.

J o u r n a l

a Rochelle 80 L
d ' i n f o r m at i o n s d e l a V i l l e d e l a r o c h e l l e

n u m é r o

le journal

décembre 2009

Comités de quartier :

k Dossier

des vitamines dans la ville
La Rochelle, généreuse et belle

pages 18 à 21

2 La Rochelle - le journal - décembre 2009

éditorial de maxime Bono, Député-maire de La rochelle
S’il est un lien pragmatique entre élus et habitants, c’est bien celui tissé par les Comités de quartiers. Depuis 1927, date officielle de création du premier d’entre eux, à Tasdon, ils se sont multipliés, irriguant aujourd’hui tous les quartiers de la ville. Acteurs précieux de l’action municipale, souvent enthousiastes, toujours franchement engagés dans la vie de leur quartier, ils sont irremplaçables dans leur rôle d’animateurs de la vie municipale, elle est là pour eux, et peut s’améliorer encore, par eux. En ces périodes de fêtes, vivre ensemble prend encore plus de sens et pour vous y inviter, La Rochelle s’est faite plus belle encore. Pas de fêtes de Noël sans illuminations, mais cette année, grâce à des équipements nouveaux, la consommation électrique pour les illuminations de la ville est divisée par quatre. Le Commerce Rochelais, concepteur du Village de la place de Verdun, a également fait ce choix. Alors venez au Centre-Ville faire vos achats. Laissez donc votre voiture dans les parkings de proximité ou choisissez nos parkings d’accueil et la nouvelle ligne Illico qui traverse la ville, de Lagord aux Minimes, en un temps record et une trentaine d’arrêts. Au terme de cette année, nos désirs à tous sont les mêmes, désir de paix, de chaleur, de solidarité et de plaisir partagé. Avec quelques jours d’avance, je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année et une année 2010 faite d’espoir et aussi de santé, de joie et de rencontre.

© Fred Lelan

Député-Maire de La Rochelle

Maxime BONO

décembre 2009

Sommaire du numéro de
mi-décembre à mi-février 2010
4 et 5 7 à 11 Noël Culture
Animations : un village comme une image Les associations SOL : un orgue, des orgues Escales indiennes Astrolabe, la musique dans tous ses états EMA, au diapason
Quand le Wiki devient un jeu
page 4 page 5 page 7 page 8 page 9 page 10 page 11 page 13 page 14 page 15 page 16 page 16

8

13 à 15

Économie

Vogue le Dragon Désir d’Entreprendre Parlier Environnement : biologie marine La rue Thiers s’ouvre aux piétons

Directrice de la publication : Maryline Simoné Rédacteur en Chef : Guillaume Krabal Secrétariat de rédaction : Judith Provencher Photos : Julien Chauvet et Franck Moreau Ont participé à ce numéro : Philippe Arramy, Elian Da Silva Monteiro, Karen Delarge, Sylvie Girot, Dany Huc, David Labardin, Maud Parnaudeau, Eric Pasquier, Virginie Richard. Maquette : RC2C La Rochelle Régie Publicitaire : Performances Sport - 05 46 43 19 20 Impression : Imprimerie IRO Dépôt légal : 4e trimestre 2009 Tirage : 43 500 exemplaires n° ISSN 1140-6283 La Rochelle - le Journal est édité par le service Communication de la Mairie de La Rochelle BP 1541-17086 La Rochelle CEDEX 02 Tél. : 05 46 51 50 17 www.larochelle.fr le Journal de la Ville de la rochelle est disponible sur support cd à la bibliothèque sonore de la rochelle, 05 46 34 78 46
Papier recyclé

16 et 17 Ville en chantiers L’an 2 des transports alternatifs 18 à 21 Dossier

16

Comités de quartier : des vitamines dans la ville page 18 La parole aux habitants page 18 Participer à la vie de la ville page 19 Comités : les plus anciens et les plus jeunes page 20 Manifestations et agenda page 21

18

23 et 25 Environnement Douche froide pour les nitrates
Véhicule du 3e type

page 23 page 25 page 26 page 27 page 28 page 29 page 30 page 31 page 32 page 33 page 34 page 35 page 35

26 et 27 28 29 à 31 32 et 33 34 et 35

Jeunes LR du Temps Social-Santé Sports Nous, vous, ils

Vie nocturne : dialogue pour la prévention Lycée hôtelier : cap sur l’Inde Du nouveau dans les musées Ludothèque : des jeux pour tous La santé en atelier Un legs pour la Ville Indomptables canards Triathlon : des filles au top Sarah et Olivier Giardella Rodolphe Vincent Bernadette Laurier

30

La Rochelle - le journal - décembre 2009

3

noël

La ville s’est parée de lumières, transfigurée, renouant avec la magie des noëls de l’enfance... Lumières dans les cœurs et dans les yeux des petits, lumières et attentions pour tous... Noël est partout dans la ville, marchés, animations, chants et musique, dans l’odeur pleine de réminiscences de la cannelle et des mandarines

Animations

Un village comme une image
Le village de Noël installé place de Verdun est, cette année, entièrement géré par le Commerce Rochelais. Imaginé sur le thème de la banquise, le décor décline un Noël blanc, avec neige, pingouins, ours blanc...
La piste de luge, grand succès l’an passé, est revenue, un peu plus haute et plus longue mais toujours accessible aux plus petits. 50 000 tickets seront offerts par les commerçants partenaires et les écoles du département, mais on peut aussi acheter des tickets sur place. Les vingt-trois chalets, achetés par le Commerce Rochelais, accueillent une sélection d’exposants proposant mille et une merveilles, des livres animés aux bijoux en passant par des bonbons au lait d’ânesse fabriqués par l’Asinerie de Dompierre. Les enfants retrouveront le Père Noël dans son chalet, place de l’Hôtel de Ville, à partir du 19 décembre et un goûter leur sera offert, sur cette même place, le 20 décembre avec la participation de nombreux boulangers, pâtissiers et fruitiers. Une nouvelle initiative du Commerce Rochelais : des chorales d’enfants des écoles et d’associations rochelaises parcourront les rues à la tombée du jour pour que se chante l’esprit de Noël. Tous les choristes auront dans leurs mains une bougie (une LED dans un cylindre opalescent). Les habitants de la ville sont aussi invités à décorer leurs portes et fenêtres pour cette fête des lumières. Installé depuis le 5 décembre et ce jusqu’au 27 décembre, le village de Noël est ouvert de 11h à 19h et la luge accueille le public, de 11h à 13h et de 14h à 19h. Elle est ouverte entre 12h et 14h les mercredi, samedi et dimanche. j
Rens. 05 46 41 71 02

Des éclairages moins gourmands
Tous les motifs déjà utilisés par le Centre Technique Municipal ont été gardés et rééquipés de fil de lumière basse consommation, seules les guirlandes dans les arbres sont, pour des raisons techniques, équipées de lampes sobres (15w). Avec ces nouveaux équipements, la consommation électrique a été quasiment divisée par quatre par rapport à la dépense antérieure. De nombreux bâtiments publics sont aussi mis en lumière, l’Hôtel de Ville et toutes les mairies annexes, le marché central et le marché de La Pallice, la Grosse Horloge, les châteaux d’eau... j

