui soulève l’espace, danse et tournoie jusqu’à l’extase avec Dervish in progress. Le 31 octobre, Gabin Nuissier, père de la danse hip-hop française, et sa Cie Aktuel Force renouvellent le langage chorégraphique avec Le temps qui danse pour « mettre à nu la palette de toutes ces émotions, et plus particulièrement lorsqu’elles sont confrontées à un big bang qu’est la rencontre d’un autre ». Enfin, n’hésitez pas à assister aux répétitions publiques ou aux travaux en cours de compagnies en résidence, les 6 et 20 novembre et le 17 décembre. j *CCN : Centre Chorégraphique National Rens. 05 46 41 17 75 - www.ccnlarochelle.com

Escales documentaires

Clap aux documentaires de création
9e édition des Escales documentaires, du 9 au 15 novembre : projections de films du monde entier, lieux inédits de projection, rencontres avec le public... Une occasion unique de découvrir le documentaire de création

© Julien Breton

Caresse de vie
Marina Cedro ou l’art de conjuguer avec talent, poésie, danse, chant et musique. Une grâce infinie, une voix chaude qui vous transporte au plus caché de la passion intérieure. Dans Amor a dos I, prélude à un prochain spectacle Amor a dos II, elle chante et dit des poèmes de Ana Becciu sur une musique de tango, avec son piano, véritable prolongement d’elle-même et de ses sentiments. Un remarquable travail avec la texture du corps et la texture du piano avec la complicité de Françoise Bachelard pour l’écriture corporelle. Un spectacle voulu dans un rapport d’intimité avec le public. Allez-y ! En quittant le théâtre, vous aurez envie d’aimer la vie ! Espace Bonpland, les 3, 4 et 5 décembre, à 20h30. j
Réservation au 05 46 44 96 48 - www.marinacedro.com

Echanges culturels, nouvel enjeu des relations internationales
Les relations internationales entre états se sont longtemps étudiées à travers le prisme des relations diplomatiques, militaires, stratégiques ou économiques. Aujourd’hui, les échanges culturels renouvellent cette analyse et deviennent un domaine émergent de la recherche en sciences humaines et sociales. Un colloque analysera plus particulièrement ces échanges entre le Brésil, le Canada et la France aux XIXe et XXe siècles. Du 5 au 7 novembre, à la Faculté de Langues, Lettre, Arts et Sciences Humaines (FLLASH). j

N

Rens. 05 46 45 85 59

e confondez pas documentaire et documentaire de création, un genre singulier où le cinéaste pose son regard, libre et personnel sur la réalité. Différent du reportage, « il s’agit d’un véritable travail d’auteur qui donne à voir ce qui ne se montre pas du premier coup d’œil », souligne le président des Escales, Patrice Marcadé.

Quartier des docs
Cinq ans que, dans une volonté de proximité avec le public, les Escales documentaires essaiment dans les quartiers. L’occasion, pour Véronique Bibard-Manteau « de présenter des merveilles : les coups de cœurs non retenus dans la sélection officielle ». Parties de Villeneuve-les-Salines, les Escales sont également à Laleu-La Pallice au Café Populaire grâce à l’association Carensak, à la bibliothèque et à l’Astrolabe de Mireuil et cette année, à la bibliothèque du centre social de Port-Neuf... « C’est une ambiance qui séduit et étonne les réalisateurs. » Pour Annie et Catherine Beziau, accueillir les Escales au Café Populaire va de soi : « Pour les gens, c’est chaleureux, on assiste à la projection comme si on était chez quelqu’un ». j
Rens. 05 46 42 34 16 www.escalesdocumentaires.org

Les Arts de la Rue s’invitent au salon Arts Atlantic
Un vent nouveau souffle sur le salon Arts Atlantic. Déjà très éclectique et ouvert à l’art contemporain sous toutes ses formes, peinture, sculpture, design, photographie, arts plastiques... avec près de cent cinquante artistes, cette 6e édition accueille les Arts de la Rue sous la direction de Sigrid Gloanec. Le grapheur El Péon y expose ses oeuvres puissantes, Denis Tricot ses fils de bois, la Compagnie des Grandes Personnes déambule avec ses marionnettes géantes... Les 20, 21 et 22 novembre à l’Espace Encan. j
Rens. 05 46 45 90 90 - www.espacescongres-larochelle.com

Un festival qui vous regarde
« Les Escales sont un festival qui regarde les gens et nous concerne, car il définit une certaine idée de valeurs et de la liberté d’expression. Soutenu par des bénévoles, il défend un cinéma grâce auquel on va réapprendre à se parler. » Cette année, hommage à l’oeuvre remarquable de Vittorio De Seta (1954-1959), minutieuse enquête sur la solidarité humaine.

Des ateliers où apprendre est un plaisir
Lifting de la serre du Jardin des Plantes oblige, les ateliers des Amis du Muséum se poursuivent un peu plus loin. Inscrivez-vous vite ! Il reste encore quelques places pour vous découvrir une âme d’artiste aux ateliers dessin et peinture. Également, un nouvel atelier grâce auquel les hiéroglyphes n’auront plus de secrets pour vous. Huguette Vaubourg qui se dévoue à l’organisation de ces ateliers cherche un successeur pour organiser les prochaines saisons. Prêt à reprendre le flambeau ? Faites-vous connaître !
Rens. 05 46 41 05 10 - www.amis-museum-lr.com
La Rochelle - le journal - octobre 2009

7

Culture
Musées d’Art et d’Histoire

où l’on s’A’muse
Au programme, l’exposition Marie Stuart et l’Accrochage n°3, réalisé par des lycéens au musée des Beaux-Arts, sans oublier un nouveau petit guide pour partir à la découverte du musée Nouveau Monde

Des musées

Exil : « Terre natale, terre fatale »

© Gérard Lhériteau

Serons-nous un jour jetés sur les routes de l’exode ? Pour le collectif E2A (Éclat d’art actuel), l’exil est une réalité contemporaine où se joue l’avenir. Mise en situation dans une exposition multimédia organisée sous forme de parcours progressif par le ressenti et le sens esthétique. Après avoir franchi une sorte de frontière, quatre installations nous placent dans un univers de réfugié : habitat précaire, baluchons, déplacements et trajets à travers l’Europe... Une expo qui donne à réfléchir, du 13 au 26 octobre, salle de l’ancien Marché de l’Arsenal. j

Entretenez vos zygomatiques
La morosité vous guette ? Rendez-vous vite au théâtre Saint Martin ! Humour et rire garantis les samedi et dimanche avec des humoristes de talents : Jean-Patrick Douillon du théâtre des 2 Ânes, Chantal Ladesou, les duos Joucla et Massot, Devals et Gaudin... sauront vous dérider. Sans oublier les vendredi, les talents cachés régionaux ou la soirée dansante des jeudi avec les tubes des années 60/70/80 et les souvenirs disco des années 90. Et les mardi et mercredi, ambiance piano bar de 19h à 21h. j
Rens. 05 46 07 08 92 - www.theatrestmartin.com

© Xavier Léoty

on ! Les musées ne sont pas des lieux figés. Pour vous donner envie de les savourer, les musées d’art et d’histoire conjuguent avec bonheur expositions et animations passionnantes. Parce qu’un musée, c’est vivant et a’musant ! Les premiers dimanches de chaque mois, les musées sont gratuits : tout pour se faire plaisir !

N

Graines de maîtres chanteurs
Les Petits Chanteurs... une toute jeune chorale née l’an dernier et constituée d’enfants appuyés de quelques adolescents ou adultes. Ils nous ont enchantés à St Sauveur lors de la Fête de la Musique. Leur recette : une vraie convivialité, un répertoire éclectique et des répétitions souples. « Chacun y est valorisé selon ses capacités et le résultat du groupe s’en est ressenti en peu de temps » observe une maman. Alors... envie de devenir Petit Chanteur, rejoignez-les ! j
Rens. 06 28 37 97 81 petitschanteursrochelais.over-blog.com

Marie Stuart, une figure romantique
Belle, cultivée, amoureuse et aimée, emprisonnée et décapitée sur ordre de sa cousine la reine d’Angleterre, Elisabeth Ière, tout était réuni pour faire de Marie Stuart (1542-1587), reine d’Écosse, une héroïne romantique. À partir du 17 octobre, le musée des Beaux-Arts explore ce mythe très prisé des artistes du XIXe siècle.

de joie à faire découvrir les toiles et à échanger avec les visiteurs ». Cette fois, ils jouent gros : concevoir une exposition avec choix et accrochage des oeuvres en fonction, non de leurs goûts mais dans une perspective d’histoire des arts... Pour Patrick Sembel, « cela les confronte à des réalités professionnelles : engagement par rapport à une institution, respect des délais... Ils sont morts de trouille mais se découvrent ainsi beaucoup de qualités et voient de quoi ils sont capables ». Leur plus belle récompense : venez voir l’expo ! j
Musée des Beaux-Arts, 05 46 41 64 65 Musée du Nouveau Monde, 05 46 41 46 50

Musées
histoire d’art et d’ LLe de La roche

Accrochage n°3
Une surface limitée pour montrer tous ses trésors ? Qu’à cela ne tienne, la conservatrice, Annick Notter renouvelle régulièrement les accrochages aux Beaux-Arts. Pour nous éviter toujours son même oeil de spécialiste, elle invite des regards extérieurs. Ce sont les Terminales d’histoire des arts du lycée Dautet, autour de leur professeur, Patrick Sembel, qui s’attellent à cet Accrochage n°3. Thème : la modernité dans les collections rochelaises. Ouverture le 14 novembre.

Quand la rivière Teakettle s’appelait Charenta
Le saviez-vous ? Une carte de 1591 nous montre que les fleuves de Floride portaient autrefois des noms bien connus en France comme la Seine, la Gironde et surtout Charenta, la Charente ! Une découverte qui a poussé le Rochelais Gilles Fonteneau, explorateur et ancien membre de l’équipe Cousteau, à partir sur les traces des expéditions des premiers colons huguenots français en Amérique. Son livre Sur les traces des Huguenots de Floride. Expéditions en Charenta 1562-2007 vient d’obtenir un prix de l’Académie de Marine. j
Éditions le Croît vif.

Musée du NouVeau MoNde
Guide de Visite
Musée du Nouveau Monde de La Rochelle

1

Des muséologues en herbe
On se souvient des visites réalisées par ces lycéens lors de la Nuit des Musées. Une sacrée expérience ! Pauline Hache « a adoré faire cela. Passé le trac du début, nous avons eu une espèce

Le petit guide rouge
À la fois guide de visite et carnet souvenir, le nouveau Guide du musée du Nouveau Monde vient de sortir. Un format léger, pratique et lisible, de la couleur, un petit prix (6 e) et vous voilà paré pour découvrir le Nouveau Monde. Bonne visite !

8 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Culture

Textes : Virginie

Richard photos : Julien Chauvet

La Turquie si proche
Cette année, la Saison est turque. L’occasion de découvrir ce merveilleux pays qui rime avec hospitalité, beauté et saveurs, d’en goûter la culture et de faire connaissance avec nos concitoyens d’origine turque.
haque année, un pays est mis en avant par l’Etat. Cette année, Türkiye’ye hosgeldiniz, bienvenue en Turquie ! « La Rochelle s’implique chaque fois dans ces événements » explique Jean-Pierre Heintz, directeur des Affaires Culturelles, « notamment quand il y a, une histoire commune (le Québec en 2009) ou des familles représentatives du pays fêté, parmi ses habitants ». Plus de 250 familles turques issues de l’immigration des années 70 - époque où la France appelait en renfort de nombreux travailleurs étrangers - vivent à La Rochelle, en particulier à Villeneuve. L’occasion de mettre en avant tout un quartier, ses habitants et ses structures sociales, culturelles et associatives. Commencée au printemps, la fête se poursuit jusqu’en mars 2010 !

Aperçu du programme
Programme complet auprès du Collectif des associations de Villeneuve : 05 46 44 41 60 En centre-ville et aux Minimes k 14 oct. : « Dervish in progress » danse par Ziya Azazi, invitée des Eclats chorégraphiques (1) à la Chapelle Fromentin k 16 oct. : dîner de gala au lycée hôtelier (2 et 3) k 14 nov. : soirée festive (2) à l’Oratoire Rens. 1. Eclats chorégraphiques, 05 46 43 28 82 2. Ass. Turquoise, 05 46 43 13 12 3. Lycée hôtelier, 05 46 44 20 60 Médiathèque de Villeneuve k 17 oct. : buffet, danses traditionnelles et concert avec Sidar Güres k Jusqu’au 28 oct. : « Le printemps s’éveille », installation vidéo de Sylvie Tubiana sur fond d’extraits de La Légende du mont Ararat de Yachar Kemal. Egalement exposition de photos et objets turcs. Rens. 05 46 44 01 27 Agora, salle des fêtes et place du 14 juillet à Villeneuve k 13 oct. : « Dervish in progress », danse avec Ziya Azazi k du 16 au 22 nov. : kahvehane ou café turc : boissons (türk kahvesi, çay...), jeux (tavla, okey...)... k le 16 : musique avec Sidar Güres. k le 18 : projection de courts métrages turcs par l’association « M’as-tu Vu ? » k le 19 à 12h : table d’hôtes par les femmes turques de l’atelier cuisine du centre social : pide, köfte, böregi... Afiyet olsun, bon appétit ! k le 19 à 20h30 : « L’histoire de la Turquie » conférence de Murat Erpuyan k 20 nov. : spectacle de karagöz, théâtre d’ombres traditionnel. k 21 nov. : musique et danse avec Sidar Güres, Gülseren... Rens. Collectif des associations, 05 46 44 41 60 M’as Tu Vu ?, 06 67 47 85 88 Centre social, 05 46 44 10 44 Ludothèque du Lac k 27 nov. : soirée jeux turcs Rens. 05 46 31 09 44

C

Mille et une facettes de la culture turque
Un florilège d’événements pour nous faire goûter et savourer la culture turque. Rendezvous à Villeneuve mais pas seulement... Hoscakal, à bientôt ! j
© Max Moser

Les associations franco-turques rochelaises : un trio dynamique
>>>

Ils ont choisi La Rochelle
Jusqu’au bout du rêve : tolga et noga Pamir
« La vie est faite d’espérance » (Tabarly). Assurément, cette phrase placée en exergue du site Internet de Tolga résume bien ce couple ! A Istanbul, tous deux travaillaient dans la pub. Passionné de voile, impression de passer à côté de sa vie... Tolga lâche son confort et arrive à La Rochelle en 2005. Il mène tambour battant cours de français, petits boulots, formation d’aménageur en marine de plaisance, fréquente les repaires de marins, participe à des courses, gagne la Olona Cup et prépare son bateau pour la Transat 6.50 de 2011 ! Beaucoup d’énergie et de joie de vivre. « J’ai envie de faire... Je bouffe la mer ! » De l’humilité aussi, «On est toujours amateur avec la nature » ; De son côté, Noga se bat contre la maladie, une sclérose en plaques et poursuit son travail de créatrice en publicité. Quel bonheur de voir comment ces deux-là s’épaulent ! j
www.miniproje.com

l’association culturelle de solidarité franco-turque

k

Secours aux sinistrés du séisme de 1999 en Turquie, caisse de solidarité pour les obsèques... la solidarité n’y est pas un vain mot. Autre rôle : créer des liens avec les rochelais, c’est ainsi que Sherife et Filiz Kapusius se sont fortement impliquées pour l’exposition d’objets turcs à la médiathèque. j
Président : Sefer Kapusius - Rens. 05 46 44 16 72