4 La rochelle - le journal - décembre 2009 Rochelle

noël

Textes : Dany

Huc photos : Julien Chauvet

Les marchés à l’heure de Noël
Le marché des associations caritatives et des trois villes jumelées avec La Rochelle (Essaouira, Lübeck, Petrozavodsk) est cette année à l’Oratoire, jusqu’au 27 décembre. Horaires exceptionnels pour le marché central : 23, 24, 30 et 31 décembre, ouverture jusqu’à 19h. Le marché du vendredi à Verdun/Gargouleau est avancé au jeudi 24 décembre et au jeudi 31 décembre, aux horaires habituels.j Rens.05 46 51 14 96

La petite hotte des créatrices
Les créatrices de La Rochelle vous donnent rendez-vous pour une exposition/vente, les 19 et 20 décembre (de 11h à 20h), au Gabut. Bijoux, céramiques, photographies, art toys, poteries, objets peints, La petite hotte des créatrices offre une belle occasion de découvrir les créatrices locales tout en profitant du vin chaud et de la musique... La manifestation, organisée par l’association Mesdames, Messieurs, se déroulera au 8 quai Simenon ! j Rens. 06 24 12 41 87

Les associations

Partage chaleureux et solidaire
La Fraternité
Le 19 décembre, un après-midi chaleureux - spectacle, goûter, jeux, cadeaux - est offert aux enfants de la ville. j Rens. 05 46 43 25 27

De nombreuses associations dans notre ville sont dédiées à l’aide aux plus fragiles et démunis. Elles apportent, elles aussi, lumière et fraternité en ce temps de Noël
Centre Communal d’Action Sociale de La Rochelle
Des colis de Noël seront offerts aux retraités (selon conditions de ressources) le 17 décembre et ce même jour, un déjeuner dansant réunira à l’Encan, les retraités rochelais (tarifs selon revenus). Noël sera aussi fêté dans les établissements pour personnes âgées, avec les familles et les proches du quartier. j Rens. 05 46 35 21 00

Venir en ville
Pour vos courses de Noël, comment passer un moment sans pression tout en se simplifiant la vie. Circuler et stationner en centre-ville, une solution pour chacun
La solution c’est d’utiliser les différentes propositions de mobilité et de stationnement pour éviter de tourner comme un hamster dans sa roue et de mettre ses nerfs en pelote... Première règle, éviter de traverser le Centre-Ville en voiture, pour passer du Nord au Sud de La Rochelle et privilégier les voies de contournement habituelles. Pour venir passer quelques heures en centre-ville, trouver idée cadeaux et petits trésors, l’option de choix est de se stationner sur l’un des parkings de proximité, situés aux abords des remparts : Esplanade des Parcs, place de Verdun, le Bastion... À savoir, en plein cœur de l’hyper centre, vous êtes maximum à 400 m des Remparts ! Vous venez passer la journée ? La solution : se garer sur l’un des Parkings-Relais. Reliés par des navettes à haut niveau de service, vous êtes en moins de deux en Centre-Ville, à un coût moindre et en toute sérénité.

Repère Haliotis
Le 24 décembre, à partir de 18h30, soirée festive pour toutes personnes sans domicile fixe et touchées par la précarité. Des animations, de la musique, un repas, un moment de rencontre et de chaleur, à la salle des fêtes de Tasdon. j Rens. 05 46 67 16 03

Secours Populaire
Un marché de Noël se tiendra jusqu’au 18 décembre, sur place, Porte Royale, et le 22, des colis de Noël seront offerts (aux personnes en difficulté, inscrites) au cours d’une fête. j Rens. 05 46 50 52 82

Altéa
Cadeaux et goûter sont offerts aux enfants des personnes hébergées. Les 24 et 31 décembre des repas de fête, pour garder le rite de Noël, seront servis aux résidents. j Rens. 05 46 27 18 80

Secours Catholique
Un repas de Noël est organisé avec les sans-abri le 17 décembre à midi (inscriptions nécessaires). Des jouets seront offerts aux bénéficiaires de l’épicerie sociale qui ont des enfants. La bibliothèque de rue des Chirons Longs propose une animation de Noël, les mercredis aprèsmidi. j Rens. 05 46 41 21 98

Les Centres Sociaux de la ville
Ils marquent aussi le temps de Noël. Une fête de fin d’année rassemble les adhérents des centres, des repas de voisinage sont organisés, on cultive la pédagogie de la fête comme outil de rencontre, de brassage multiculturel. j Rens. 05 46 67 43 01 (Fédération départementale des Centres sociaux)

L’Escale
Un arbre de Noël pour les personnes hébergées et pour les enfants des salariés a eu lieu le 9 décembre. Un repas de réveillon sera offert aux résidentes et résidents le soir de Noël et du 1er de l’an. j Rens. 05 46 00 20 30

Tous parkings confondus, il y a 7 300 places sur le Centre-Ville réparties comme suit : d 3 100 places à horodateurs (pour les courtes durées) ; d les parkings payants avec Verdun (600 places), l’Encan (400 places), le Bastion (200 places). d Il y a 3 000 places gratuites en Centre-Ville (Esplanade des parcs, etc.) d Les Parkings-Relais : Jean Moulin au Sud (650 places) et une navette électrique vers le Centre-Ville, Les Greffières au Nord (200 places), nouveau parking d’où part la ligne de bus Illico. Rapide, grande fréquence, elle relie Lagord aux Minimes en 25 minutes et une trentaine d’arrêts. Ouverte à l’expérimentation début novembre dernier, il reste quelques aménagements à réaliser et c’est une nouvelle concrétisation de la volonté de la Ville de réduire la circulation dans l’hyper-centre. À noter : jusqu’au 31 janvier, le parkingrelais Greffières et Illico au départ de ce dernier, sont gratuits. j
Rens. Yélo, 0810 17 18 17 / service Stationnement, 05 46 51 53 35 www.yelo-larochelle.fr

À noter : Beaucoup de ces associ ations solidaires sont soutenues par des bénévoles. Si vous dés irez ap po rte r vot re co ntr ibu tio n, n’hésitez pas à les con tacter, vo us se rez les bie nv en us . Recevoir, donner, ça ma rche ensemble !

UNICEF
Présente au marché de Noël, à l’Oratoire, jusqu’au 24 décembre, l’UNICEF propose des objets venus des quatre coins du monde. Cartes postales, jouets, agendas, parapluies... des idées de cadeaux dont la vente apportera un soutien aux projets en direction des enfants du monde. j Rens.05 46 50 68 57

Artisans du Monde
Jusqu’au 24 décembre, la boutique est ouverte, de 10h à 19h, dimanche compris. Des objets traditionnels, des jouets, des instruments de musique... des trésors dont la vente aidera les pays en développement ; 100% équitable et 100% bénévole. j Rens. 05 46 45 08 52

La Rochelle - le journal - décembre 2009

5

6 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Culture

Textes : Maud

Parnaudeau photos : Julien Chauvet

Le cinéma japonais méconnu
Succès populaires au Japon mais inconnus en France, voici les trois films sélectionnés cette année pour le Cycle Cinéma Japonais du Carré Amelot : Linda, Linda, Linda, comédie musicale lycéenne de Nobuhiro Yamashita (2005), Always film rétro des années 50 de Takashi Yamazaki (2005) et Le Vaisseau de sable un policier de Yoshitaro Nomura (1974). Une programmation imaginée comme chaque année par le critique Max Tessier, spécialiste du cinéma japonais, et proposée par l’association francojaponaise rochelaise Shiosaï, sous le haut patronage du Service Culturel de l’Ambassade du Japon en France. L’occasion de découvrir l’esthétisme du 7e art nippon au-delà des quelques cinéastes dûment consacrés par la critique et le public, comme Kurosawa, Mizoguchi, Ozu, Oshima ou Imamura. Du 14 au 16 janvier 2010, à 20h, au Carré Amelot. j Rens. Carré Amelot, 05 46 51 14 70 - www.carre-amelot.net
© DR

Eglise Saint-Sauveur

Un orgue, des orgues
Appelée de leurs vœux par tous les amoureux des orgues rochelais, la restauration de l’orgue de l’église Saint-Sauveur devrait se concrétiser d’ici 5 ans. Il deviendra alors le 4e grand instrument liturgique en fonction de la ville
© DR

Deux nouveaux spectacles en fabrication au Vélodrome
La création est une fois encore à l’honneur rue du Vélodrome avec l’accueil en résidence de deux compagnies à la Fabrique. Jusqu’au 20 décembre, l’association Takamaka Mizik Créol concocte son Il était une fois... Racines, une création pluridisciplinaire autour de la traite négrière adaptée du roman Racines d’Alex Haley et mise en scène par Serge Mamadou. Du 28 décembre au 31 janvier 2010 c’est la Compagnie du Veilleur qui sera accueillie pour une première étape de travail sur son spectacle Qui a peur du loup ?, mis en scène par Mathieu Roy et inspiré d’un texte de Christophe Pellet sur le phénomène des enfants roumains livrés à eux-mêmes. j
Représentations publiques : - « Il était une fois... Racines », les 18 et 19 décembre - « Qui a peur du loup ? », du 28 au 30 janvier à 20h30 Rens. Fabrique du Vélodrome, 05 46 27 12 12

Quand les artistes nous comptent leur Rochelle
Découvrir La Rochelle guidée par un artiste, c’est ce que vous propose le Carré Amelot sous forme de rendez-vous ponctuels. Après le Port de Commerce de La Pallice vu et présenté par René Claude Girault (plasticien, scénographe, comédien), les venelles empruntées avec Bruce Krebs (sculpteur, cinéaste), c’est du côté du cabinet de curiosité du Muséum d’Histoire Naturelle que nous entraîne l’écrivain Denis Montebello, le 23 janvier à 16h. S’en suivront les visites guidées d’Yves Antoine Judde dans le sillage des vagues rochelaises en avril, avant que le compositeur et musicien Pascal Ducourtioux nous compte le Phare du Bout du Monde en mai. Conçue comme un parcours, chaque rencontre-visite comprend une présentation du travail de l’artiste et une visite qu’il a choisie et élaborée. j
Rens. Carré Amelot, 05 46 51 14 70 www.carre-amelot.net

mécanisme de l’orgue de Saint-Sauveur est désormais une question de temps... « et de financements complémentaires », souligne Sylviane Dulioust, adjointe à la Culture. De quoi ravir, en tous cas, les membres de l’association SOL (Soutenir l’Orgue de La Rochelle) qui s’est constituée début 2007 pour réhabiliter l’orgue de Saint-Sauveur et, plus largement, développer l’activité musicale organiste. « La reconstruction de la partie instrumentale de l’orgue de Saint-Sauveur, qui est aujourd’hui en ruine, pourrait permettre de disposer à La Rochelle d’un instrument à la fois polyvalent et complémentaire à ceux déjà existants, ouvrant le champ des possibles en terme

G

râce au legs de Charles Mavaut (Voir article page 31), la reconstruction du

de répertoires », explique Didier Ledoux organiste co-titulaire avec Philippe Garreau de l’orgue de la Cathédrale, professeur d’orgue au conservatoire et membre de l’association SOL.

Combinaisons multiples
Alors qu’un orgue permet l’exécution d’un répertoire d’une incroyable richesse, aujourd’hui, le grand orgue classé Monument historique de la cathédrale Saint-Louis permet d’interpréter uniquement la musique du XIX e siècle, celui de l’église NotreDame, le répertoire du XXe et d’une partie du XVIIIe. Quant à celui du Temple, il est plus petit et ne peut donc servir les mêmes œuvres que les grands orgues. j
La Rochelle - le journal - décembre 2009

7

Culture

La culture rochelaise à l’heure indienne
À La Rochelle, l’année 2010 sera celle de l’Inde avec une multitude de manifestations culturelles programmées dans le cadre des « Escales Indiennes »

Escales Indiennes

© DR

La peinture en perpétuelle métamorphose
La peinture d’Emmanuel Barcilon a ceci de particulier qu’elle s’invente au fur et à mesure qu’elle se fait, couche après couche. L’artiste couvre ses toiles de bois de vernis pigmenté, laisse sécher puis dessine, écrit, fait apparaître des éléments graphiques. Il ponce ensuite le vernis pour dévoiler le dessin antérieur, et recommence ainsi plusieurs fois jusqu’à l’obtention d’une toile composée de nombreuses strates, où des éléments figuratifs côtoient des écritures plus ou moins déchiffrables et des zones entièrement abstraites. Au final, tout se juxtapose dans une incroyable spontanéité. À l’Espace Art Contemporain, du 22 janvier au 20 mars 2010, il présentera un travail spécifique, en résonance avec le lieu. j
Rens. Espace Art Contemporain 05 46 51 50 65

Rencontres littéraires
Il dit « être tombé tout petit dans la lecture » mais affirme détester écrire. Bernard Friot est pourtant l’auteur d’une quantité d’histoires courtes pour la jeunesse. Il se définit comme un « écrivain public » qui a besoin de contacts réguliers avec ses jeunes lecteurs pour retrouver en lui les émotions et les images dont naissent ses histoires. Du 18 janvier au 29 janvier 2010, il sera en Charente-Maritime pour aller à la rencontre des collégiens et du grand public dans le cadre de l’opération Écrivains en 17 organisée par l’association Larochellivre. Une résidence qui sera l’occasion de développer le goût de la littérature et les liens transgénérationnels autour de la lecture. Rencontre avec Bernard Friot, le 20 janvier, à 18h, à la Médiathèque Michel Crépeau. j
Rens. Médiathèque Michel Crépeau, 05 46 45 71 27 - www.larochellivre.org