>>>

l’association turquoise

Seda Souffay, jeune femme vive et dynamique, y insuffle une énergie débordante. Ses valeurs : tolérance et laïcité. Une action à deux volets, social et culturel. De la médiation sociale pour permettre une meilleure intégration des personnes originaire de Turquie et des activités de loisirs. Cours de français, code de la route, musique, sorties familiales, conférences... j
Coordinatrice : Seda Souffay - Rens. 05 46 43 13 12 turquoise.17@free.fr

une famille de cœur : les deveci
Entrez dans une famille turque et vous goûterez le sens profond d’un des plus beaux mots de la langue turque : « misafir », hôte. Rencontre avec Gülay et Mehmet Deveci et leurs filles Sezen, Esen et Senem. Mehmet est maçon, chef d’une petite entreprise. Un métier qu’il réalise avec passion. Construire une maison : « c’est du bonheur de savoir que des familles vont habiter là, que des enfants vont y naître et grandir ». Mehmet est « Français d’origine turque » et se sent « Rochelais de souche ». L’ouverture aux autres est pour lui une valeur fondamentale et notre monde, « un nid d’abeilles où on a tous besoin les uns des autres ». Une leçon de vie ! j

k

>>>

l’association culturelle et cultuelle turque de la rochelle

Ses objectifs : faire découvrir la culture turque sous toutes ses formes - gastronomie, histoire, religion, langue -, organiser des spectacles et des manifestations publiques, valoriser le temps libre des jeunes et gérer un centre culturel et cultuel à La Rochelle. j
Président : Yusuf Deveci - Rens. 05 46 45 36 86

La Rochelle - le journal - octobre 2009

9

10 La Rochelle - le journal - octobre 2009

économie

Textes : Karen

Delarge photos : Julien Chauvet

Quand la publicité fait débat
Depuis 1982, un régime de fiscalité baptisé Taxe Communale sur les Emplacements Publicitaires (TCEP) visait à limiter la prolifération des panneaux d’affichage publicitaire. Depuis le 1er janvier 2009, il fait place à la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure (TLPE) qui assujettit désormais aussi les enseignes de grand format. Conséquence : artisans et commerçants qui étaient auparavant exempts de taxes, y sont à leur tour soumis. Pour cela, une déclaration annuelle de la superficie des enseignes devra être adressée à la mairie. Selon le texte, ladite taxe est facultative à ceci près que son application est automatique dès lors que la commune percevait la précédente (TCEP) : ce qui est le cas à La Rochelle. Renoncer à son application signifierait donc pour la commune ne plus percevoir aucune taxe sur la publicité, y compris l’ancienne : une manière de rendre la TLPE obligatoire, à moins de vouloir laisser proliférer les panneaux publicitaires... j Rens. service Urbanisme de la Ville, 05 46 51 14 39 www.ville-larochelle.fr pour télécharger votre formulaire

Roulotte de la soie

Ne te découvre pas d’un fil

La décoration d’extérieur fait salon
Du 23 au 26 octobre, le 8ème Salon Déco de La Rochelle prend ses aises à l’Espace Encan. Les accros aux dernières tendances aiment venir flâner au milieu des stands aménagés comme des pièces à vivre pour y dénicher des produits de qualité. Objectif : faire le plein de talents et de créativité avec les cent trente exposants. La petite nouveauté cette année ? Un nouvel espace dédié à la décoration extérieure, véritable prolongement de la maison. Place à la convivialité avec des espaces lounge, des mises en scène ponctuées de plantes et de jeux de lumières... Déco, quand tu nous tiens ! j
Rens. Espace Encan, 05 46 45 90 90

Nom de code : Rapida 106
Capable d’atteindre les 18 000 feuilles/h, la nouvelle presse offset huit couleurs de l’Imprimerie Rochelaise se distingue par sa vitesse d’impression. Cet outil de production qui bénéficie d’une technologie éprouvée et extrêmement novatrice divise par trois les temps de production et s’appuie sur une logique environnementale très forte en gâchant deux fois moins de papier, d’encre et d’eau. Coût d’achat : 2,5 Me. Adaptée à l’évolution du marché, elle va permettre à l’Imprimerie d’accroître encore son activité et par là même d’embaucher cinq personnes d’ici deux ans. Dans son actualité, l’Imprimerie est également en phase de certification ISO 14001. j
Rens. Imprimerie Rochelaise, 05 46 34 30 05

KA International fait le siège de nos salons
Rue de la Ferté, la boutique KA International fait la nouveauté depuis la mi-mars. Connue et reconnue pour ses collections artisanales de tissus, l’enseigne espagnole rayonne dans plus de quatre cent trente boutiques, dont trente-cinq en France, réparties dans quarantetrois pays à travers le monde. Leader sur le marché du tissu d’ameublement, la marque a choisi de s’installer au cœur du centre-ville. Rideaux, stores bateau, jetés de lit, coussins mais aussi passementerie et accessoires stylés… le plus dur : choisir ! j
Rens. KA International, 05 46 07 06 00

Simon et Céline nous entraînent sur les traces d’un voyage initiatique, empreint de couleurs et de symboles, à la croisée des cultures nomades du Kirghizstan et de L’Ouzbékistan. De leur échappée belle derrière le rideau soviétique il y a six ans, ils en ont fait une vitrine. Lumière sur une foultitude d’objets artisanaux, pêle-mêle d’éthique et de savoir-faire singulier

T

apis, coussins et chaussons en laine de mouton feutrée mais aussi châles en mousseline de soie, bijoux, balles de jonglages, tentures brodées de yourtes kazakhs et babouches kyrghyzes... une foultitude de créations toutes plus originales les unes que les autres rendent ici le visiteur baba. C’est au contact des peuples nomades que se fit le choc culturel, là où le travail du feutre s’érige comme socle de la société. De rencontres fortuites en rendez-vous dans les coopératives, Simon et Céline se sont intéressés à la condition des femmes fragiles (mères célibataires, maltraitées, sous l’emprise de dépendances, etc.). De ce constat naquit La Roulotte de la Soie qui s’est investie de trois missions. «Redonner un coup d’éclat à

l’artisanat local, garantir grâce aux directrices des coopératives des conditions de travail justes et pérennes et rendre ces femmes actrices dans la production de modèles plus contemporains en mettant en commun nos dessins, leurs interprétations et leur soif de créativité, telle est la nature de notre collaboration», souligne Simon Pedro. Derrière les lignes originales de ces créations uniques, se cache aussi la griffe de créateurs qui ont reçu le Prix d’Excellence de l’UNESCO pour la qualité de leur travail et leur fonctionnement équitable. La Roulotte de la Soie, on adhère! j
Rens. La Roulotte de la soie, 06 60 63 99 97 www.laroulottedelasoie.com
La Rochelle - le journal - octobre 2009

11

économie
Boutique du terroir

Les producteurs de l’Aunis nous mettent l’eau à la bouche
Les terrasses ont désormais leur garde-robe
Secteur sauvegardé, le centre-ville compte de nombreuses terrasses de cafés, restaurants, bars. Parce que l’harmonie de l’espace public passe aussi par le choix du mobilier, le service Urbanisme en collaboration avec le service Commerce et Marchés propose un outil conseil, le Nuancier du centre-ville qui pétille, complément du guide pour de belles vitrines déjà existant. Sachant que tout ce qui est installé sur l’espace public est sujet à l’autorisation municipale, ce document donne une orientation en matière de mobilier : des tables aux parasols en passant par les porte-menu et jardinières. Couleurs, matières et design se déclinent en fonction du secteur défini : Tendance XIXe, Tendance Sur l’autre Rive et Tendance Marché. S’ensuivra la Tendance Port. j
Rens. service Urbanisme, 05 46 51 14 59

Leur projet mijotait à feu doux depuis deux ans. Et puis à force de démarches, de rencontres et ma foi de coups de pouce, les producteurs fermiers de l’Aunis ont fini par faire germer leur graine d’idée : ouvrir leur propre boutique. Et si on faisait les présentations

Suppimage et communication
Impliquée dans les nouvelles technologies multimédia, la société Suppimage étudie de nombreux projets de communication et ce depuis plus de vingt ans. Son créneau? Les campagnes d’affichage publicitaire destinées aux entreprises, les podcastings, les prises de vues, les clips vidéo, la production et post production de contenus vidéo pour écrans et sites web. Sous l’égide d’Edmond Brossard la petite entreprise rayonne à travers de nombreux départements (Charente-Maritime, DeuxSèvres, Vendée, Limousin...) et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. j
Rens. Suppimage, 05 46 45 37 67 ou 06 79 78 70 67 www.suppimage.fr

© DR

Quèsaco les cartes «Missions impossibles»
Une visite thématique décalée ? Un défi touristique d’un nouveau genre ? Depuis cet été, une drôle de machine fait le siège de l’Office de Tourisme. Moyennant 2R, elle délivre une carte postale peu ordinaire baptisée Faire les 100 pas, Chercher l’erreur, Chasse au trésor, Découvrir les secrets libertins, Conclure (ou pas). Pendant ce temps-là, dans quatre bars de la Ville, un autre concept invite à un Café croquis ou pourquoi pas un Café poétique. Le concept : des expériences touristiques pas comme les autres pour combiner découverte et originalité sans se ruiner ! j
Rens. Office de Tourisme, 05 46 41 1 4 68 www.experiences-touristiques.fr

out a commencé au coeur de nos campagnes avec une poignée de producteurs locaux qui cultivent ce bouquet de saveurs qui fait la différence : le goût. Parce que manger local, réduire notre empreinte écologique sur la planète et favoriser l’économie solidaire sont des postulats qui leur tiennent à coeur, une trentaine d’hommes et de femmes ont eu envie d’aller à la rencontre des consommateurs. Dans le bureau de Mary Novi, Chef du département Communication de la Chambre d’Agriculture, le projet a véritablement pris corps. «L’an passé, une enquête a été réalisée auprès des différentes administrations présentes sur le site, soit un potentiel de six cents individus. Plus de deux cents personnes se disaient extrêmement intéressées par cette idée de boutique du terroir.» Autre enjeu: réunir dans un même lieu une palette de produits couleurs locales avec sous la même enseigne : goût des saisons, traçabilité et tradition. Au pied de la Chambre d’Agriculture, une nouvelle enseigne flanquée de couleurs à croquer a ouvert ses portes depuis le 17 septembre. «Comme tout

T

«Histoire d’oeufs» faire un p’tit tour

marchand, nous versons à la Chambre d’Agriculture un loyer comprenant les travaux qui ont été nécessaires à la transformation du local.» Boeuf, porc, volailles, moult variétés de fruits et légumes, fleurs, pain bio, jus de raisin, cognac, pineau, produits laitiers mais aussi confitures, miel, pain d’épices et bocaux... plus de deux cent cinquante produits vont graviter sur les étals tout au long de l’année, en fonction de la saison, des cycles de production et des aléas du climat. Consommer au bon moment, réintroduire les produits de la terre dans les assiettes, partager ses connaissances et ses petits conseils culinaires, c’est aussi çà la gastronomie locale.» Et les prix me direz-vous? «Ils seront identiques à ceux de la ferme, ici l’on parle de prix producteur, exit les intermédiaires. On passe de la fourche à la fourchette!» Une boutique pleine de fraîcheur accessible aux personnes à mobilité réduite, des fruits et légumes en libreservice et bientôt un système de commandes : cette petite entreprise a tout d’une grande! j
Rens. Boutique «Panier de nos campagnes», parking des Impôts, 05 46 01 98 28

12 La Rochelle - le journal - octobre 2009

économie

Textes : Karen

Delarge photos : Julien Chauvet

Nos lampadaires ont des puces
Voilà bientôt deux ans que le service Eclairage Public de la Ville travaille sur une solution pour identifier ses lampadaires et les relier à un système cartographique. Aussitôt dit, aussitôt fait avec PICDI. Spécialiste des technologies d’identification RFID (Identification RadioFréquence) dans le secteur industriel, la société PICDI accompagne entreprises et collectivités dans la mise en oeuvre de solutions. À ce jour, plusieurs centaines de lampadaires et d’encastrés au sol, Allée du Mail et quartier de la Genette, ont déjà été équipés de cette solution technologique baptisée TAG (puce équipée d’une antenne). À terme ce sont plus de treize mille points lumineux qui se déploieront dans La Rochelle. Mais à quoi va bien pouvoir servir toute cette logistique électronique ? Localiser le matériel, faire le suivi de maintenance, économiser des déplacements, optimiser les informations... le tout en un clic. j Rens. PICDI Hôtel d’Entreprises des TIC, 05 46 34 05 47

Emploi

Une association qui prend des PARIE sur l’avenir
Fortement impliquée dans le placement en entreprises des publics fragilisés, l’association PARIE, structure installée à la Maison de l’Emploi, s’est investie d’une nouvelle mission. En complément de ses actions pour l’insertion professionnelle, elle développe une nouvelle mission : le maintien en emploi

American Car Wash, une histoire qui roule
Le concept a traversé l’Atlantique et la franchise est française. Bienvenue dans l’unique American Car Wash de la région où l’on recycle l’eau et prend soin de la planète ! Lavage intérieur et extérieur en trente minutes, le tout sans rendez-vous... Sylvain et Valérie Lohier, couple de franchisés, font les présentations. « Nous avons fait notre recrutement par le biais de bilans de compétences mis en place avec la Plateforme de vocation du Pôle Emploi. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’employer sept personnes en CDI (hommes et femmes) dont le profil colle véritablement à la réalité du métier et laisse place à une équipe motivée. » Comment ça marche? « Nous lavons l’eau qui lave votre voiture ! » American Car Wash est en effet équipé d’un système qui permet de recycler l’eau du tunnel de lavage via un séparateur d’hydrocarbures et une centrale à fabrication d’ozone. Sur le convoyeur de finition, on aspire, on nettoie, on fait briller et on essuie à la peau de chamois carrosserie, vitres et entrées de portes pour des finitions impeccables. j
Rens. American Car Wash, 05 46 07 38 23

rogramme d’Action et de Recherche pour l’Intégration en Entreprise : un sigle qui signe l’engagement des neufs salariés (juristes, sociologues, chefs d’entreprises, commerciaux, etc.) au sein de cette association. Créée initialement en 1994, ce sont plus de deux mille cinq cents personnes qui ont été placées en emploi (CDD de plus de six mois ou CDI), avec une moyenne de trois cent cinquante personnes par an remises sur les rails de l’emploi. La troisième génération de PLIE, en 2008, a redéfini la donne sur le territoire. L’association PARIE intervient désormais exclusivement sur le placement et l’intégration en entreprises des personnes sans emploi. Cette dernière mission, soutenue par la Caisse des Dépôts et Consignation, le Contrat Régional de Développement Durable et la Communauté d’Agglomération de La Rochelle, complète l’offre de l’association qui sensibilise salariés et employeurs aux principes du management et aux

P

règles de fonctionnement interne à l’entreprise. Sylvie Martin, assistante de gestion chez TLM Expansion (La Pallice) depuis le 1er juin, témoigne. «À quarante-trois ans, malgré l’expérience, ce n’est jamais si facile que ça d’intégrer une nouvelle entreprise. Je perçois PARIE comme facilitateur d’intégration. Savoir-être est au coeur de ce dispositif qui nous permet de faire le point, de se dire les choses et ainsi d’éviter la situation d’échec». «Entretiens individuels et collectifs, temps de coaching, formations spécifiques pour appréhender le savoir-faire de l’entreprise... : la nature de nos interventions est évaluée à 35 h par recrutement», précise Christophe Philipponneau, président de l’association PARIE. À ce jour, le Centre de formation des apprentis et quinze entreprises de la Zone Franche Urbaine et de la Communauté d’Agglomération ont été contactés pour participer à cette première phase d’expérimentation. j
Rens. Association PARIE, 05 46 43 01 71