© JM Clément

12 ans de la Compagnie Toufik O.I, un anniversaire et un nouveau nom
Créée en 1997 à La Rochelle, la Compagnie Toufik O.I fête aujourd’hui ses douze ans. Un anniversaire qu’elle a célébré avec une rétrospective photo et vidéo de ses différentes créations ponctuée de micro-performances de danseurs. L’occasion pour le public de découvrir ou redécouvrir le travail du chorégraphe Toufik Oudrhiri Idrissi dont le discours chorégraphique et pédagogique autour de l’être humain permet de mettre en relief toutes les facettes de l’Homme. À noter que le nom donné à cette rétrospective préfigure le changement de nom de la compagnie qui s’appellera désormais Jassad Project. « Un mélange d’arabe et d’anglais pour s’ouvrir au monde et se donner les moyens d’exister à l’International », souligne Toufik Oudrhiri Idrissi. j
Rens. 05 46 07 16 93 - www.cie-toufik-oi.org

endant toute l’année 2010, rencontres, échanges et partage seront au rendez-vous des Escales Indiennes. Une manifestation coordonnée par le Centre Intermondes et la Direction des Affaires Culturelles de la Ville en réponse au festival transdisciplinaire Bonjour India, organisé en Inde, de décembre 2009 à janvier 2010, avec de nombreux artistes français. « Comme pour la culture française en Inde avec “Bonjour India”, les “Escales Indiennes” feront découvrir aux Rochelais la culture indienne à travers de multiples formes artistiques », indique Jean-Claude Rousseau, chef de projet Inde à la Ville de La Rochelle. Une quarantaine d’acteurs culturels rochelais a répondu présents pour participer à l’événement, proposant chacun des rendez-vous singuliers.

P

Mobilisation générale
À découvrir également les fonds indiens de la Médiathèque Michel Crépeau ; une programmation indienne à La Coursive ; des films de la jeune création indienne et une soirée Bollywood lors du Festival International du Film ; une fresque dans le style affiche de cinéma Bollywood réalisée avec l’artiste indien Ranjit Dahiya en résidence à L’Astrolabe ; l’exposition au Musée d’Orbigny-Bernon d’une cinquantaine de pièces indiennes jamais présentées ; un pavillon indien au Sunny Side of the Docs ; une programmation de jazz indien de Jazz entre les Deux Tours... sans oublier la participation de Larochellivre, du Centre chorégraphique national, du Muséum d’Histoire Naturelle, des Musées d’Art et d’Histoire, de l’Université, du lycée hôtelier, des Escales Documentaires, des bibliothèques, Perspectives asiennes, l’Académie des Belles-Lettres, Euroindia, le Salon du Livre, etc. j

Résidences et créations
Chef d’orchestre de la manifestation, le Centre Intermondes accueillera en résidence plusieurs artistes : le caricaturiste indien Hemant Morparia (dessin ci-contre) dont le travail sera ensuite exposé à la Médiathèque Michel Crépeau sous forme de regards croisés avec le caricaturiste français Georges Wolinski ; la Compagnie Meena Naïk qui proposera au Carré Amelot deux ateliers de construction de marionnettes en papier journal pour les enfants et un spectacle en français de grandes marionnettes ; le performer et photographe Nikhil Chopra dont le travail sera exposé au Carré Amelot et à l’Espace Art Contemporain.

8 La Rochelle - le journal - décembre 2009

© Hemant Morparia

Culture

Textes : Maud

Parnaudeau photos : Julien Chauvet

Quand les bibliothèques s’animent
Comme la plupart des lieux de culture rochelais, les bibliothèques municipales (*) se mettront à l’heure indienne en 2010. En mai, l’art postal sera ainsi à l’honneur à la médiathèque de Villeneuve avec une sélection de correspondances customisées à la mode indienne avec tout ce qu’il faut de peinture, dessin et collages artistiques. Ouvertes sur l’Inde mais aussi sur le reste du monde, les bibliothèques proposeront une exposition de photos et un film sur les femmes fabriquant le beurre de karité au Burkina Faso. À Mireuil, on accueillera Mohamed Kacimi, écrivain pour la jeunesse d’origine algérienne. Autre temps fort avec Arnika Compagnie et son spectacle Tous les mots du monde autour de deux bibliothécaires-clowns, à voir le 24 février, à 14h30, Salle des fêtes de La Pallice. j (*) Laleu-La Pallice, Mireuil, Villeneuve-les-Salines auxquelles s’ajoute la bibliothèque de l’Hôpital Rens. Médiathèque Villeneuve-les-Salines, 05 46 44 01 27 Bibliothèque Laleu La Pallice, 05 46 42 25 58 Bibliothèque Mireuil, 05 46 43 87 81 Médiathèque Michel Crépeau, 05 46 45 71 71

Astrolabe

La musique dans tous ses états
L’Astrolabe débute l’année 2010 en fanfare avec une programmation autour de la musique à regarder, à écouter et à rire. Revue de détails

© Cie Arnika

Selon Wajdi Mouawad
L’association Larochellivre, en collaboration avec le Centre Intermondes et le Nombril du monde, accueille Wajdi Mouawad en résidence jusqu’au 23 décembre. Un écrivain, metteur en scène et comédien canadien d’origine libanaise dont l’oeuvre a été saluée par de nombreux prix et qui était cette année l’artiste associé du Festival d’Avignon. Après un stage d’improvisation en partenariat avec Le Nombril du monde et une rencontre publique le 17 décembre, au Centre Intermondes, 11 bis rue des Augustins.
Rens.et réservations Larochellivre 05 46 34 11 63 www.larochellivre.org
© DR

u’on se le dise : en 2010, l’événement du 6 janvier ne sera pas seulement la traditionnelle Galette des Rois mais aussi le vernissage De la voie des siècles à la voix de son maître. Une exposition concoctée par la compagnie Alain et l’autre qui nous entraîne jusqu’au 22 janvier dans l’histoire de la musique mécanique à travers une collection exceptionnelle d’orgues de barbarie, de boîtes à musiques, de phonographes, d’objets et documents d’époque. La galette tout juste terminée, c’est Coup d’Marron qui vous invite à un apéro-concert le 14 janvier. « Le groupe rochelais propose un répertoire de chansons à texte tantôt émouvantes, tantôt remuantes, naviguant entre le folk et le rock », souligne Cécile Artaud, chargée de communication à l’Astrolabe.

Q

La poésie en fils de fer
Pablo Parés se dit « empailleur de bulles de savons » et il vrai que ses sculptures en ont la légèreté : des saynètes poétiquement interprétées aux moyens de fer, de résine, d’entrelacement de fils et de subtils éclairages. Uruguayen, Pablo Parés est arrivé en France en 1975. Il a exposé à l’étranger avant de créer en 1990 à Paris son atelier Ouvert à tous vents pour fabriquer et vendre ses créations. Installé aujourd’hui à La Rochelle, il continue à mettre en boîte des scènes de vie plus ou moins ordinaires, exposées jusqu’au 2 janvier, à la Médiathèque Michel Crépeau. j
La Rochelle - le journal - décembre 2009

Coup de cœur
Le 29 janvier à 20h30, c’est un véritable coup de cœur que l’Astrolabe vous propose avec Bizet était une femme... Un récital classico-délirant de la compagnie La Rumeur où Verdi côtoie Duke Ellington sans vergogne, et où l’on apprend que Bizet était une femme qui, de surcroît, avait un penchant pour les chanteurs de flamenco. Après la galette... les crêpes ! C’est en effet le 2 février - jour de la Chandeleur - à 18h30 que l’exposition La chanson française de Ronan Dantec s’ouvre officiellement à l’Astrolabe. L’occasion de plonger jusqu’au 18 février dans la chanson et les chanteurs à textes. j
Rens. L’Astrolabe, 05 46 67 47 67

9

Culture
Espace Musiques Actuelles

Au diapason
Une programmation à la fois éclectique, élitiste et populaire. C’est le pari de l’association XLR (1) pour « La Sirène », futur espace des musiques actuelles de l’Agglomération de La Rochelle

L’océan en noir et blanc

© Cédric Agoutin

C’est une approche très poétique du littoral que Cédric Agoutin propose dans cette série de douze photos en noir et blanc. Façonnés par l’océan, le bois, la roche, la végétation et le sable sont ici mis en scène en gros plan ou en champ large, dans un format carré de 40 x 40 cm très intimiste faisant la part belle aux contrastes. Une exposition qui révèle le travail sur la matière qu’affectionne particulièrement Cédric Agoutin. À découvrir, du 7 janvier au 27 février, à la Galerie d’Essai du Carré Amelot. Rencontre avec le photographe, le 7 janvier à 18h30. j
Rens. Carré Amelot 05 46 51 14 70 - www.carre-amelot.net

La vie en bleu
Les Japonais l’appellent Ao Ba (la feuille bleue). Un bien joli nom pour une simple bâche de plastique fabriquée en série mais qui connaît au Japon des utilisations si diverses qu’elle en émaille le paysage. Tour à tour nappe de piquenique, tatami sur les pelouses des parcs, paravent, natte de bain sur les plages, toile de protection des récoltes dans les champs... La feuille bleue est ainsi devenue pour le photographe Bertrand Desprez le fil conducteur d’une série de photographies, comme autant d’expressions subtiles de l’âme japonaise. Une exposition présentée en écho au cycle Cinéma japonais à découvrir, du 14 janvier au 24 février, à la Grande Galerie du Carré Amelot. Visite commentée par l’auteur, le 15 janvier, de 18h30 à 19h30. j
Rens. Carré Amelot, 05 46 51 14 70 www.carre-amelot.net

«C’

Concerts improvisés et improvisations musicales
À vos instruments, à vos cordes vocales ! Chaque deuxième mardi du mois, Les Quelconques invitent tous les musiciens et chanteurs, amateurs ou professionnels, à venir jouer, échanger, tester, rencontrer, « bœufer » à La Maison de la Voix (12 avenue Denfert Rochereau), de 18h20 à 22h. A la fois association de promotion de la musique sur le quartier de la Pallice et groupe de musiciens, Les Quelconques ont choisi de « faire entrer la musique dans La Pallice et la rendre totalement accessible aux habitants », souligne Michèle Leconte, co-présidente de l’association. j
Rens. 06 63 77 93 91 - http://quelconques.monsite.wanadoo.fr

est la fine fleur de toutes les esthétiques des musiques actuelles (2) que nous souhaitons programmer avec un souci permanent de répondre aux attentes de tous les publics », annoncent David Fourrier, directeur de La Sirène (photo ci-dessous à gauche) et Gilles Bayet, directeur-adjoint (photo ci-dessous à droite). On peut ainsi s’attendre à voir sur scène des artistes hexagonaux et internationaux reconnus mais également des talents en devenir. Comme par exemple ceux de la scène locale pour lesquels s’imaginent déjà des mises en lumières spécifiques à travers par exemple des week-ends découverte. L’équipe réfléchit d’ailleurs à des rendez-vous récurrents et autres temps forts autour des différents mouvements musicaux. « C’est à travers cette programmation thématique que la salle pourra affirmer sa singularité artistique », estime Daniel Joulin, président d’XLR. L’équipe travaillera en lien avec les acteurs culturels locaux afin notamment de proposer des spectacles pluridisciplinaires. « Nous voulons inciter la circulation des publics entre toutes les formes du spectacle vivant », souligne David Fourrier.

d’éducation artistique et d’accompagnement des pratiques musicales des amateurs et futurs professionnels, comme des artistes confirmés qui pourront être accueillis en résidence. L’équipe sera par ailleurs mise à contribution dans le cadre de la Cité de Chantier. Un concept cher aux architectes du cabinet Construire, concepteurs du bâtiment, qui accompagnent chacun de leur chantier d’animations, afin de partager le projet et faire vivre l’équipement avant même qu’il ne se matérialise. Dans ce cadre, un temps fort par trimestre devrait être programmé jusqu’à la fin 2010, mêlant temps musical et visites ou conférences. j
Rens. 06 81 04 47 63 / xlr@orange.fr (1) retenue par la Communauté d’Agglomération pour gérer « La Sirène » (2) hip-hop, funk, métal, world, punk, jazz, chanson, électro...

© Bertrand Desprez

En attendant 2011
En attendant l’ouverture de La Sirène en février 2011, l’association XLR continue sa programmation Musiques Actuelles à la salle Georges Brassens à Aytré, tout en travaillant sur l’organisation et le fonctionnement futur de La Sirène. Un lieu qui ne sera pas seulement un espace de diffusion de concerts et spectacles mais également un outil

10 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Culture
Odile Azagury ou la danse fougueuse et charnelle

Textes : Maud

Parnaudeau photos : Julien Chauvet

Une armoire gigantesque. Une femme est blottie entre deux mouchoirs de dentelle blanche. Un jour, elle a eu peur, elle s’est cachée ici, elle y a vécu, vieilli. Quand elle a voulu sortir, il n’y avait plus personne, juste un immense terrain poussiéreux. Avec L’Armoire, Odile Azagury et sa compagnie Les Clandestins nous entraînent au cœur de ce qui nous fonde, entre transmission de la généalogie et fantasmes, pour un spectacle où réalisme et poésie se confondent. Une nouvelle création accueillie en résidence à la Chapelle Fromentin, depuis le 7 et jusqu’au 19 décembre, et coproduite par le Centre Chorégraphique National de La Rochelle, qui sera présentée en répétition publique le 17 décembre à 18h30 au CNN. L’occasion de découvrir l’univers singulier d’une chorégraphe de la génération Carolyn Carlson qui touche aux émotions primaires en puisant dans la mémoire individuelle et collective. j
© Pequin © Gauduchon

Rens. CNN La Rochelle, 05 46 41 17 75 www.ccnlarochelle.com

L’Azile prend de la hauteur
Carré Amelot

Quand le wiki devient un jeu
À partir du 28 janvier, le département audiovisuel et multimédia du Carré Amelot propose un nouvel atelier pour développer un wiki fantaisiste et improbable : « L’encyclopédie des oiseaux imaginaires »