Le CRITT agro-alimentaire se met au vert

Fort de ses vingt années d’expertise, le CRITT Agro-alimentaire intervient sur le terrain de l’innovation dans les secteurs de l’Aliment Santé et de la Nutrition Santé. Concrètement que fait-il ? Il conseille et accompagne les PME agro-alimentaires en développement technologique (veilles, information, projets innovants). Structure référante sur le plan national et européen, il mobilise douze ingénieurs et techniciens, rassemble cent quatrevingt-quinze entreprises adhérentes mais aussi des laboratoires de recherche de renom, un réseau de formation étendu et l’appui de nombreuses institutions. Ses nouveaux locaux sur le parc d’activités Technocéan à Chef-de-Baie (livraison prévue en 2010) s’inscriront dans une démarche HQE (Haute Qualité Environnementale) lui permettant d’accompagner les industriels agro-alimentaires dans une démarche similaire. j
Rens. CRITT Agro-alimentaire Poitou-Charentes, 05 46 44 84 75
La Rochelle - le journal - octobre 2009

13

Social / Santé

Toit et moi

Logement étudiant, Mamie a une coloc’
Sortir en deux clics
Il se passe toujours quelque chose en ville. Mais où, quand et comment ? Un site internet fait par un Rochelais, Cédric Jean, répond à ces questions avec le site www.soireeslarochelle. com, créé en 2008. Accessible sur mobile, il propose plusieurs entrées avec bars, restaurants, discothèques, cinés, musées, spectacles, associations de sports et loisirs. Mais un tel site, c’est l’auberge espagnole. Il ne se nourrit bien que de ce qu’on lui apporte. D’où la nécessité, pour ceux qui le fréquentent, pour les professionnels, institutionnels ou associations qui souhaitent y voir figurer leurs animations, de se manifester en y glissant l’info. « Que les gens en parlent et que ça rende service »... Le seul souhait du concepteur. j

Mieux vivre le deuil
Après la mort, il y a la vie de ceux qui restent. Leur douleur dans les premiers pas du deuil. Autrefois le voisinage, les proches offraient une relation qui souvent, de nos jours, a disparu. Martine Jaquemet-Beslay a créé une association, le Phare et l’Océan, destinée à accompagner les personnes dès les premiers jours « pour déclencher la réalité de la perte et faire un deuil moins difficile ». Infirmière, cadre de santé, diplômée en soins palliatifs, elle connaît parfaitement la législation du monde funéraire. Avec son association et les bénévoles compétents qu’elle recrute, elle veut apporter une présence, fondée sur l’écoute et le conseil, dans le prolongement du travail réalisé par les équipes soignantes et dans toutes les étapes des funérailles, de leur préparation dans un contexte marchand... jusque dans l’ « après ». j
Rens. 06 78 40 00 93

La Rochelle, décor de rallye
le Comité de quartier de la Préfecture et sa présidente, Marie-Claude Déclie et nombre de bénévoles proposent un rallye touristique, le 13e du nom, le dimanche 22 novembre. Il s’effectuera à pied. La Rochelle prêtera encore une fois son décor, son histoire et ses mystères au questionnaire. Un harmonieux mélange de culture et d’énigmes permettra aux participants de découvrir aussi ces petits détails d’architecture devant lesquels on passe quotidiennement sans les voir. C’est tout cela, un rallye, la convivialité en plus: il y aura piquenique à midi (en priant le bleu du ciel) et dîner le soir à la salle du Comité. Une cinquantaine de personnes sont attendues, chaque équipe étant assurée de rentrer avec son petit cadeau grâce à la contribution de la mairie et des commerçants. j
Inscription avant le 18 novembre, 24 rue Saint-Jean-du-Pérot, ou au 05 46 41 93 30.

La mère d’Annie vit à La Rochelle, loin d’elle. À la recherche de la solution susceptible d’apporter une compagnie à sa maman, elle a découvert Toit et Moi sur le net, un dispositif de cohabitation entre un étudiant en quête de logement à titre gracieux et un retraité en quête de compagnie
e directeur local du CROUS est à l’origine de cette initiative. Jean Matas reçoit chaque année un nombre croissant d’étudiants restés sur le seuil des studios du centre-ville, trop chers. De son côté, Annie attend - « Pour maman qui est valide mais qui a peur de rester seule chez elle la nuit » - l’étudiante qui acceptera son offre: occuper chez sa mère une chambre individuelle, la gratuité exigeant en retour une présence rassurante. Près de trente étudiants ont déjà manifesté auprès du CLOUS le désir de partager leur quotidien avec un retraité, de l’aider ponctuellement - à la marge de la sphère intime s’entend -, moyennant quoi la personne l’héberge et met à sa disposition une chambre, un coin toilette, sa cuisine, en l’assurant de la paix nécessaire à l’étude. Mais les seniors disposés à l’accueil ne sont pas pléthore. Le travail qui consistera à tisser ce lien intergénérationnel est encore à réaliser. « Il y a une population étudiante que l’on doit aider. Comment? En supprimant le problème du loyer. Certains n’ont parfois même pas les moyens de payer leur repas à 2,90  R  au restaurant universitaire. Dans ce cas, ce système

L

© Alain Petit

d’échange paraît être la solution idéale. Mais l’idée est complexe à mettre en œuvre » constate le directeur du CLOUS. Après deux ans de réflexion avec un groupe d’étudiants, il aborde aujourd’hui sa phase active sur la base d’une charte fixant les droits et devoirs de l’étudiant et de l’« accueillant ». À La Rochelle où l’on recense dix-huit mille retraités, Jean Matas rêve d’en inscrire seulement 1% au fichier. Cent quatre-vingts jeunes en situation précaire accéderaient alors au logement... Loin de réunir exclusivement des générations éloignées, Annabelle, résidant seule à Nieul, travaillant à Niort, doit s’absenter trois jours par semaine à Bordeaux pour finir un master. Sa jeune fille ayant besoin d’une présence à domicile, elle est passée sous les tuiles de Toit et Moi : « J’offre le gîte et suis prête à partager le couvert ». Comme les autres candidats à Toit et Moi, elle attend qu’un(e) étudiant(e) toque à sa porte... j
Rens. ALMPS, 05 46 4132 32 - almps@wanadoo.fr

14 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Social / Santé

Textes : Elian

Da Silva photos : Julien Chauvet

Etre parent pour un Oui ou pour un Non.
Etre parent ?... Pas toujours facile. Pour aider à gravir les pentes parfois abruptes de l’éducation et de la communication avec les enfants, des professionnels ont croisé leurs compétences et mis en œuvre des modules* de six séances sur le secteur de la Délégation Territoriale d’Action Sociale La Rochelle-Ré. Les parents y sont conviés, en présence d’animatrices, à échanger sur leurs difficultés « Pour s’entraider, car il n’y a pas de recette. L’idée étant simplement que l’on n’est pas le seul parent confronté à des problèmes » explique Nathalie Dubois au coeur du dispositif. Notamment des problèmes d’autorité (donner un sens au « Non », par exemple). « Nous expliquons aux parents que les solutions sont en eux, qu’il suffit parfois de changer la façon de dire ». Au sortir d’une séance de dialogue et de jeux, les parents reçoivent des lectures ; elles accompagneront le travail de toute une vie. j * Des modules ont eu lieu à La Pallice, Tasdon, Villeneuve ; ils se poursuivent à Dompierre (infos et inscriptions 05 46 43 87 16 ou 05 46 43 63 82).

Accueil des Villes de France

Créateur de lien social depuis 1969
S’installer dans une ville et savoir qu’il y a une adresse où tisser du lien social, c’est le gage d’une intégration réussie. Au 24 de la rue Saint-Jean-du-Pérot, Accueil des Villes de France tend la main aux nouveaux arrivants et leur offre des activités sportives, culturelles, ludiques

Réseau Diabète
Fondé par le Dr Gouet en 2006, le Réseau Atlantique Diabète s’aligne sur le calendrier de la Journée mondiale du diabète, le 14 novembre à l’Encan, avec des débats publics (« L’éducation thérapeutique »), des ateliers pratiques (activité physique, alimentation) et des stands (dépistage notamment). Cette journée est le reflet de l’activité quotidienne du réseau auprès des patients et des populations à risque. Car le diabète (type 1 ou 2) est une maladie en évolution partout dans le monde - obésité, sédentarité, vieillissement de la population en sont les causes. Le Réseau a réuni une équipe de quatre cent quatre-vingts professionnels qui travaillent en synergie à l’amélioration de la qualité de vie des patients: éducation thérapeutique, ateliers de diététique, groupes de parole. Les professionnels y trouvent aussi leur compte : le réseau, dirigé par les Dr Djakouré et Gouet, est le lieu de coordination, d’homogénéisation des pratiques, de formation. j
Rens. 05 46 45 67 32 www.atlantiquediabete.net ou www.atlantiquediabete.com

Semaine du Goût : Le jardin c’est la santé
Du 12 au 23 octobre, le centre social Le Pertuis appelle le public à se mettre en bouche les bonnes choses qui font aussi la belle santé. À La Passerelle, une exposition « Du jardin à la table » reprendra les thématiques développées par le centre social depuis 2004 : la santé du jeune enfant ; les circuits courts du producteur au consommateur... Des photographies, un parcours sensoriel, un jardin des aromates installé par le service Espaces Verts de la Ville et un repas de saison parleront de tout cela. Afin de valoriser encore la consommation des produits du moment, le centre social a élaboré d’autres recettes et invite le public autour d’un riche menu d’animations, du 12 au 16 octobre. Reconnaissance des fruits et légumes, préparations, lectures gourmandes, petit marché, atelier diététique... j
Rens. Centre Social Le Pertuis, 05 46 42 12 18

ée « La Rochelle Accueille » en octobre 1969, l’association fête ses quarante ans : une journée porte ouverte le 17 octobre où seront présentées les activités ; une journée de surprises dédiée aux bénévoles le 19 novembre à Villeneuve-les-Salines et enfin l’édition spéciale du bulletin trimestriel (français/anglais). Cela pour raconter l’histoire d’AVF, comme s’en souvient Françoise Duchâteau, première présidente fondatrice: « C’est la CCI de Bordeaux qui avait formé l’idée, dans une période de pleine expansion économique où les cadres étaient très décentralisés et leurs épouses par toujours enchantées de quitter Paris. Pour tisser du lien, nous pensions qu’il fallait faire des choses ensemble ». Jelly Lebourgeois, aujourd’hui bénévole, le dit

N

tout simplement « ça m’a permis de retrouver des contacts ». Et le président en exercice, Gérard Lecomte, mesure à quel point les « nouveaux arrivants » ont changé (mais les temps changent aussi!), avec une volonté de s’adapter, par exemple, en ouvrant depuis peu aux actifs, de nouvelles plages horaires d’animation, en soirée et fin de semaine. S’il est aussi un rendez-vous à ne pas manquer, c’est celui du jeudi matin, au Quai 22. Juste pour le plaisir de la rencontre et du papotage amical. 386 personnes y ont pris leur café en 2008-2009 dont certainement quelquesunes des 130 nouvellement arrivées venues ajouter de leur convivialité aux 450 adhérents d’AVF La Rochelle, pionnière de l’accueil en France. j
www.avf.asso.fr - 09 77 91 96 40

Sur le planning des chats...
Bien des minets sans toit ni loi courent les gouttières. Planning Chat contrôle les naissances des matous oubliés de leurs maîtres. Depuis 2005, l’association en a fait stériliser et tatouer un millier. Signalés aux bénévoles et capturés, ils sont opérés par les vétérinaires de l’agglomération avec l’aide financière de la Ville. Planning Chats lance un appel au civisme des propriétaires: l’automne est la bonne saison pour faire stériliser les chattes non gestantes. j
www.planningchatlarochelle.chez-alice.fr
La Rochelle - le journal - octobre 2009

15

Social / Santé

Permanences juridiques

Rendez-vous avec SCOT

© Fred Lelan

Le SCOT est un schéma d’aménagement du territoire pour l’agglomération rochelaise, qui fixe des objectifs dans les domaines de l’environnement, des déplacements, de l’habitat ou du développement économique pour les quinze ans à venir. Après diagnostic, divers scénarios ont été imaginés. Aujourd’hui, le projet est quasi définitivement écrit. « Quasi » parce que l’on peut encore affiner certains points. Les habitants de la CdA sont invités à le faire lors d’une présentation du document, le 10 décembre à l’espace Encan, avant adoption par le Conseil Communautaire début 2010. j
Rens. 05 46 30 34 63 www.scot.agglo-larochelle.fr

À la Passerelle, le droit a sa maison

Les Pupilles ont des droits
Tout le monde ne sait pas qu’il est peut-être une Pupille de la Nation. Les enfants dont les parents ont été victimes de la deuxième guerre mondiale et de la guerre d’Indochine, peuvent accéder à ce statut et à ses compensations financières. Mais ignorant souvent leurs droits, ils sont encore nombreux restés dans l’ombre des conflits. L’Association des Pupilles de la Nation Orphelins de Guerre est là pour veiller à l’application des décrets et pour permettre à chacun de se manifester. j
Rens. 05 46 38 32 51 denise.pean@akeonet.com mailto:denise.pean@akeonet.com

SAMSAH
Il y avait le Service d’accompagnement à la Vie Sociale, il y a depuis peu le Service d’Accompagnement Médico-Social de l’Adulte Handicapé (SAMSAH). En élargissant sa prestation au champ médical, l’Association des Paralysés de France a ajouté un médecin, un infirmier et un éducateur spécialisé à l’équipe en place. Sur orientation de la Maison Départementale des Personnes Handicapées, l’APF accueille, informe et assure le conseil individualisé des handicapés moteurs, à domicile sur tout le département. La nouvelle adresse de l’APF, 19 av. de Fétilly. j
sav-samsah17.apf@orange.fr

Une Maison de la Justice et du Droit permet à tout citoyen de recevoir un conseil ou une solution juridique adaptés à sa situation. Créée en 2001 et implantée à La Passerelle, à Mireuil, dans des locaux municipaux avec une greffière en poste, celle de La Rochelle offre plusieurs entrées

A
Cherche bénévoles
France Bénévolat met en relation associations et bénévoles. Cette structure associative dispense des formations auprès de futurs retraités et travaille auprès des jeunes en partenariat avec l’Ecole Supérieure de Commerce. L’engagement bénévole des jeunes sera justement l’axe fort de La journée Mondiale du Bénévolat. Le 5 décembre à La Rochelle, elle prendra forme autour d’ateliers et de la présentation du Passeport Bénévole, document de synthèse du parcours associatif d’un individu, bien utile dans un CV ou lors d’une VAE. Permanences le mardi et mercredi de 14h30 à 16h30, 24 rue St-Jean-du-Pérot. j
www.francebenevolat.org

u-delà de l’aspect pénal, des permanences juridiques gratuites et confidentielles sont assurées par des professionnels bénévoles et des associations compétentes. Tous sont mobilisés autour de l’idée que défend Nicole Jarno, présidente du TGI et coprésidente (avec le Procureur de la République) de la MJD: « Une justice ouverte, proche du citoyen ». Elle-même est très investie dans « l’une des MJD qui fonctionne le mieux en France ». En témoignent les neuf mille personnes accueillies en 2008 ; un millier de plus qu’en 2006. Les avocats, généralistes ou spécialisés (droit du travail), enregistrent une fréquentation à la hausse. Les notaires et les huissiers tiennent aussi permanence.

L’Adil pour le droit au logement ; la CIMADE pour le droit des étrangers ; le Pôle antidiscrimination.