Entre culture et divertissement, L’Azile anime les fins de semaines rochelaises depuis plus de neuf ans. Le café-théâtre vient de faire peau neuve avec le rehaussement de la scène et du plafond effectué par les services municipaux. Un cadre agréable de type cabaret qui ravira les amateurs par une meilleure visibilité des artistes. À noter que L’Azile programmera deux grands succès du festival d’Avignon en cette fin d’année. Le Barber shop quartet se produira les 18, 19 et 20 décembre, tandis que l’humoriste Eric Blanc investira les planches les 30 et 31 décembre. Le comédien mettra en scène une galerie de portraits saisissante, pour clore l’année en rires et en beauté. j
Rens. 05 46 37 09 81

La Turquie dévoilée
Débutée en juillet 2009, la Saison de la Turquie en France s’achève en mars 2010 avec un ultime rendez-vous autour d’un poète turc accueilli en résidence d’écriture au Centre Intermondes, dans le cadre du Printemps des Poètes. De quoi clore en beauté un événement national qui a connu à La Rochelle une résonance toute particulière grâce à la forte implication des familles turques. Des dizaines d’événements culturels, économiques et intellectuels auront ainsi permis de faire découvrir l’effervescence et la modernité de ce pays encore trop mal connu en France. j
Rens. Centre Intermondes, 05 46 51 79 16

Le vélo en noir et blanc
En 2008 et 2009, le photographe Jean-Claude Martinez a parcouru la France à la rencontre de ceux qui, au quotidien ou en vacances, se déplacent à vélo. Au final, il livre un ouvrage de 190 pages et 130 photographies en noir et blanc, réalisées à travers une cinquantaine de collectivités, dont La Rochelle. Des images sur les moments de bonheur procurés par le vélo à découvrir aux éditions Suerte, spécialisées dans la publication de travaux photographiques, essentiellement en noir et blanc. j
Rens. 04 67 31 25 77 - www.suerte-editions.com

Pépinière de talents musicaux
Le Chantier des Francos n’en finit pas de faire éclore les talents. Alexandre Kinn, Pauline Croze, Cali, Emily Loizeau... Tous ont participé aux sessions de travail du Chantier, comme également Prince Miiaou alias Maud-Elisa Mandeau, une charentaise-maritime, chouchoute du journal Libération, qui a été accueillie pour plusieurs ateliers en 2009 avant d’être programmée sur la scène du Théâtre Verdière, le 12 juillet, pour ses premières Francos. Destinée à aider les artistes à maîtriser le jeu et l’enjeu scénique, chaque Session panoramique de cinq jours s’achève sur scène par un concert mensuel en public, d’octobre à février. Prochains rendez-vous, les 22 janvier et 19 février, à 19h, à la salle du Chantier des Francos pour découvrir de nouveaux artistes en devenir. j
Rens. Chantier des Francos, 05 46 28 28 28

pprendre à créer et à développer une interface wiki (*) c’est bien, le faire de manière ludique c’est encore mieux ! C’est en partant de cette idée que David Aladenise, webmaster et Hervé Godreuil, infographiste 3D du Carré Amelot ont monté un nouvel atelier, Wiki et création, autour des oiseaux imaginaires. Déjà des spécimens ont été décrits par David Aladenise : « j’aime les réserves ornithologiques et je trouvais que certains oiseaux avaient des appellations étonnantes. J’avais ainsi déjà commencé à inventer des noms d’oiseaux, pour le plaisir », explique-t-il.

A

farfelues d’oiseaux qui le sont tout autant comme l’Oncelécaille du Pôle Nord, le Catcat des villes et autre Bécasseau maudit. Si ce wiki a vocation à rester un outil pédagogique, les participants aux ateliers ne seront pas les seuls à contribuer à cette désencyclopédie. « Il va servir d’outil d’apprentissage pour des jeunes en février 2010, dans le cadre du Plan d’Éducation au Multimédia et pour des élèves du collège Missy », souligne Marianne Salmas, Coordinatrice du Département audiovisuel et multimédia . j
(*) Le wiki est un logiciel de gestion de contenus qui associe contenus textuels et graphiques, en perpétuelle évolution grâce à la contribution de tout un chacun. Rens. Carré Amelot, 05 46 51 14 70 www.oiseauximaginaires.net

Désencyclopédie
Il est d’ores et déjà possible de découvrir sur www.oiseauximaginaires.net les définitions

La Rochelle - le journal - décembre 2009

11

12 La Rochelle - le journal - décembre 2009

économie

Textes : Elian

Da Silva Monteiro photos : Julien Chauvet

La Ville entre en studio
Paris, Lyon, Marseille ont leurs studios de cinéma, mais la façade atlantique en est dépourvue. La Rochelle, avec ses festivals (film, fiction TV, Sunny Side of the Doc...) ambitionne de se positionner dans cette géographie du manque. Les professionnels, tombés sous le charme des extérieurs de la ville -ports et décors soleilleux-, sont déjà séduits par la création de studios où tourner leurs intérieurs. Jean Cressant (cabinet conseil Netmédia.com) est le passeur de cette idée qu’il a déjà expérimentée à Marseille, port d’attache de « Plus belle la vie ». Il l’a soumise aux élus rochelais. Conscients de ses retombées économiques, ils ont favorablement accueilli le projet et vu qu’à titre provisoire 3000 m2 de l’ancien Encan formeraient le lieu idéal. Équipe aux normes techniques, il offrira 70 m de travelling intérieur : le plus long en France. « C’est une ville sublime pour ses manifestations, mais il faut ancrer de l’activité » estime Jean Cressant qui remettra son rapport en fin d’année aux élus. j

La Ville sauve le cinéma

Pour jouer, avancez de 65 cases, rue St-Nicolas
Loin des consoles mais tout près des tables, la Grosse Boîte amène les joueurs rue Saint-Nicolas jusqu’au n°65 où elle vient d’ouvrir. On y reprend les dés, les cartes et la règle du jeu. Les Dulauroy (Florent, Siobahn et Jérôme) aident leurs hôtes à s’en saisir, « pour que les gens prennent du plaisir à jouer le plus rapidement possible ». Il y a cent cinquante références sur les étagères : pour jouer sur place, moyennant 5R, ou s’offrir La Grosse boîte à emporter. Ici pas d’échecs ou de Monopoly. Il y a plus original : « Les aventuriers du rail » (sur le réseau américain ), ou « Carcassonne » sur les chemins languedociens sont parmi les hits. Et comme ce lieu est convivial et social, entre amis ou en famille, la Grosse boîte sert aussi café, thé et boissons... sans alcool, sinon, c’est pas du jeu ! j

Et vogue le Dragon

Cuisine douce
Faire simple et goûteux?... Il suffit d’entrer en cuisine avec les recettes de Corinne Texier-Caspar et de suivre son atelier mensuel, « Chez ma sœur », traiteur au 36 rue Gambetta, le samedi, de 10 h à midi et plus. Dans les légumes oubliés elle retrouve des saveurs qui l’étaient aussi. Produits bios et cuisson douce (pour conserver les vitamines) herbes et épices gustatives et curatives sont au menu de cette cuisine à tendance végétarienne. À la fin de l’atelier, on passe à table. j
Infos en ligne corinnetexiercaspar.unblog.fr/

Étant à vendre, que serait-il devenu ?... Pour garantir aux Rochelais et aux festivaliers la pérennité du cinéma sur le Vieux-Port, la Ville s’en est portée acquéreur et en cédera l’exploitation à un professionnel
a commencerait comme un Fellini E la nave va , en référence à Papy Sence qui, ouvrant son Dragon en 1972, lui a donné le nom de son navire. L’histoire se poursuivrait comme un film québécois de Forcier, Je me souviens... avoir vu ici tourner les premières bobines du Festival International du Film ; mais la pellicule aurait pu finir comme au Cinema Paradiso : fondu au noir sur des funérailles. La Ville a changé le scénario en en décidant de racheter le Dragon.

Ç

Bonne nouvelle, bons chiffres
«Nous avons eu un moment de crainte sur l’évolution de ce lieu. Savoir que les six salles vont rester est une très bonne nouvelle pour le Festival

et pour les Rochelais. C’est un message fort de la Ville » se réjouit Hélène de Fontainieu, présidente de l’association du Festival International qui, sans le Dragon, eut été contrainte de pratiquer des coupes dans un événement en belle santé : 71 299 entrées, du 26 juin au 6 juillet dernier, pour deux cent cinquante films (près de la moitié sont projetés au Dragon), disent assez bien l’impact culturel et économique d’un tel équipement. Début 2010, la Ville devrait confier la gestion du cinéma à l’exploitant de son choix avec obligation de suivre un cahier des charges précis : garder le personnel, accueillir les festivals, restaurer les six salles, passer au numérique, diffuser des films de qualité. L’identité culturelle et patrimoniale du cœur de ville et des quais sera sauve... E la nave va.j

Selenium médical, entre l’usine et le bloc
Hébergée depuis avril à l’hôtel Créatio PTU, Selenium médical est une entreprise innovante. Son président fondateur, Olivier Richart parle colorisation du titane médical, marquage laser, traçabilité, désinfection, ultrapropreté, stérilisation. Mais s’il veut offrir plus de lisibilité aux patients en attente d’une prothèse orthopédique, il réduit son travail et celui de ses trois salariés en une phrase « Nous recevons un implant brut d’usinage et nous l’amenons absolument stérile au bloc opératoire. » Le pôle recherche développe actuellement des brevets en cristallographie (procédé de colorisation) et dans l’emballage (une secrète troisième voie entre boîte et sachet). Avec des créations d’emplois à la clé : Selenium recrutera six collaborateurs de plus d’ici juin 2010. j
La Rochelle - le journal - décembre 2009

13

économie
Désir d’entreprendre

Deux mains tendues : l’une finance, l’autre accompagne
Vitaminez votre site
Avec une Bourse Tremplin en poche et un toit à l’hôtel d’entreprises des Minimes, le Studio Vitamine verse depuis 2008 son énergie à la conception et au référencement de sites internet. Stéphane Nicolas et Fabien Branchut se distinguent par leur qualité graphique et leur efficacité. Le réalisateur Nils Tavernier, rencontré à La Rochelle, leur a confié la création de son site. Labellisé écosite (économe en énergie) le studio le plus vitaminé du web a développé son propre logiciel. Vitamine CMS permettra au client de modifier lui-même ses pages et au studio d’embaucher bientôt un troisième collaborateur. j
www.studiovitamine.com

Pour qui a le désir d’entreprendre en créant son propre emploi, un dispositif peut apporter une aide de 1000 à 10 000 E, sérieux coup de pouce dans le plan de financement d’une affaire

Conexio vous connecte
La valeur ajoutée d’un commercial, c’est son contact avec la clientèle. Le temps qu’il ne perd pas en prise de rendez-vous, Conexio s’en charge. La société de marketing téléphonique de Laleu améliore ainsi les performances des entreprises (EDF), institutionnels (Pôle emploi), banquiers, assureurs. « Nous ne sommes pas un centre d’appel, précise son fondateur Christophe Batcabe. On fait du commerce et nos employés, tous en CDI, doivent savoir se mettre dans la peau de notre client. » Avec un C.A à la hausse de 40% cette année et une prévision de +50% en 2010, Conexio emploie trente-sept personnes et vient d’ouvrir une antenne à Lille. j
www.conexio.fr

AFAQ, le nouveau cachet de la Poste.
Ce courrier réjouira ses destinataires : le bureau Hôtel-de-Ville de La Poste a reçu la certification AFAQ. Ce ne sont pas des lettres en l’air. Sous ce cachet, l’équipe de La Poste s’engage (accueil, attente, propreté, etc) sur l’excellence du service et du libre service. « Nous recevons neuf cent clients par jour ; nous devons les contenter au mieux. » Le directeur, JeanPhilippe Haouza, rappelle que pour être le premier certifié en région, son établissement est l’un des rares, en France, ouvert le samedi, de 9h à 17h. j

«D

ésir d’entreprendre m’a apporté un soutien financier, une crédibilité et six mois de suivi de la Mission locale qui a énuméré des points méthodologiques importants. C’est rassurant, confortable et on se sent moins seul. » Dans le témoignage de Xavier Delassus qui vient de créer à La Rochelle, Sign4all , conception de signalétique dans les bâtiments recevant du public, on l’entend bien : Désir d’entreprendre adresse deux mains tendues. L’une tient quelques milliers d’euros pour qui se lance dans l’aventure, l’autre prend celle du jeune créateur et l’accompagne dans sa venue au monde de l’entreprise.

Un levier de crédibilité
L’Ex-Tremplin pour l’emploi est un dispositif régional relayé par la CdA - elle apporte un écot de 20% à l’enveloppe régionale et a reçu de la Région les compétences administratives, statistiques et financières du dispositif. La Mission Locale, via l’Atelier de la Création, oriente les porteurs de projet et tous les trois mois anime le jury* devant lequel ils viennent présenter leur dossier. Seul pré-requis pour recevoir cette aide attribuée en amont de la création : le candidat doit générer son propre emploi. De 1000 à 10 000 R selon le projet, avec la possibilité de bonification de 20% pour les femmes, le montant est toujours un levier efficace

pour asseoir un budget. La preuve : depuis la mise en œuvre du dispositif en 2004, l’agglomération a aidé deux cent soixante-sept entreprises. Elle a assisté à cinquante et une naissances en 2008 et 300 000 R ont été versés en quarante-sept bourses courant 2009, principalement à des porteurs de projets en recherche d’emploi, mais aussi à des repreneurs. C’est le cas de Sylvaine Richoux : en rachetant Fleur de sucre (ZAC de Beaulieu), elle est devenue patronne de l’entreprise dont elle était salariée. Les chocolats et bouquets de confiseries, elle connaissait. Négocier des crédits auprès des banques était moins son affaire : « J’ai reçu 9 600 R de bourse et cela m’a plus qu’aidée ; ça m’a crédibilisée auprès des banques. » À son tour, elle espère bientôt pouvoir embaucher un(e) jeune. Même écho chez Xavier Delassus: « On nous fait confiance en nous attribuant cette bourse. En retour, on ne va pas embaucher en CDD mais en CDI. » Ce qu’il a fait dès la création et qu’il s’apprête à renouveler très bientôt. C’est aussi cela, le désir d’entreprendre.
*Présidé par un élu régional et communautaire, composé de partenaires locaux: Chambres consulaires, ADIE, Espace Gestion, Incubateur 17, Créafort, Atelier de la Création de l’Université, services Emploi-Insertion Professionnelle et Développement Économique de la CDA. j Rens. 05 46 30 34 66