Aux côtés des professionnels, des associations présentes

Les conciliateurs de justice également « font un travail très utile » précise Nicole Jarno, « car les gens se créent des situations très compliquées alors qu’il suffit souvent, dans un litige entre voisins, de rétablir le dialogue ». La médiation familiale vise pour sa part à restaurer la parole dans les conflits. Le CIDFF (deux cent sept personnes reçues en 2008), au-delà du droit des femmes est de même compétent pour celui des familles. Les tutelles familiales apportent quant à elles des conseils sur le régime d’incapable majeur. « Les procédures ne cessent d’augmenter en raison du vieillissement de la population », note Nicole Jarno, « et les mesures de protection ont changé ». Enfin, il y a l’Association de défense juridique des mineurs. « Ils ont des problèmes de logement, sont l’enjeu de divorces ou victimes de violence. Ils ont des droits et il y a un lieu pour eux à La Rochelle » glisse à leur attention la présidente. La permanence est gratuite et anonyme. j
Rens. 05 46 09 92 01

16 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Social / Santé

Textes : Elian

Da Silva photos : Julien Chauvet

Marius-Lacroix, cent quatre-vingts ans de psychiatrie à La Rochelle
Fou, aliéné, malade mental, patient psychiatrique, chaque époque a eu ses mots pour dire les désordres de l’âme. L’hôpital Marius-Lacroix les a connus tous. Ouvert en 1829 sous le nom de Maison d’aliénés de Lafond, il célèbre cette année ses cent quatre-vingts ans en témoignant d’une architecture hospitalière qui a fait école (un plan en damier). Elle est le fruit d’une riche collaboration médicale, aliéniste et artistique, la « Charente-inférieure » se montrant alors précurseur en matière de soins psychiatriques. Pierre-Samuel Toussaint Fromentin, père d’Eugène, en a été le premier Directeur. En 1995, l’hôpital de Lafond a été rebaptisé du nom de MariusLacroix, un résistant rochelais. cent quatre-vingts ans d’histoire valent bien une exposition, présentée en plein air sur le site même. Cet anniversaire donnera aussi lieu à une conférence le 24 octobre : l’historienne Barbara Wright parlera du Dr Fromentin; Pascal Even commentera la partie historique de l’établissement ; des médecins rochelais évoqueront la psychiatrie à La Rochelle. j

6e forum des associations

Aux petits soins pour les associations
Elles sont plus de 1000 à La Rochelle et qu’elles soient à caractère sportif, social, culturel, humanitaire… elles ont un point commun, elles fonctionnent grâce à l’engagement bénévole de leurs membres. Afin de soutenir cette vie sociale dense, la municipalité organise régulièrement des rencontres destinées à aider les association en matière de formation : rendez-vous est pris le 28 novembre prochain.

Colloque du service des retraités
«L’entrée en établissement : un passage à accompagner», tel est le titre du prochain colloque organisé par le service des retraités du Centre Communal d’Action Sociale de La Rochelle et qui s’inscrit dans une dynamique impulsée il y a 16 ans. Comment humaniser ce passage, comment accepter de quitter sa maison pour franchir le seuil de cet autre domicile, nécessairement étranger : l’institution ? Ces éléments de réflexion seront abordés par des professionnels de la gérontologie (gériatre psychosociologue, philosophe, …) au Forum des Pertuis le jeudi 5 novembre 2009, de 9h à 17h. Colloque gratuit, sur inscription obligatoire, dans la limite des places disponibles, au service des retraités avant le 23 octobre 2009, 11 rue Bletterie, La Rochelle. j
Rens. 05 46 28 35 36 d.marion@ccas-larochelle.fr

Maison du bouchon
Seize tonnes de bouchons ont été collectées en 2008 par le cercle handirochelais et l’AREI. Vous pouvez aussi apporter votre aide en tant que bénévoles ou en récoltant des bouchons plastiques qui, une fois recyclés, trouveront une deuxième vie tout en évitant gaspillage et pollution. j
Rens. 06 42 57 10 18 Maison du bouchon, 36 rue du Moulin des Justices

Solidarité Internationale

© Guy Genty

La Semaine de la Solidarité Internationale sera relayée localement par la Ville de La Rochelle sur le thème « Quels partenariats pour quelle solidarité ». Du 14 au 17 novembre, la défense des droits fondamentaux, la promotion des valeurs de coopération internationale entre Nord et Sud occuperont la place de Verdun et l’Oratoire. Conférences, films, expositions, ateliers, échanges, présentations des projets solidaires de jeunes rochelais, concerts, réalisation de repas scolaires et universitaires issus du commerce équitable marqueront cette semaine de la Solidarité Internationale. Le départ d’une caravane en Mauritanie, au Sénégal et au Maroc prolongera le partenariat Sud-Nord engagé par plusieurs associations rochelaises quatre lieux pour vous accueillir : Place de Verdun, l’Oratoire, le théâtre St Martin et le Muséum d’Histoire Naturelle. j
Rens. 05 46 51 53 67 / 05 46 51 50 79

outes les associations rochelaises, sportives, culturelles, humanitaires, environnementales, de défense des intérêts, du social, du 3e âge ou des anciens combattants sont conviées au 6e forum organisé par la Ville à la fin du moi de novembre. Un temps de formation et de tables rondes où les bénévoles associatifs rencontreront des professionnels autour de thèmes que les associations ont, elles-mêmes, choisis. Cette année, elles ont souhaité aborder 4 sujets précis. Les ateliers mis en place pour l’occasion s’intituleront donc : « La communication : quelles sont les règles pour adresser un message ? », « Financement des associations, quelles solutions pour quels besoins ? », « Gérer une équipe associative : des permanents aux bénévoles » et « Les associations et la gestion des risques (juridique et assurance) ». Il sera aussi largement question, dans les discussions, de la place de la vie associative au sein de notre société. Réflexions, formations… vive les associations ! Attention, initialement prévu le 17 octobre, pour des questions de disponibilités des intervenants, le forum a été reporté au samedi 28 novembre. Il est ouvert

T

aux associations de La Rochelle, uniquement sur inscription, dans la limite des places disponibles. j
Rens. Service Communication 05 46 51 50 17

Le lait maternel, c’est naturel
Seulement 55 % des mères françaises offrent le sein à leur nouveau-né - 80% chez les Nordiques ! APMI, hôpital, sages femmes, associations se mobilisent à La Rochelle autour de la Semaine Mondiale de l’Allaitement. Du 12 au 18 octobre, à la crèche de Mireuil et à la maternité du CH ont lieu des expos (photos, dessins d’enfants) et des ateliers (portage, allaitement). L’amphi de l’école d’infirmières deviendra ciné avec la projection du film « Le mystère des jumeaux », le 13 octobre à 18h30, en présence de la « mère-actrice », une rochelaise, et de Nils Tavernier, le réalisateur. j
Rens. 05 46 37 76 17

Collectif rochelais

Les associations sont-elles en danger ? C’est la question que pose un collectif rochelais d’associations* créé au printemps dernier suite à l’appel national du collectif « associations en danger ». Au cœur des préoccupations et des interrogations du collectif : Quelle place et quelle reconnaissance de la vie associative dans notre société ? Evolution du cadre juridique Européen : quelles conséquences au quotidien pour les associations ?… Autant de sujets qui pourraient être abordés lors des échanges du 28 novembre.
* Le collectif des associations de Villeneuve les Salines, Fédérations des Centres Socioculturels, les Francas, Les Petits Débrouillards, La Ligue des Droits de l’Hommes, la Conférence Permanente des Coordinations Associatives Poitou-Charentes… Rens. « Collectif rochelais associations en danger » : collectif.villeneuve@wanadoo.fr

La Rochelle - le journal - octobre 2009

17

Dossier

Déplacements : circulez, stationnez, profitez
Depuis un an, le visage des transports publics rochelais se métamorphose à travers le concept Yélo. Une offre complète, cohérente et pratique qui permet aujourd’hui de combiner différents modes de déplacements, grâce à une seule et même carte. Après la mise en service de deux nouveaux bus de mer à propulsion électro-solaire, du nouveau vélo jaune, des nouvelles lignes de bus de la deuxième couronne de l’agglomération, c’est une étape déterminante de la mobilité rochelaise « nouvelle génération » qui sera franchie cet automne avec le lancement d’un réseau de bus modernisé en première couronne. Un réseau renforcé qui contribuera à redessiner la physionomie du centre-ville grâce à des rues et des voies réservées aux bus, la réalisation de nouveaux parkings, la modification des zones de stationnement et l’aménagement d’espaces semipiétons autour du marché. De quoi faire un centre de vie à la fois plus calme et plus vivant, plus beau et plus accessible, plus agréable et attractif.

Une nouvelle ère pour le bus
Pièce maîtresse de l’offre de transports publics Yélo, le nouveau réseau de bus de la première couronne sera lancé d’ici la fin de l’année. Plus rapide, plus fréquent, plus régulier, plus confortable, plus tôt le matin et plus tard le soir... difficile de ne pas succomber aux charmes du bus rochelais version « Yélo »

Circuler

C
k Une nouvelle ère pour le bus
page 18

k Vélo jaune version 2009
page 19

k Stationner : une solution pour chaque besoin
page 20

k Plus de vie dans la ville
page 21

’ est un réseau de bus totalement restructuré qui maillera La Rochelle et ses communes limitrophes (1) d’ici quelques semaines. Un ensemble de seize lignes améliorées ou entièrement nouvelles, organisé autour de quatre grandes lignes structurantes. Celles-ci permettront de se rendre directement en 10 ou 15 minutes de La Pallice à Aytré (ligne 1), de Mireuil à Villeneuve-Les-Salines (ligne 2) ; de la place de Verdun à Beaulieu (ligne 4) et de Lagord aux Minimes (ligne 3 Illico) (Lire ci-contre « Laisser passer le bus »). Deux lignes interquartiers relieront directement Lafond, Beauregard, Saint-Eloi et Rompsay (nouvelle ligne 5) et Vieljeux à Verdun en passant par Bel Air, Mireuil, Saint-Maurice, Port Neuf, La Genette (ligne 6 améliorée). Sept lignes existantes (7, 9, 11, 13, 15, 16, 18) ont été repensées pour

mieux répondre aux besoins des usagers. La ligne 7 permet notamment de se rendre à la zone d’activité du Plessis (ligne 7), tandis que la ligne 9 vous emmène au centre-bourg de Puilboreau sans passer par la zone commerciale ou encore à l’hôpital de Lafond directement depuis Puilboreau. Ces lignes permettent aussi de simplifier l’accès des collégiens et lycéens à leurs établissements. Enfin, trois lignes dédiées à la desserte des zones de travail (dont deux entièrement nouvelles) sont mises en place : de Verdun à la zone industrielle (et la plage) de Chef de Baie (ligne 20) ; de Verdun à la zone d’activités Belle Aire d’Aytré (ligne 19) ; et de Verdun à Périgny (ligne 14). Elles fonctionnent avec des départs tôt le matin et des retours tard le soir (de 5h à 21h30 pour la ligne 14), et des fréquences adaptées au fonctionnement des

18 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Textes : Maud

Parnaudeau photos : Julien Chauvet et Guy Genty

Laisser passer le bus
Illico, c’est un peu la ligne « star » du nouveau réseau RTCR. Un axe rapide nord-sud permettant de rallier Lagord aux Minimes en une vingtaine de minutes, confortablement installé dans un Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) de type tramway
est un véritable « tram-bus » baptisé Illico qui permettra bientôt de rejoindre Les Minimes depuis le nouveau parking-relais Greffières à Lagord. Un véhicule spacieux, doté d’un toit panoramique et de trois portes pour fluidifier les montées et sorties, circulant tôt le matin et en soirée, toutes les 10 minutes du lundi au samedi, et toutes les 30 minutes le dimanche. Mais on ne rallie pas « illico presto » le nord et le sud de la ville en 20 minutes dans le trafic automobile. C’est pourquoi des couloirs et voies dédiées sont actuellement aménagés tout le long de la ligne Illico (avenue du 8 mai, du 11 Novembre, Chemin des remparts, et avenue Charles de Gaulle) pour garantir une fluidité de circulation. Parallèlement, « les feux tricolores vont être équipés d’un système de détection permettant de garantir la priorité des bus aux carrefours », souligne Thierry Réveillère, du service Mobilité et Transports de la Communauté d’Agglomération de La Rochelle. Débuté le 7 septembre, l’ensemble des travaux de voirie sur la ligne Illico devrait s’achever début novembre.

C’

souligne Denis Leroy, conseiller municipal à la Cohérence Urbaine et aux Aménagements Urbains. Parallèlement, place de Verdun, les automobilistes vont être incités à emprunter le boulevard de contournement de Cognehors pour faciliter et fluidifier le passage des bus. La rue de la Grille restera néanmoins autorisée aux voitures, via la rue des Merciers, afin de permettre l’accès aux commerces et aux habitations. j

Les rues Dupaty et de La Ferté réservées aux bus
En plein centre également, les rues Dupaty et de La Ferté deviennent des voies dédiées aux bus. « Cela leur permettra de rejoindre sans encombre la gare SNCF de La Rochelle et le site propre des Minimes »,

Vélo jaune version 2009
entreprises (trois-huit et horaires décalés pour la ligne 14 ; toutes les 30 et 35 minutes pour les lignes 19 et 20). Le nouveau réseau a aussi été conçu pour faciliter les correspondances entre les lignes de bus et les autres modes de déplacements (train, vélo, bateau, voitures électriques liselec...) grâce à la création de 7 nouveaux pôles d’échanges (2). Sept « petits Verdun » qui permettront, en outre, de ne plus transiter systématiquement par la place de Verdun pour atteindre sa destination.
(1) Angoulins-sur-Mer, Aytré, Châtelaillon-Plage, Lagord, L’Houmeau, Puilboreau, Saint-Rogatien (2) Vieljeux, Gare SNCF, Jean Moulin, Porte Dauphine, Lycée Valin, Normandin- Bongraine, Les Greffières à Lagord

Seul ou en complément d’un autre mode de transport, le vélo reste une solution de déplacement très prisée des Rochelais. Depuis juin dernier, c’est une panoplie complète de services vélos qui a été lancée dans le cadre du développement de la nouvelle offre de transports publics Yélo. 150 vélos jaunes nouvelle génération (3 vitesses, guidon élevé, freins à disque, pneus anti-crevaison, panier, antivol...) sont ainsi proposés en libre-service sur 26 stations expérimentales. Une offre portée dans quelques mois à 50 stations et 250 vélos (soit 1 vélo pour 250 habitants). Réparties dans le Centre-ville de La Rochelle et distantes d’environ 500 mètres, les stations libre-service sont implantées à proximité des futurs arrêts de bus du nouveau réseau, des passeurs et bus de mer (Vieux-Port, Médiathèque) et aux pôles d’échanges (Gare routière, Porte Dauphine, Gare SNCF, Parking-Relais Jean Moulin...). Autre nouveauté vélo dans la famille « Yélo » : un système de location longue durée (de 2 mois à 1 an) est désormais proposé avec un vélo semblable à ceux du libre-service. Prochainement, grâce aux « vélosparcs », vous pourrez aussi stationner votre bicyclette - personnelle ou Yélo - dans un enclos métallique sécurisé à l’abri des intempéries et du vol. j

Le vélo en chiffres
Aujourd’hui :
l 2 800 cartes Yélo délivrées, l 248 abonnés au libre-service vélo, l 13 abonnements vélos longue durée.

Demain :
l 50 stations de libre-service, 250 vélos (soit un vélo pour 250 habitants) l paiement possible par internet pour les emprunts occasionnels (réservation, paiement par autorisation de prélèvement et obtention d’un numéro d’accès) ; l 2 vélos-parcs ouverts à l’automne 2009 aux gares ferroviaires d’Angoulins-sur-Mer et AytréPlage pour faciliter l’usage du train plus vélo ; l 2 autres vélos-parcs aux gares de La RochellePorte Dauphine et La Rochelle-Ville.
La Rochelle - le journal - octobre 2009

Toutes les infos sur www.yelo-larochelle.fr et sur www.larochelle.fr

19

Dossier

Une solution pour chaque besoin

Stationner

Pour la journée, quelques heures, ou quelques minutes... il existe des solutions de stationnement adaptées à chaque besoin. Faites votre choix !

S

es besoins en stationnement ne sont assurément pas les mêmes que l’on vienne au centreville pour travailler, flâner, faire des achats ou rentrer chez soi. Vous travaillez en centre-ville ou venez au centre-ville pour la journée ? Optez pour le stationnement en parkings relais. Au sud de l’agglomération, le parking Jean-Moulin offre 650 places tandis qu’au nord, le parking Hermitage en propose 125, auxquelles viendront s’ajouter en

novembre les 200 places du nouveau parking relais des Greffières à Lagord (600 à terme). Ces parkings relais vous permettent de laisser votre véhicule aux abords du centre-ville à moindre coût, et de rejoindre votre lieu de travail, les commerces ou le coeur historique en quelques minutes, grâce à des navettes électriques, aux bus ou aux vélos. Songez que 12 000 personnes viennent chaque jour travailler au centreville et que 1500 à 2000 y stationnent toute la journée

! Vous souhaitez rester quelques heures en ville ? Garez-vous aux portes du centre sur les parkings de proximité (Esplanade des Parcs, Saint-Jean d’Acre, Place de Verdun, Les Minimes). « Le parking SaintNicolas viendra renforcer cette offre en 2010 avec 650 places supplémentaires », indique Bruno Delgrange, directeur du service Stationnement de la ville. Enfin, pour les riverains ou le stationnement de très courte durée, le stationnement dans l’hypercentre reste la

Nouveaux tarifs, nouveaux services
Augmentés... mais aussi simplifiés et mieux adaptés aux besoins, les tarifs du stationnement font peau neuve cet automne
fin de mieux organiser, rationaliser et rendre cohérent le stationnement en centre-ville, de nouveaux tarifs seront mis en place en même temps que le lancement du nouveau réseau de bus (lire page 18/19). Sur la zone verte, les tarifs en vigueur sont maintenus jusqu’à 4h de stationnement et un stationnement longue durée de 7h30 est créé au prix de 4,50 R (forfait). Parallèlement, la grille tarifaire

A

va être simplifiée avec la réduction du nombre de « tranches ». Des tarifs avantageux sont également créés pour le stationnement résident avec des abonnements à la semaine (5 R), au mois (22 R), au trimestre (60 R), au semestre (130 R) ou à l’année (260 R). Sur la zone orange, les tarifs sont maintenus jusqu’à 30 minutes de stationnement, augmentent de 10 centimes par tranche horaire entre 30 mn et 1h20 puis de 20 centimes par tranche horaire à partir de 1h30.

d’un forfait de 15 R pour 5 jours de stationnement consécutifs. « Le forfait 5 jours s’adresse en particulier aux personnes prenant le train », souligne Bruno Delgrange. Le week-end, les tarifs en vigueur sont maintenus et étendus jusqu’à un maximum de 10 h de stationnement (au lieu de 7h30).

Extension des zones horodatées
La zone verte est étendue au nord, à l’ouest et au sud-ouest du centre-ville. « Une vingtaine de rues gratuites passent en stationnement payant zone verte et d’autres rues, où résidaient encore des « poches » non payantes, deviennent elles aussi entièrement horodatées », détaille Bruno Delgrange. Quant au parking Saint-Jean d’Acre, il devient 100% payant, tandis que l’Esplanade des Parcs passe à 150 places payantes sur 500. En zone orange, les rues Albert 1er et Chef de Ville deviennent elles aussi entièrement payantes. j
Rens. www.larochelle.fr
(*) Le terme BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) désigne des lignes de bus à très grande fréquence (5 à 10 min. en heures pleines et moins de 15 min. en heures creuses) avec une amplitude horaire élevée, des aménagements de voirie et des priorités aux feux. C’est un peu un «tramway sur pneus»

Nouveautés dans les parkings
Les tarifs du parking souterrain de la place de Verdun - qui n’ont pas augmenté depuis 2002 vont connaître une progression de 10 centimes par tranche horaire avec le maintien de la gratuité les 30 premières minutes. Annoncé en juin dernier (Cf Journal municipal n°78) le « forfait soirée » à 1 R est mis en place pour le stationnement les samedis soirs, dimanches soirs et jours fériés entre 19h et 6h. À l’Encan, comme à Verdun, les tarifs augmentent de 10 centimes par tranche horaire avec le maintien de la gratuité les 30 premières minutes et aussi entre 12h et 14h. Pour la période hivernale, le tarif horaire va être supprimé la semaine et remplacé par des forfaits demi-journée (2,50 R), journée (4,50 R) et

20 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Textes : Maud

Parnaudeau photos : Julien Chauvet et Guy Genty

La part belle aux piétons

Plus de vie dans la ville
Dès 2010, de nouveaux aménagements seront réalisés autour du marché. Objectifs : rendre la ville encore plus belle et plus agréable, offrir des espaces de qualité aux modes de déplacements doux et permettre un meilleur partage de l’espace public rue Saint-Jean-du-Pérot

avant

après

rue Gargoulleau

solution la plus pratique. Davantage encore lorsqu’on s’équipe d’un PIAF (Parcmètre Individuel A Fente). Un horodateur portatif individuel - mis à disposition gratuitement sur simple demande - qui fonctionne avec une carte à puce prépayée. Ou encore lorsqu’on opte pour la « vignette anti-stress » qui permet aux habitants du centre-ville de stationner gratuitement, de 9h à 10h et de 17h30 à 18h30, en zone orange et en zone verte. j

avant

après

rue Bujaud

avant

après

rue du Brave Rondeau

Le stationnement en chiffres
Aujourd’hui :
l Plus de 7300 places de stationnement au total à disposition sur la voirie dont 3000 places gratuites (38 %), 3100 payantes (44%) et 1200 places en parking payant (18%).
avant après

Demain :
l Extension de la zone verte avec 900 places supplémentaires horodatées ; l 200 places supplémentaires à partir de novembre 2009 avec le nouveau parking relais des Greffières à Lagord (600 places à terme) ; l 650 places supplémentaires au parking SaintNicolas dès 2010.

n réalisant des espaces semi-piétons et en réduisant la place de la voiture, nous souhaitons non seulement rendre la ville plus belle mais aussi permettre à chacun de se déplacer en toute sécurité avec le mode de transport de son choix, tout en promouvant les modes de déplacement respectueux de l’environnement », explique Jean-Pierre Mandroux, adjoint à la Voirie, au Stationnement et à la Circulation. Suppression des trottoirs, réduction de la voie dévolue aux voitures, double sens cyclable, revêtement en pavage (non glissant !) et bitume clair, stationnement réservé aux personnes handicapées et aux livraisons... voici le futur visage des rues bordant

«E

le marché. Une semi-piétonnisation à l’image des aménagements réalisés récemment rue Saint-Nicolas mais aussi, depuis plusieurs années, rues Gargoulleau, Saint-Jean-du-Pérot, du Brave-Rondeau, Buffetterie, Bujeau, de l’Echelle Chauvin et de l’Echelle de la Couronne, quais Georges Simenon et Sénac de Meilhan. Côté marché, les travaux devraient commencer début 2010 par la rue Thiers. Puis suivront les rues Gambetta et du Cordouan. « Elle seront réalisées d’ici la fin du mandat », précise Jean-Pierre Mandroux. Réservées aux bus à partir de l’automne, les rues Dupaty et Ferté permettront également aux piétons de cheminer dans un environnement apaisé. j
La Rochelle - le journal - octobre 2009

21

22 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Libre expression à l'opposition municipale
Conformément aux dispositions de la loi du 27 février 2002 dite de “démocratie de proximité”, “La Rochelle, le journal” ouvre ses colonnes à l’opposition municipale.

Lr du temps

Textes : Charles

Vincent photos : Julien Chauvet

La maison Henri II, rue des Augustins

Modem
Les nouveaux réflexes environnementaux passent par des changements de comportement et du courage politique
Vivre mieux ensemble impose de penser globalement et de faire des choix comme conserver au marais de Tasdon sa vocation de poumon vert, recycler tous nos déchets, construire de vrais éco-quartiers, retraiter les eaux de pluie, avoir une police montée dans un hyper-centre semi-piéton aux rues pavées. Mais cette Rochelle, pourtant autrefois pionnière environnementale, ne redeviendra modèle que quand elle aura réussi à désenclaver et fluidifier sa circulation, notamment par une liaison entre la rocade et la future A 831. Car se déplacer autrement à La Rochelle demande la réalisation d’équipements attendus articulés à la grande périphérie d’Aunis. Et l’impact environnemental de l’entrée du sud gare et sa liaison avec la rocade par les Côtes-Mailles doit être minimale (murs végétaux insonorisants à l’esthétique irréprochable, éclairages mesurés). Si priorité doit être donnée aux bus, avec des navettes électriques proches, régulières et gratuites, il faut aussi stationner facilement grâce à des parkings de proximité attractifs à la fois aux portes des villes (Porte de Ré au nord, Porte de Vendée au nord-est, Porte de Paris à l’est et Porte sud pour l’axe vers Rochefort-Bordeaux) et par des parkings de proximité souterrains au seuil de l’hyper-centre (Préfecture-Coursive, Esplanade des parcs, Casernes Renaudin-Mangin, Notre-Dame-Cordeliers, Hôpital, Sud-Gare). Mieux se déplacer impose des vélos (à assistance électrique) omniprésents dans la ville, de nouvelles pistes cyclables, des liaisons avec les îles qui accompagneront naturellement les changements de mentalité. Marie-Laure Tissandier Arnaud Jaulin

Fabuleux décor de théâtre
Tour d’escalier, galerie de circulation et pavillon exigu : cet édifice conçu comme un décor de théâtre était inhabitable. Unique en son genre, il était destiné à en mettre plein la vue par son architecture d’avant-garde. Révélation
© Guy Genty

UMP

L’historien d’art Richard Levesque, spécialiste de la Renaissance

Le Revenu de Solidarité Active (RSA), un dispositif qui dérange
Comment ne pas répondre à La Lettre du Maire, dans ce très court espace d’expression. Comment ne pas être choqué, en effet, par deux annonces « catastrophiques » alors même que rien, pour l’instant, ne vient justifier de tels propos. La première concerne la suppression de la taxe professionnelle. Ce projet, porté par le Président de la République, répond à une demande ancienne des entreprises, des économistes et des politiques qui, comme François Mitterrand d’ailleurs, qualifient, tous, cet impôt d’idiot et de contre productif. Chaque entreprise qui investit est ainsi lourdement pénalisée puisque taxée sur ses investissements, ce qui engendre de sérieux problèmes de compétitivité pour nos PME sur les marchés internationaux et freine leur développement et donc la création d’emplois. Bien sûr, et tout le monde en convient, il est impératif que l’Etat veille à compenser, à l’euro près, cette taxe distribuée aux collectivités locales et indispensable pour qu’elles mènent à bien leurs actions. Mais, pour l’heure, rien n’est encore arbitré. Alors pourquoi brandir des épouvantails ? Quant à l’annonce de la fin des écoles maternelles, c’est là aussi un bien mauvais procès ! C’est, en toute hypothèse, une drôle de façon de justifier un quelconque report de la construction de l’école maternelle aux Minimes. Enfin, que dire de la mise en avant systématique de la Municipalité dans tout ce qui va bien en occultant l’engagement constant du Département et de l’Etat à ses côtés. Juste quelques chiffres, pour mémoire : depuis 2007, plus de 45 millions d’euros ont été injectés par le Conseil Général, sur le territoire de l’agglomération rochelaise. Quant à nos écoles qui ont bénéficié de travaux, le département a apporté 277 248 euros en 2007, 162 560 euros en 2008 et déjà 170 400 euros en 2009 et l’année n’est pas finie ! Le département a donc versé plus de 2 millions d’euros, ces trois dernières années, sur la CDA. Qu’on se le dise : La Rochelle ne vit pas dans une bulle où elle pourrait, seule, faire mieux que tout le monde. Elle bénéficie grandement du plan de relance de l’Etat, des fonds de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), à Mireuil notamment, du Programme de Réussite Educative (PRE) qui accompagne nos enfants et leurs familles en grande difficulté. S’agirait-il de nous faire croire qu’il y aurait d’un côté, des vertueux aux commandes de la Ville et de l’autre, des incapables au Gouvernement et au Département ? Cette caricature est d’un autre temps dont il est plus que temps de tourner la page pour travailler, en bonne intelligence, dans l’intérêt général des Rochelais. Dominique Morvant Pierre Dermoncourt Martine Cochennec Aurélien Bon Myriam Bacqué Claude Thibaudeau

L

a « Maison Henri II » fut construite vers 1555 pour Hugues Pontard, procureur du roi, qui habitait le corps de logis contigu : une demeure à pignon et à pans de bois dont l’entrée se fait rue du Palais. Elle deviendra plus tard auberge (« l’Etang »), Bureau des finances, siège du Corps de ville, échevinage... Sa cour pavée recelait une glacière à dôme d’ardoises (1)... « La Maison Henri II n’est pas une... maison », révèle l’historien d’art Richard Levesque, spécialiste de la Renaissance, dont les récents travaux éclairent d’un jour nouveau l’aura de mystère qui entoure l’édifice. « Cette façade sans profondeur est en fait un décor monumental, une architecture de rêve dont toitures et lucarnes simulent, pour les hôtes d’Hugues Pontard, un logis dominant le jardin : une oeuvre exceptionnelle, unique dans l’histoire de la Renaissance française, imaginée par un maître anonyme (2)... » Comme un haut mur remplaçait à l’époque l’actuelle grille et que la maison n’était pas visible depuis la rue, on imagine le richissime procureur ménageant ses effets avant de dévoiler la merveille à ses invités... Cette construction hors normes, en avance sur son temps, qualifiée à l’époque de monument « à la moderne » (expression relevée sur un manuscrit du XVIe siècle), ne pouvait qu’être le fruit d’érudits ayant une connaissance encyclopédique de tout ce qui se faisait de nouveau en Europe. Et n’en déplaise aux amateurs de symboles

alchimiques, son décor emprunté à l’antique n’a rien d’ésotérique. « On est là face à un savant clin d’œil aux galeries à caissons en vogue dans les châteaux Renaissance », dit Richard Levesque. Lequel a retrouvé, par exemple, les motifs à crânes de vache enguirlandés, strictement identiques, sur un traité d’architecture de Sebastiano Serlio (1475-1554), et les trois croissants de lune entrelacés, emblème de la maîtresse d’Henri II, Diane de Poitiers : hommage ou clin d’œil au roi ?... « Décor de théâtre » est l’expression qui définit le mieux la Maison Henri II : derrière la façade richement décorée, il n’y a rien, seulement un petit cabinet de travail. « L’intérieur le plus intéressant, affirme Richard Levesque, c’était celui de la maison à pignon contigüe, qui communique avec l’édifice. » C’est à dire là où vivait Hugues Pontard, probablement au milieu d’un cabinet de curiosités avant la lettre, dans un cadre d’« amateur d’art contemporain »... A l’Oratoire, le 18 septembre dernier, la conférence de Richard Levesque a fait mouche, illustrée par de saisissants montages animés en «3D» salués par des applaudissements nourris. j
Contact : richard.levesque@free.fr (1) Petite encyclopédie monumentale et historique de La Rochelle, par Rémi Béraud (Ed. Rupella, 1994) (2) A en croire Richard Levesque, l’architecte n’est pas Léonard de la Réau, comme on l’a toujours présumé.
La Rochelle - le journal - octobre 2009

23 La Rochelle - le journal - juin 2009

23

Environnement
Surfrider Foundation

Raconte-moi les vagues
Ressources : un contrat pour l’eau
Environ 30 % des besoins en eau potable de la commune sont assurés par des captages effectués sur les communes de Fraise, Anais et Varaize. Des nappes souterraines exposées aux rejets et pollutions diverses qu’il importe de protéger au mieux. D’où la mise en place d’un plan d’action qui fait suite à un diagnostic mené en 2008 sur ce territoire. Ce plan mené en concertation avec les acteurs locaux a pris la forme d’un Contrat de Bassin pour la période 2009/2013. Parmi les principales mesures visant à la protection des ressources, la contractualisation des mesures agri-environnementales. À savoir la remise en herbe de certaines parcelles, la réduction des apports en engrais et pesticides, voire la conversion de certains terrains à l’agriculture biologique. j

Avec l’exposition Vagues et Littoral accueillie par le Muséum d’Histoire Naturelle, l’association écologique Surfrider Foundation entend bien contribuer à l’éducation éco-citoyenne. D’où une large ouverture de cette manifestation vers les classes élémentaires et les collèges

Le bon miel de Tasdon
Installées le 25 mai, les cinq ruches du marais de Tasdon ont donné une première miellée le 20 août 2009 : environ 40 kg de miel ont été récoltés. Pourquoi installer des ruches à cet endroit de la ville ? Essentiellement pour connaître l’incidence d’un environnement particulier, à cheval entre espace naturel et urbanisé, sur le comportement et les productions des abeilles. Mais aussi sensibiliser le grand public sur le rôle de l’abeille dans notre environnement à travers des manifestations et par l’affichage de panneaux explicatifs. j

L’

Tasdon, le marais en photos
Responsable de la gestion des espaces naturels de la ville, Nicolas Blanpain est aussi un passionné de photo. Saison après saison, il a photographié le marais de Tasdon sous toutes ses facettes. Résultat ? Une exposition pour pénétrer un lieu méconnu, du 23 novembre au 10 décembre au centre social de Villeneuve-les-Salines. À travers des images aussi sensibles qu’esthétiques, Nicolas Blanpain s’est attaché à montrer toute la richesse de ce lieu préservé. Car tant du point de vue paysage que du point de vue animalier, le marais de Tasdon ne manque pas d’intérêts. « Des richesses qui ne sont pas forcément visibles facilement, dont les habitants des quartiers proches n’ont pas toujours conscience, et que cette exposition ambitionne de révéler. » j
Rens. 05 46 44 10 44

exposition Vagues et Littoral conçue par la Surfrider Foundation se veut pédagogique avant tout. Sur près de 200 m², c’est tout un univers ludique, interactif et multimédia qui permet une totale immersion dans le milieu de l’Océan, du littoral, des vagues et du surf ! L’exposition comporte en effet quatre grands espaces d’animation : Explorer, Jouer, Agir et S’informer. Au travers de quiz et de jeux, les visiteurs - petits et grands - peuvent tester leurs connaissances sur la pollution de l’eau, le tri des déchets et l’évaluation de leur impact sur l’environnement. Côté ludique, des vidéos et des représentations en 3 D invitent à découvrir le milieu marin et le littoral, tout en s’amusant.

protection du littoral et des océans au coeur de leur projet pédagogique annuel. Cette exposition vient donc soutenir de nombreuses actions éducatives locales » confie Michaël Rabiller. Et de rappeler que le courrier d’invitation envoyé aux écoles et collèges d’agglomération rochelaise, le jour de la rentrée des classes, a reçu un accueil des plus favorables : « dès le lendemain, nous avons enregistré les premières inscriptions ». j
Exposition jusqu’au 25 octobre. Rens. Muséum d’Histoire Naturelle, 05 46 41 18 25 www.surfrider-europe.org/ à la rubrique Vagues et Littoral
La Rochelle gglomération de Communauté d'A pose

La

Exposition pédagogique
« Pour le public scolaire qui est visé en priorité par cette exposition, les visites seront donc guidées par des animateurs locaux spécialement formés par la Surfrider Foundation » explique Michaël Rabiller, médiateur scientifique au Muséum d’Histoire Naturelle. Ces animateurs font partie du Réseau des Acteurs du Développement Durable de l’Agglomération Rochelaise (RADDAR) qui regroupe différentes institutions et associations locales. Parmi elles, le Point Info Environnement qui souhaitait accueillir cette exposition nationale, et le Muséum d’Histoire Naturelle qui disposait des locaux nécessaires. « Beaucoup d’établissements scolaires ont inscrit la

LITTORAL VA G U E S E T R F O U N D AT I O N
L'EXPO

vous pro

SURFRIDE

A découvrir e istoire Naturell au Muséum d'H E 2009
TOBR DU 3 AU 25 OC

à La Rochelle 28 rue Albert 1er : 05 46 41 18 25 Renseignements e.fr nt@agglo-larochell info.environneme

24 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Environnement

Textes : Dany

Huc photos : Julien Chauvet

Arbres : un plan vert pour la ville
Pour la période 2009/2013, un Plan Vert définit les objectifs et les moyens pour augmenter la capacité à intégrer au mieux les arbres dans la ville. Il s’agit ainsi de participer à la trame et au maillage végétal en renouvelant les alignements là où c’est nécessaire. Mais aussi en confortant le boisement des parcs et des jardins publics. Sans oublier les zones isolées où il importe de favoriser des « corridors écologiques », comme cela a été fait le long du canal de Rompsay ou en bordure de la réserve naturelle de Tasdon. Ceci en favorisant les espèces locales comme le frêne, l’érable champêtre ou le chêne vert. Pour mémoire, le service des espaces verts aura planté cette année trois cent quatre arbres sur trente-deux sites différents. Soit presque trois fois plus que l’an dernier ! Et la ville comptait au dernier recensement quarantequatre mille arbres, dont sept mille trois cents plantés en alignement le long des rues et des boulevards. j

Réserves de Tasdon et de Pampin

Découverte au naturel
Les réserves naturelles de Tasdon et du marais de Pampin abritent de nombreuses richesses méconnues. À découvrir au cours de deux visites guidées cet automne

Une journée pour l’arbre et la haie
La Région organise autour de la date symbolique de la Sainte-Catherine (25 novembre) : « Les Journées Régionales de l’arbre et de la haie ». Un projet dans lequel la Région s’est engagée dès 2004 avec un vaste programme de plantation baptisé « d’un Habitant, un Arbre ». À ce jour, plus de neuf cent mille arbres et arbustes ont été plantés avec le soutien de la Région. j
www.poitou-charentes.fr/ environnement/paysages/arbrehaie-2009.html

Dans le jardin des simples
Le petit jardin du musée d’Orbigny est désormais ouvert au public, suivant les mêmes horaires que le musée. En plein centre-ville, ce petit espace vert forme un havre de paix arboré où il fait bon flâner. Ce jardin un peu secret avait été rénové en 1999 dans l’esprit d’un jardin de simples, avec petites étiquettes indiquant la nature des diverses plantations. Puis il était tombé doucement dans l’oubli, avant d’être réouvert au public en juin dernier, à l’occasion de « Rendezvous au jardin ». j
Musée d’Orbigny-Bernon 2 rue Saint-Côme, Rens. 05 46 41 18 83

vec les marais de Pampin et de Tasdon, la commune de La Rochelle possède deux réserves naturelles très bien préservées, « et surtout gérées avec soin » précise Nicolas Blanpain, gestionnaire des espaces naturels de la Ville. Cet aspect « préservation » sera au coeur des visites, organisées les 21 et 28 octobre prochain.

A

Nature « brute »
Sur les 25 hectares de Pampin et les 18 hectares de Tasdon, les deux marais rochelais présentent une grande diversité végétale et animale. « Tout spécialement des oiseaux de l’Europe du nord qui viennent passer l’hiver dans nos régions. Ou bien des espèces rares comme la rousserole ou la cisticole des joncs qui trouvent dans ces marais un habitat idéal pour nicher et se nourrir » précise Nicolas

Blanpain. Cette richesse naturelle a conduit au classement de ces deux marais en zone naturelle. Mais il importe qu’elles continuent d’exister. « Notre travail consiste donc à entretenir ces espaces pour qu’ils restent dans l’état le plus « naturel » possible. Tels qu’ils étaient du moins au moment de leur classement. » Un travail de gestion qui sera largement expliqué au cours des visites d’octobre. Prévoir chaussures et tenue adaptées, prêt de petites jumelles (X8) sur place. j
Tasdon. Le 21 octobre, à 10h, rendez-vous au rondpoint des jardins familiaux de la Moulinette, au bout du mail du 14 juillet à Villeneuve les Salines. Pampin. Le 28 octobre, rendez-vous à 10 h à l’accès des véliplanchistes sur la plage de l’Houmeau. Rens. 05 46 51 11 43

© Guy Genty

L’environnement s’expose
Le Point Info Environnement organise différentes expositions au cours de cet automne. Du 5 octobre au 20 novembre : Scénarios et développement du Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) de la Communauté d’Agglomération Rochelaise. Du 23 novembre au 15 janvier : Exposition sur la réduction des déchets. À signaler également l’exposition sur Les poissons Fossiles organisée par l’Ecole de la Mer dans les locaux de l’Aquarium. Jusqu’au 29 janvier. j
Rens. PIE , 05 46 51 11 43
La Rochelle - le journal - octobre 2009

25

26 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Ville en chantiers
<<< Mireuil

Textes : Sylvie

Girot photos : Julien Chauvet

La métamorphose s’accélère
Après la déconstruction des châteaux d’eau, le début des travaux de la salle des fêtes, la rénovation de l’école Jean Bart, c’est au tour de l’Utrillo de s’offrir une nouvelle vie

L

e bâtiment construit dans les années 1967-1968 dresse ses huit étages sur 250 mètres dans l’un des secteurs les plus denses de Mireuil. L’opération de restructuration a débuté avec la construction à l’ouest d’un immeuble de douze logements désormais occupés. Première phase, véritablement visible de la transformation de l’immeuble, la réalisation des arches. D’une hauteur de 14 mètres, chaque arche demande neuf mois de travail pour scier les planchers de quatre niveaux, démolir, évacuer les gravats et mettre en place des poteaux de soutènement. La grignoteuse (un engin équipé d’une énorme pince) s’est affairée en juillet et septembre pour percer les deux premières arches. En octobre, ce sont trois cages d’escalier qui devront «tomber» pour fragmenter l’immeuble en deux parties

inégales. La réalisation de la troisième arche est prévue à la fin de l’année. Au final, le bâtiment sera constitué de sept résidences possédant chacune leur parking privé et leur accès sécurisé. Neuf logements seront réalisés en rezde-chaussée. En même temps, cage d’escalier par cage d’escalier, l’OPH (Office Public de l’Habitat de la Communauté d’Agglomération) procède à la réhabilitation des appartements : remplacement des menuiseries extérieures et des portes palières, réfection des circuits électriques et de chauffage, remplacement des chauffe-eau et équipements sanitaires, peintures et sols des wc, salle de bains et cuisine, installation

Réhabilitation en parallèle

d’interphones, ravalement des loggias... En bref, une véritable cure de jouvence qui vaut bien quelques désagréments car la principale difficulté vient du fait que ces travaux sont réalisés en site occupé. Dispositif d’aide, d’information et d’accueil Le bruit des marteaux-piqueurs et les travaux de modernisation des ascenseurs causent d’inévitables nuisances que l’OPH s’efforce d’atténuer. Ainsi, un service de portage pour aider les personnes à mobilité réduite ou ayant des enfants en bas âge ou ayant des problèmes de santé. Des logements de courtoisie permettent de se retrouver dans un cadre agréable et paisible. Enfin le Point Info PRU, véritable bulle d’informations, répond à toutes les interrogations sur le PRU (programme de Renouvellement Urbain). j

Tout savoir sur le PRU

D’un seul clic, sur le site de la ville www.villelarochelle.fr, rubrique Cadre de vie / Projets urbains. En poussant la porte du Point Info où maquettes et outils multimédias interactifs permettent de voir les évolutions globales et les différents chantiers en détail. Plus qu’un simple lieu d’informations, ce local est un véritable carrefour où se croisent expositions, animations, accueil, renseignements et convivialité. La programmation reste ouverte : vous avez des idées, un projet en lien avec l’évolution du quartier,proposer les car il y a des financements possibles à la clé. Bât Meissonnier, ouvert le lundi de 14h30 à 17h30, le mercredi de 9h30 à 13h et de 16h à 19h et le vendredi de 16h à 19h. Tél. 05 46 34 30 55

Place de l’Europe : ça arrive!
Initialement prévus pour cet été, les travaux de la place de l’Europe devraient démarrer avant la fin de l’année. Le parking privé qui se trouve sous la place nécessite en effet de se soumettre à certaines formalités qui ont pris plus de temps que prévu (autorisation de l’ensemble des propriétaires de garage, assurance dommages ouvrage...).

La Rochelle - le journal - octobre 2009

27

Ville en chantiers
<<< Centre-Ville

Textes : Dany

Huc photos : Julien Chauvet

Au chevet de l’Hôtel de Ville
Lorsque nous passons devant ce bâtiment, ce sont cinq siècles qui nous contemplent ! Age plus modeste que celui des pyramides, mais l’outrage du temps fait son travail insidieux, aggravé par le contexte marin et la pollution atmosphérique. Des travaux de restauration pour la conservation de ce monument classé en 1861 et pour la sécurité des passants, vont commencer en novembre 2009
e fut d’abord un morceau de pierre tombé d’une façade avant que ne tombe et ne se brise un balustre de l’escalier d’honneur. Filets de protection sur toutes les parties à risque, panneaux de bois sur les deux faces des rampes et balustrades de l’escalier ; une mise en sécurité étaient plus que nécessaire. Une étude exhaustive préalable à la restauration de toutes les façades intérieures et extérieures a été menée par Philippe Villeneuve, architecte en chef des Monuments Historiques. De l’observation méticuleuse de toutes les murailles aux prélèvements de pierres, pour des analyses d’identification des causes des dommages observés (analyses confiées au Laboratoire d’Etudes et des Recherches sur les Matériaux), rien n’a été laissé au hasard. Ce qui a permis un relevé précis, quasiment pierre à pierre. Aux désordres engendrés par la pollution et l’air salin, il faut ajouter l’action du ruissellement et de la stagnation des eaux, la corrosion d’éléments métalliques à l’intérieur des maçonneries, l’effet néfaste de pierres de porosités différentes et très certainement, avant qu’il ne soit jugé trop agressif en restauration, le nettoyage par sablage. Desquamation des pierres provoquée par la disparition de la couche protectrice, le calcin, aplanissement des sculptures, dépôts noirs incrustés, généralement gras, apportés par la pollution, mousses et lichens générés par les eaux pluviales, présence de chlorures de sodium due au contexte marin, corrosion de parties métalliques... Les prescriptions sont aussi nombreuses que les maux des murs de pierres ! « Les travaux vont durer quatre ans, précise Patrice Giret, directeur du service Patrimoine Public Bâti de la Ville, répartis en quatre tranches :

C

Les pathologies des pierres

muraille Ouest du pavillon et escalier, puis enceinte rue de la Grille, tour de l’horloge et pavillon, ensuite l’enceinte côté place de l’Hôtel de Ville et la tour. Enfin, murailles Ouest et Nord des ailes Est et Sud, côté cour. Le montant des travaux estimé à 2 millions d’euros est financé, sur la base du montant horstaxe, à hauteur de 35% par l’Etat, 15% par la Région, 25% par la Département et 25% par la Ville. » Préconisés par Philippe Villeneuve, il précise : « Au XIXe siècle on aurait viré les éléments malades, autres temps autres techniques ! Aujourd’hui on «soigne» les pierres, on apporte des solutions douces ; enlever les sels qui bousillent les pierres,

Les traitements

nettoyer au laser et micro-gommage, introduire des bactéries dans la pierre pour leur redonner une structure plus solide...Un travail de restauration et de conservation particulièrement délicat, l’axe fort des Monuments Historiques, dans l’application de techniques qui ont connu ces dernières années une grande évolution permettant une précision quasi chirurgicale. Restaurer un ensemble tel que l’Hôtel de Ville est intéressant ! Parce que les XVIe et XVIIe siècles sont bien présents, cohabitant sans heurts avec d’autres styles et que c’est ça qui fait l’identité et l’authenticité du monument. Une valeur patrimoniale exemplaire à respecter dans toutes nos interventions. ». j
Rens.05 46 51 51 51

Repères historiques
Sur l’îlot actuel, en 1298, cinq maisons sont achetées pour loger l’échevinage. En 1498, construction de l’Hôtel de Ville. Entre les deux sièges, de 1592 à 1628, des travaux importants sont apportés ainsi que l’extension. En 1830, ouverture de la place de l’Hôtel de Ville et classement aux Monuments Historiques en 1861. En 1876, début des grands travaux dirigés par J. Lisch. De 1904 à 1909, de 1922 à 1924, de 1935 à 1938, puis de 1960 à 1979 : toujours des travaux de restauration, consolidation, charpentes, couvertures. Les derniers travaux ont eu lieu en 2002 avec la réfection de la tourelle nordouest. j

PIG

Rénovation des logements en centre-ville
Le Projet d’Intérêt Général est renouvelé pour deux ans, après un premier acte encourageant. A ce jour dans le centre ancien de la ville, soixante-quatre logements locatifs ont été subventionnés

P

etit rappel du dispositif : la Ville associée à l’Anah propose aux propriétaires d’appartements vacants ou inconfortables situés dans le centre historique, des subventions pour les rénover selon les normes en vigueur et les louer. Ces subventions sont modulées selon l’engagement du propriétaire qui pratiquer trois niveaux de loyer : libre, intermédiaire ou conventionné. Plus le loyer demandé est modéré, plus important sera le pourcentage : jusqu’à 80 % de subvention pour les loyers conventionnés, sur la base de la dépense retenue par l’Anah. Le cabinet Habitat et Développement est missionné par la Ville pour le montage et le suivi des dossiers, l’évaluation des travaux nécessaires

et autres conseils. Ces interventions sont gratuites et sans engagement pour le propriétaire. Enfin, la Ville a mis en place des mesures innovantes : garantie de loyers, convention de relogement temporaire des locataires, aide aux entreprises pour la gestion des gros chantiers ou encore la bonification des subventions façades pour un projet global. Le PIG s’avère un outil efficace pour entretenir notre patrimoine et maintenir la mixité sociale du coeur de ville. j
Rens. Cabinet Habitat et Développement, 02 51 36 82 63 service Urbanisme, 05 46 51 14 39 urbanisme@ville-larochelle.fr

28 La Rochelle - le journal - octobre 2009

© DR

© Guy Genty

Ville en chantiers
<<< Centre-Ville

Textes : Sylvie

Girot photos : Julien Chauvet

La Motte Rouge

© Marion Talagrand

L’

aménagement de ce secteur, véritable lieu charnière entre le centre historique et la ville nouvelle, constitue les prémices de la requalification du Vieux Port. Les travaux démarrent cet automne. Ils seront menés conjointement à la réalisation du parking Saint-Nicolas. Aujourd’hui entièrement dévolue aux voitures, la place du Commandement de la Motte Rouge sera demain à dominante piétons. Sa surface sera doublée. Seuls, les autobus pourront la traverser, les voitures devront la contourner et ne pourront plus y stationner. Normal, le futur parking Saint-Nicolas tout proche leur offrira six cent cinquante places. Seuls quelques arrêts minutes seront conservés près des commerces (devant l’hôtel Ibis, et devant le Gabut). Largement arboré sur ses pourtours avec des bancs pour se reposer, le lieu devrait retrouver son ancienne fonction de porte de la ville. Cette nouvelle place jouxtera une vaste esplanade minérale située le long du quai de la Georgette, renvoyant ainsi aux horizons marins comme pour

commence sa mue

rappeler que jadis le site servait d’exutoire des marais vers l’océan.

Largement dégagé, le quai de la Georgette, accueillera les deux accès piétons au parking Saint-Nicolas, l’un côté Office du Tourisme, l’autre côté Aquarium. L’éclairage sera lui aussi

Une deuxième tranche plus végétale

revu avec notamment l’installation de mâts spécifiques sur ce même quai. Le projet dans son ensemble inclut le réaménagement du square Jacques Bobinec ainsi que l’aménagement de jardins. Ces travaux feront l’objet d’une deuxième tranche. Des perturbations sont donc à prévoir pendant six mois dans ce secteur. Mieux vaut l’éviter. Ce mois-ci, des travaux préparatoires sont réalisés sur les réseaux. j

<<< Centre-Ville

De nouvelles règles pour embellir la ville

J

<<< Centre-Ville

lus de trois cent cinquante mille visiteurs foulent chaque année le parvis de la médiathèque Michel Crépeau. Ce succès méritait bien un aménagement. Dans le cadre d’une commande publique, associant l’Etat (qui apporte une contribution de 150 000 s) et la ville, l’artiste new-yorkais Dan Graham a été mis à contribution pour imaginer une installation contemporaine capable d’animer les lieux. L’œuvre est en cours de réalisation. Inutile de préciser que l’on ne va pas se contenter de la poser là. L’espace a été repensé pour former un salon de lecture en plein air, arboré d’essences évanescentes. Le sol en

Parvis contemporain pour la médiathèque

P

béton coulé dialoguera avec la transparence du bâtiment et les reflets de la « machine optique » de Dan Graham. Pour l’essayer, il vous faudra encore un peu de patience, les premiers coups de pioche sont pour la fin 2009- début 2010, pour la première tranche de travaux du parvis. Une deuxième tranche devrait redessiner l’avenue le long du chenal. À noter que ce paysage urbain est signé Alain Gry, concepteur de l’espace Verdière et de Jean-François Galinet, architecte paysagiste à qui l’on doit l’aménagement du lac de la Sole aux Minimes, une réalisation primée aux Victoires du paysage 2008. j

<<< La Pallice

Quand les fils s’effacent

à

la mi-octobre, une première tranche de travaux débutera sur l’avenue DenfertRochereau entre les rues Eugène Dor et de la Muse dans le quartier de La Pallice. Le Service des eaux doit à cet endroit changer les conduites d’eau. Il faut donc ouvrir les voiries, on profite de l’occasion pour enfouir les réseaux électriques et téléphoniques disgracieux. En parallèle, à La Trompette, l’aménagement de la rue du

Lieutenant Colonel Bernier (prolongement de la rue de Metz) reprend. Après une première tranche qui avait concerné la partie centrale de la rue, c’est au tour du tronçon entre les rues Richelieu et Colbert. Là encore, pour embellir, on efface les réseaux. Ces deux chantiers devraient durer 3 à 4 mois. Trêve des confiseurs oblige, ils s’interrompront pour les fêtes de fin d’année. j
La Rochelle - le journal - octobre 2009

© Alain GRY - Impact Urbanisme

© DR

usqu’à présent, le cercle théorique des 500m autour des monuments historiques avait force de loi en matière de travaux. À 499 m, il fallait l’accord de l’Architecte des Bâtiments de France, qui le donnait ou non en fonction de ses propres critères. À 501 m, vous pouviez laisser libre cours à vos envies. Le système a montré ses limites. «Désormais, chacun pourra identifier la façon dont est classée sa maison et connaître le règlement applicable», résume Carine de Naurois, ingénieur au service Urbanisme de la Ville. Le périmètre définitif de la ZPPAUP, sigle barbare qui signifie Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager, a été approuvé par le conseil communautaire cet été. Pour coller le plus possible au terrain, l’agence d’architecture

AUP a effectué, depuis juillet 2005 un recensement précis du bâti sur l’ensemble de la ville, ce qui a permis de classer les différents types de bâti et de distinguer différentes zones comme les zones de patrimoine urbain (la Trompette, la Genette, le centre de Tasdon ...) ou les zones de patrimoine naturel comme les marais ou les parcs. L’objectif est de protéger le patrimoine mais aussi d’apporter une certaine liberté d’action tout en conseillant techniquement et esthétiquement en amont. Une simple consultation du document au service urbanisme de la Communauté d’Agglomération permettra aux Rochelais de savoir à quelles règles se vouer. Le document sera, dès cet automne, consultable sur Internet. j

29

30 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Ville en chantiers
<<< La Pallice

Textes : Dany

Huc et Sylvie Girot photos : Julien Chauvet

La Grue Caillard au Concours Lumières
Le patrimoine industriel s’inscrit mieux dans la mémoire collective lorsqu’il lui est révélé. Tel est l’enjeu de la mise en lumière de la grue Caillard. Construite en 1958, cette impressionnante structure a une capacité de levage de 10 tonnes sous crochet à une portée de 15,5 mètres. Elle était autrefois affectée au déchargement des cargos sur le quai du bassin à flot. Elle relie donc la ville à sa mémoire portuaire. Sa mise en lumière que l’on doit à Sylvain Bigot (Néolight) la métamorphose désormais, la nuit venue, en un étrange insecte coloré reconnaissable par tous. Les équipes de

k

l’entreprise Citéos ont marqué de points lumineux les angles saillants caractéristiques de la grue. Au total, cent quarante-neuf points illuminent arêtes et formes pleines selon trois scenarii qui varient tout au long de la semaine. L’utilisation de diodes électroluminescentes permet de réaliser de substantielles économies d’électricité. La puissance totale installée est de 3 kW. Ce travail a remporté le premier prix du Concours Lumières 2009 organisé par le SERCE (Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique). j

<<< Port-Neuf

«L’

aire de jeux de la Maison de quartier de Port-Neuf, était extrêmement érodée » explique Olivier Schvan du Service Espace Public de la Ville. L’océan tout proche, la présence d’un magnifique pin parasol sur le site, la morphologie des locaux de la Maison de quartier, bâtisse basse aux murs blancs et volets bleus ont largement inspiré les techniciens qui ont planché sur le projet. «Nous avons travaillé sur une triple thématique : l’ambiance maritime, le bois et le développement durable.» Pas d’agrandissement mais un aménagement fait

La mer comme s’ils y étaient

k

pour stimuler l’imagination des bambins. «Tous les modules seront en bois (bois issu de forêts européennes certifiées), revêtus de lasure végétale et représenteront des bateaux. Les jeux à ressort auront la forme d’animaux marins. Le tout posé sur un lit de copeaux teintés en bleu avec des franges blanches pour simuler l’écume et le ressac. » Toutes ces structures seront réalisées sur mesure selon un process artisanal plus long en terme de fabrication et d’assemblage. Les travaux démarrent en octobre et devraient être terminés au plus tard début janvier 2010. j

<<< Saint Eloi - les Géraniums

C’est parti

k
l’ANRU (Agence Nationale pour le Rénovation Urbaine) attendait son feu vert pour le démarrage des travaux. L’accord de principe a été obtenu cet été. L’accord définitif devrait intervenir cet automne. Les travaux vont donc commencer. Première étape: la réalisation des réseaux (eau, électricité, assainissement...) et d’une voirie provisoire dès la fin de l’année pour viabiliser les parcelles à bâtir, dont la commercialisation devrait démarrer courant 2010. j

L

a libération des terrains des serres municipales de La Rochelle a laissé 3 ha, qui ajoutés au 1,9 ha de la cité des Géraniums appartenant à l’Office Public de l’Habitat, a permis la mise sur pied d’une opération de renouvellement urbain sur cette zone. Le projet prévoit la démolition de deux immeubles et la réhabilitation/ résidentialisation des deux autres ainsi que la création d’un programme mixte de petits collectifs et de logements individuels. Le projet soumis à

<<< Centre-ville

Des travaux et des puces

k

G

ros chantier de réfection place du Cdt de la Motte Rouge : sols en béton désactivé, pavés de granit, plantations, mobilier urbain, éclairages... ; le quai de la Georgette et la dalle du parking seront également aménagés dans la foulée. A terme c’est l’entrée dans le vieux port

qui sera ainsi matérialisée. Durée des travaux : de la mi-novembre au printemps prochain. Les puces du samedi, qui se tiennent habituellement sur la place, déménageront, provisoirement, square du quai Valin. j DH

Rens. 05 46 51 51 51

<<< Tasdon

On efface et on aménage

k

P

arallèle à la rue Emile Normandin, la rue des Jars avait besoin d’être rajeunie côté voirie. On profite donc du chantier d’effacement des réseaux pour recalibrer chaussée et trottoirs et réaménager le stationnement. Les travaux devraient débuter en fin d’année et se feront sur

deux exercices budgétaires Mais dans ce secteur, des travaux de viabilisation ont déjà débuté en septembre. L’objectif est de créer une voie nouvelle entre la rue Jean Bouche et l’impasse des Jars qui desservira un lotissement. Les travaux devraient être finis en novembre. j
La Rochelle - le journal - octobre 2009

31

Sport
La nuit des arts martiaux

Treize disciplines au rendez-vous e de cette 5 nuit
Ecole de Navigation Française
Créée par trois marins expérimentés, l’Ecole de Navigation Française (E.N.F) communique sa passion de la mer depuis cinq ans. Outre la formation aux permis bateaux et la location de semi-rigides, le centre organise des « stages autonomie » pour ceux qui voudraient apprendre à naviguer de façon plus pointue. Lecture de cartes, utilisation du GPS et calcul des marées sont au menu, tout comme les manoeuvres de port, souvent redoutées. L’E.N.F s’est lancée parallèlement dans la rédaction de manuels destinés à faciliter le passage des permis (en vente dans les locaux de l’ENF et dans les magasins d’accastillage). Axant son travail sur la compétence, le sérieux et la convivialité, l’ENF est en train de développer un réseau de partenaires, sous forme de licences de marque. j
Rens. 05 46 43 18 24

Le marathon dans les starting-blocks
Plus de huit mille coureurs seront au départ du 19e marathon de La Rochelle. Rendez-vous est donné le 29 novembre pour 42,5 km d’un parcours animé par des orchestres de jazz, de blues, ou par des bandas qui sauront redonner du baume au coeur des retardataires. Les marathoniens se verront offrir une bourriche d’huîtres, un coupe-vent et un diplôme à l’arrivée, et les dames bénéficieront d’une attention particulière avec une rose. Les champions ne seront pas les seuls à être à l’honneur puisqu’un prix récompensera les trois meilleurs déguisements et le meilleur groupe déguisé. Un footing de 4 km sera organisé la veille à côté de l’Espace Encan pour ceux que la distance impressionne. Que les autres se rassurent, les inscriptions sont encore ouvertes... j
Rens. 05 46 44 42 19

Succès grandissant depuis 2001, La nuit des arts martiaux se déroulera le 30 octobre à la salle Gaston Neveur

A

Les anciens fêtent leurs vingt ans
L’Amicale Rochelaise Des Anciens du Sport (A.R.A.S) a fêté ses vingt ans le 25 septembre dernier. L’association, qui regroupe anciens dirigeants, entraîneurs, bénévoles mais aussi simples licenciés, apporte son soutien aux clubs sportifs rochelais (Médailles, trophées, dons de matériel). L’A.R.A.S, qui se veut un lieu de rencontres et de convivialité, organise des tournois de pétanque, de belote, de pêche, des sorties touristiques ou encore des repas dansants. j
Rens. 05 46 42 48 74

ïkido, Karaté, kung-fu ou Capoeira, treize disciplines seront représentées pour cette 5ème nuit des arts martiaux. Chaque club disposera de dix minutes pour présenter son art, alternant combats et démonstrations. Professeur d’Etat et co-organisateur de l’évènement, Bernard Dabot maitrise une douzaine de disciplines. Il évoque la philosophie des arts martiaux : « On apprend la politesse, l’abnégation, le respect de l’autre. Ce ne sont pas forcément les plus costauds qui s’en sortent le mieux (...) Certains sont timides, inhibés et se révèlent en pratiquant. D’autres sont d’un tempérament agressif et deviennent plus calmes, en canalisant leur énergie ».

des films chinois ou japonais. Il est même arrivé qu’on me demande comment combattre dans les airs».

Au bénéfice de l’association Grand largue
Après Les restos du coeur et Les blouses Roses, les recettes de cette 5e édition seront reversées à l’association Grand largue. Longtemps parrainée par Eric Tabarly, l’association tente de favoriser l’intégration sociale de jeunes en difficulté en leur faisant découvrir la mer, à bord du Belem notamment. Revenant à sa passion pour les arts martiaux, Bernard Dabot avoue une fascination toute particulière pour le Iai Do (La voie du sabre), qu’il présentera le 30 octobre : « On est seul avec le sabre, c’est l’art suprême, l’art des samouraïs. Même si on reste dans l’idée du combat, c’est plus spirituel ». Une philosophie qui lui correspond à merveille, lui qui avoue ne pas être un grand adepte de la compétition : « Il n’y a pas d’humilité, je préfère les démonstrations. Surtout si c’est pour une bonne œuvre ». j
Rens. 05 46 51 14 62

La référence au cinéma
Autrefois confidentiels, les arts martiaux se sont développés ces dernières années à La Rochelle avec la présence de vingt-sept clubs. Un succès qui va de pair avec l’essor d’un certain type de cinéma, ce qui l’amuse parfois : « Ça s’est développé depuis quelques années, notamment depuis la sortie de films comme ‘’La rage du tigre’’, qui a fait connaitre les arts martiaux. Certains viennent dans les clubs après avoir vu

32 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Sports

Textes : David

Labardin photos : Julien Chauvet

Les aventuriers font leur festival
La 6e édition festival du film d’aventure se tiendra les 19, 20 et 21 novembre à l’Espace Encan. Pour Stéphane Frémond, chargé de la programmation, le festival regroupe des réalisateurs aux parcours très différents. « Certains sont des aventuriers professionnels, qui montent leurs expéditions avec le soutien des médias. Il y a aussi des aventuriers occasionnels qui relatent le périple d’une vie.» A ne pas manquer cette année, le ‘’Paris -Jérusalem’’ de Edouard et Mathilde Cortès, un voyage de noces sans un sou en poche. Alors que le mythe de la ‘’Terra Incognita’’ semble de plus en plus utopique, Stéphane Frémond privilégie l’angle et l’originalité des projets : « Il y a de l’écologie, de l’ethnologie, de la culture et bien sûr, des expériences extrêmes. C’est la façon dont le film est traité qui est importante. Les réalisateurs viennent rencontrer le public et parlent de leurs valeurs, de leurs convictions ». j Rens. 09 60 16 05 27

Iron Man

Rêve d’un Rochelais devenu réalité
Sportif aguerri, Tony Bussières a participé au dernier Triathlon de Nice. Une consécration pour ce policier municipal, après un an intensif de préparation

Rallye d’automne
Le 54e rallye d’automne se déroulera les 13, 14, et 15 novembre. Les véhicules partiront entre les deux tours pour une portion routière, avant de rejoindre les circuits aux alentours de Surgères. Nouveauté cette année, La Rochelle accueillera la finale du championnat de France V.H.C (Véhicules Historiques de Compétition). L’occasion d’admirer plus de cinquante voitures mythiques comme la Porsche 911 ou la Renault Alpine. Attention à la sécurité, des points publics seront délimités sur chaque spéciale. j
Rens. 05 46 44 23 23

Le squash rochelais accède à l’élite
Vice-championne de France de nationale 2, l’équipe masculine du S.C.R (Squash Club de La Rochelle) évoluera en Nationale 1 l’année prochaine. Une consécration après trois échecs en play-offs, et la perspective de rencontrer des joueurs issus du top 10 mondial. Félicitations à Damien Habouzit (n°40 francais), Guillaume Doffargue (n°39), Paul Bonabesse (n°23), et Stéphane Brevard (n°18). L’équipe féminine n’est pas en reste puisqu’elle décroche la médaille de bronze de Nationale 2. j
Rens. 05 46 44 19 63

Le P.O.C remporte le bouclier
L’équipe féminine du Pallice Océan Club (P.O.C) a remporté le championnat national de rugby à 7. Une victoire arrachée 19 - 17 face au club de Gévaudan, dans une finale jouée à Toulouse. Une année exceptionnelle pour le club Palliçois puisque l’équipe sénior de rugby à XV accède cette année au deuxième échelon national (fédérale 2). Le P.O.C, qui compte une cinquantaine de licenciées, alignera des équipes exclusivement féminines pour la saison 2009 - 2010. j
Rens. 05 46 41 54 61

Rugby et boxe : Les grands travaux
était un rêve, je voulais savoir si je pouvais aller au-delà de moi-même. » Policier municipal à La Rochelle, Tony Bussières a eu la joie de participer au Triathlon international « Iron Man » de Nice, le 28 juin dernier. 3,8 km de natation, 180 km de vélo, 42,5 km de course à pieds pour finir et la satisfaction de rentrer dans le cercle très fermé des « finishers ». « On rentre dans la grande famille des « finishers » qui sont allés au bout d’un Iron Man. C’est une satisfaction, j’étais en admiration devant eux quand j’étais plus jeune. » Alors que Tony Bussières s’était fixé un objectif de 13h, des maux de ventres contractés lors de la dernière épreuve l’ont obligé à revoir ses ambitions à la baisse. Avec un temps de

«C’

15h, il termine néanmoins dans les temps et repense aux longs mois d’entraînement : « Je m’entraînais en moyenne quinze heures par semaine. C’était une vraie organisation, une hygiène de vie ». Loin de se reposer sur sa « petite notoriété» au sein de la Police Municipale, Tony Bussières se prépare pour le prochain Marathon de La Rochelle. Une première étape pour ce triple champion départemental de cyclisme, avant de participer une seconde fois à l’Iron Man de Nice. Avec de nouvelles ambitions : « J’espère finir en douze heures. Les athlètes qui passent sous la barre des dix heures se qualifient pour le championnat du Monde à Miami. C’est un rêve, j’aimerais y arriver un jour ». j
Rens. La Rochelle triathlon, 05 46 44 46 86

L’aménagement de la tribune Port-Neuf se poursuit dans l’enceinte du Stade Rochelais, avec une capacité qui atteindra cinq mille sept cents spectateurs à la fin de l’hiver. A l’instar des autres cadors de pro D2, le Stade Rochelais pourra accueillir près de douze mille spectateurs en 2010 - 2011. Les boxeurs ne sont pas en reste puisque le Club Pugiliste Rochelais évolue cette année dans de nouveaux locaux à Mireuil. Une des plus belles salles de France, inaugurée le 21 novembre prochain, qui offre des conditions d’entraînement optimales aux cent vingt-cinq licenciés. j

La rochelle - le journal - octobre 2009 Rochelle

33

Nous, vous, ils

Pierre cardineaud

L’homme qui voulait voler
Pour Pierre Cardineaud, le cerf-volant est plus qu’une passion : c’est un véritable mode de vie. Défier les lois de la pesanteur, vaincre l’attraction terrestre, faire d’Eole son allier... Pierre va où le vent le mène, en homme libre
ombreux sont ceux qui, au fil des siècles, ont souhaité réaliser le rêve d’icare, au risque pour eux aussi, de se brûler les ailes. À une autre époque, Pierre cardineaud aurait pu figurer au nombre de ces « merveilleux fous volants ». « J’ai une passion immodérée pour les plus lourds que l’air. J’aime tout ce qui vole, plane, se vautre parfois, de l’avion au boomerang, en passant par les modèles réduits, le parapente et, bien sûr, le cerf-volant ». flash-back, retour en arrière. nous sommes en 1993, sur la plage de la tranche sur mer où Pierre fait son footing. Pour la première fois, il aperçoit une aile de traction. « Le garçon qui l’utilisait m’a proposé d’essayer. Il y avait très peu d’air, mais j’ai tout de suite été conquis par la traction que développait cette aile de 8 m2. Ce premier essai m’a emballé, au point qu’un mois plus tard, j’ai acheté une

N

aile du même fabricant. J’ai alors fait la connaissance de Sylvain Berthommé, le concepteur, qui m’a conseillé une aile de 4 m2, plus joueuse et polyvalente ». Pierre gardera cette toile plus d’un an dans son sac à dos. il l’utilisera dans toutes les conditions, aussi bien sur l’eau, en nage tractée, que sur la plage ou dans les champs pour glisser, sauter, faire des sauts de puce.

Un jour, le grand saut
Week-end après week-end, un groupe d’une dizaine d’amoureux de l’air se constitue sur la plage de chatelaillon « pour le plaisir de mettre de la toile en l’air et des corps dans l’espace. il faut être fin, léger et chat pour rouler, pouvoir absorber l’énergie. imagine : deux poignées, le moteur que tu ne vois pas, à 30 mètres au-dessus de toi. tu éprouves une

sensation de puissance que tu n’as jamais ressentie autrement ». Jusqu’à ce fameux 14 février 97 où Pierre pulvérise le record du monde de son pote JeanPhilippe thoumire avec un bon de 83,80 m. « Cette distance n’est toujours pas officiellement battue. J’ai bénéficié, ce jour-là, de circonstances exceptionnelles ». modeste et lucide notre Pierre n’attache pas plus d’importance que ça à son exploit réalisé dans une discipline encore peu reconnue et qui n’attire donc pas les sponsors, fabricants de sodas ou autre boisson énergétique. À 43 ans, il vit pleinement sa passion. « Tu te fous des saisons, de l’endroit, de tes soucis. Tu peux avoir un truc qui te bouffe la tête, tu as un bout de champ, de plage... tu voles dans le bleu ». Parfois les rêves sont faits pour être réalisés... Partout où Pierre ira le vent le portera... j ml

34 La Rochelle - le journal - octobre 2009

Nous, vous, ils
Sophie Gauvreau Kim Ly

Textes : Marcel

Lardeux et Charles Vincent photos : Julien Chauvet

Le goût de la pêche La voie du massage
« 50 ans qu’on a la pêche ! » Le slogan de la J.C.E., Sophie Gauvreau le reprend à son compte, même si elle est bien plus jeune que cela. Entreprendre, c’est une passion. Et un bénévolat « Chacun porte en lui les ressources pour suivre son dharma. » Kim Ly transmet par le massage ce que ses ancêtres lui ont enseigné : patience, bienveillance, don de soi... et Yoga Thaï sur la plage

L

a Vendéenne Sophie Gauvreau tient sans doute le goût d’entreprendre de sa mère chef d’entreprise. Arrivée à La Rochelle il y a vingt ans, c’est un heureux concours de circonstances qui va lui faire embrasser une carrière d’analyste-programmeur au service du monde associatif. Diplôme d’I.U.T. en poche, elle va ainsi créer la société CAGL Informatique et développer un logiciel, Ophélia. Un outil statistique à l’usage des associations, mairies, C.C.A.S. et autres Centres d’hébergement et de réinsertion sociale. Forte d’une centaine de clients dans le grand Ouest, Sophie a été contactée en mars 2009 par le ministère des Affaires sociales pour une présentation d’Ophélia. Objectif : créer une base de données à l’échelon national. Sophie n’aime pas trop parler d’elle. C’est plutôt l’esprit d’équipe qui l’anime et elle embraye sur le dynamisme de la Jeune Chambre Economique de La Rochelle, dont elle a pris la présidence en 2009 et qui a fêté ses cinquante ans le 5 septembre à l’Oratoire, sur le thème du « brainstorming européen ». Comme tous les membres et « observateurs » de la J.C.E. (une trentaine de bénévoles passionnés), Sophie se donne sans compter en multipliant les actions médiatiques : Les gros pulls (incitation symbolique à baisser le chauffage), Bout d’ficelle (collectes de vêtements), La semaine des petits bonheurs (organisation d’échanges humains), Tandem pour réussir (solidarité économique), Training job K’fé (rencontres d’étudiants et de professionnels)... Pour recruter des bonnes volontés, la présidente de la J.C.E. répète sans relâche : « Vous avez entre dix-huit et quarante ans, vous avez envie de prendre des responsabilités et d’agir pour le bien de votre cité, venez nous rejoindre ! » Comme elle n’en fait pas encore assez, Sophie est aussi membre fondateur de Trajectoires d’entreprise au féminin. Une toute nouvelle association dont les statuts ont été déposés en juin 2009, destinée à accompagner des jeunes femmes créatrices d’entreprise. Pour en savoir plus sur ces « trajectoires », rendez-vous le 20 octobre à ... j CV

Contact : 06 07 11 28 49 - jce-larochelle.org

é à Phnom Penh en 1975, Kim Ly a 3 ans lorsque ses parents fuyant le régime de Pol Pot se réfugient à Paris, totalement démunis. La première vie de Kim sera matérialiste : études de commerce, société de crédit, gestion de portefeuilles boursiers en ligne... Poussé par le besoin de donner un sens à sa vie, il démissionne et entame avec sa compagne Camille un périple en Asie du Sud-Est sur les traces de ses ancêtres. « Difficile de quitter salaire confortable et voiture, mais nécessaire pour trouver d’autres richesses », dit-il en paraphrasant Bouddha. Peut-être est-ce en rendant hommage à l’âme de son grand-père chinois, expert en pierres précieuses, qu’il découvre alors que ses mains sont des joyaux... Aujourd’hui devenu massothérapeute, diplômé de l’école Wat Po à Bangkok, formé par le Dr Tseten Wangmo, développant ses propres techniques, Kim masse au sol, à genoux sur une natte. Il prépare son huile de massage en fonction de la personnalité de ses patients - par exemple un mélange d’huile de sésame bio et d’huile essentielle de Néroli, onguent propre à hydrater, relaxer, ouvrir l’esprit. Sur une douce musique de Ravi Shankar, le dieu du sitar, ses pouces, ses paumes, ses poings, ses mains jointes, épousent les moindres centimètres de peau, décelant les points de douleur, dénouant les tensions, apaisant les tourments... Tous les sens en éveil, il s’attache à parfaire tous ses gestes, entre caresse de plume et poigne d’acier, avec un infini respect, et un soin du détail qui n’appartient qu’aux sages. Sur son visage alternent sourire bienveillant et concentration extrême. Et quand il suggère au patient de se retourner, c’est en chuchotant ; surtout ne pas rompre le charme... En attendant d’avoir trouvé son propre « lieu d’harmonie » à La Rochelle, Kim Ly prodigue ses massages (thaï traditionnel, ayurvédique, réflexologie plantaire...) à domicile ou aux Vignes de la Chapelle (Sainte-Marie de Ré). Son rêve : voir passer entre les Tours une jonque à proue de dragon battant pavillon « Sen-Massage ». Détail : Kim Ly est membre de « 1% pour la planète ». Question de conscience. j CV
Contact : 06 60 15 85 81 - www.sen-massage.com
La Rochelle - le journal - octobre 2009

N

35