14 La Rochelle - le journal - décembre 2009

économie

Textes : Elian

Da Silva Monteiro photos : Julien Chauvet

Une énergie bleue et verte
Blue Green Energy, c’est bleu comme l’électricité et vert comme le soleil sur des panneaux photovoltaïques dont l’énergie est injectée au réseau EDF. C’est aussi le nom d’une entreprise de quatre salariés qui a choisi l’Hôtel d’entreprises du Sextant pour ramener son activité née à Barcelone. Laquelle consiste en l’implantation de parcs solaires au sol sur des... méga-superficies. La preuve par Blue Green : 25 hectares de parc solaire couverts en Espagne. Très attiré par un plan solaire régional qu’il qualifie d’ « ambitieux et bien outillé » et par La Rochelle « attractive pour une jeune entreprise », Marc Ballandras, patron de BGE, veut développer 10 megawatts/an en Poitou-Charentes : l’équivalent de consommation de trois mille foyers. Cela en concertation avec les collectivités, sur des terrains dédiés (friches industrielles) ou en instaurant des partenariats. j
© DR

Parlier Environnement

La biologie marine à travers le hublot du scaphandre
Emmanuel Parlier a fondé une société de conseil et ingénierie environnementale en milieu littoral. Il a choisi La Rochelle et la mer qu’il aime parce que « les institutions ont une démarche concertée pour aider les créateurs d’entreprises »

Berret-Racoupeau tient le cap
Avec Amel 64, Galathea 65 et le catamaran éco-intelligent, l’équipage d’architecture navale tient le cap dans la crise. La fierté en plus : ce sont de purs produits rochelais. Le plus gros cabinet du genre en France, conçoit tout : design, plan de voilure et (nouveauté) déco intérieure. Dix par an de ces yachts de luxe sont mis à l’eau à La Rochelle - une belle ressource pour la filière. « Dans le climat actuel, nous avons préservé nos dix emplois et les acheteurs reprennent confiance » note Olivier Racoupeau dans l’écume des salons. j

Une entreprise dans le vent
Sylvidra Energy est la marque commerciale et Aenergia le nom de la SARL que Frédéric Cramois et ses deux associés, préférant La Rochelle à Paris, ont sise à l’hôtel d’entreprises des Minimes à la fin de l’été. Une affaire dans le vent. Distributeur de petites éoliennes, pour la navigation, les particuliers et les entreprises, en batterie ou en couplage réseau, Aenergia adapte l’éolienne à ses clients, ruraux et urbains, de 100 W à 7 kW. « Nous avons de bonnes pistes de développement », confie Frédéric Cramois. Le beau vent rochelais n’y est pas pour rien. j

Écotaco : c’est Taxi « driVert »
La Rochelle a inventé une alternative à la voiture, Gaétan Bachelier en offre une au taxi : le vélo électrique, Écotaco conduit ses passagers sur pistes cyclables et voies partagées. Un concept de transport vert lancé à l’occasion de la Journée sans voiture. Depuis, Gaétan pédale. « Je voulais faire du vélo et travailler en plein air » confie le jeune entrepreneur qui a visiblement trouvé son bonheur et ses premiers clients. Doté d’une coque pour les abriter, son tricycle accepte deux adultes et un enfant. Sur des trajets utiles ou touristiques, des Minimes à Port-Neuf via le centre historique, tout en appuyant sur ses pédales, Gaëtan se propose de raconter sa ville. Réserver une course au 06 06 62 78 75 ou héler Écotaco au passage, il a belle allure et se voit de loin ! j

octeur en océanologie, membre du Conseil scientifique de la baie de St-Brieuc et de la Chambre des experts agréés Communauté européenne, Emmanuel Parlier ne veut pas briller sur carte de visite, plutôt donner la mesure d’une expertise vaste comme l’océan. Afin de l’exercer au fond, il est devenu scaphandrier professionnel : « Il faut aller voir ce qui se passe dans l’eau » ditil. Ses compétences multiples, il les a rassemblées en une entreprise ancrée depuis juillet à Chef-debaie.

D

Coquillages et randonnée
Si les conchyliculteurs d’Oléron cherchent à se développer, ils trouvent en lui l’interlocuteur capable de déployer deux filières expérimentales

www.parlier-environnement.com

en eaux profondes et ancrage écologique. Ici partenaire d’une économie myticole et ostréicole, on le croise plus loin en scaphandrier s’il faut étudier la pose d’hydroliennes sur les piles du pont de Ré. Et si l’on parle randonnée palmée, il invite le public sur les sentiers de la biodiversité sousmarine avec masque et tuba. Diffuser du savoir est capital chez cet homme de mer, convaincu que l’« on sauvegarde bien ce que l’on connaît ». L’entreprise est à tiroirs : « La colonne, c’est le milieu marin, après, on va puiser dans tout ce que l’on a appris sur le terrain depuis dix ans » dit Emmanuel Parlier. « Développer de nouvelles choses, établir des partenariats, c’est ce qui me plaît . » Et sa porte est ouverte aux jeunes diplômés. Bientôt, il devra recruter. j

© DR

La Rochelle - le journal - décembre 2009

© Berret-Racoupeau

15

Ville en chantiers
<<< Centre-Ville

L’an 2 des transports alternatifs
Le nouveau visage de La Rochelle se dessine après le lancement du bus Illico. Nouvelles pistes cyclables, nouveau réseau de bus et vélos-parcs... vivement 2010

L

es nouveaux aménagements liés aux transports urbains vont considérablement changer le visage de La Rochelle. Longtemps réfractaires aux transports en commun pour des raisons de confort et de rapidité, les usagers vont bientôt devoir se rendre à l’évidence : le bus est désormais beaucoup plus pratique que la voiture. Lancé en novembre, le réseau de bus Illico permet de se rendre de Lagord aux Minimes en 25 minutes, avec priorité aux feux et couloirs réservés. Si certains aménagements restent encore à parfaire, le système fonctionnera de manière optimale début 2010 avec cinq bus nouvelle génération pour un maximum de confort. Afin de mieux desservir le centre-ville, un nouvel arrêt a été aménagé rue de la Ferté. Comme la rue Dupaty, elle est désormais interdite à la circulation.

seconde couronne ainsi que pour les lignes 6 et 13. L’ensemble du réseau sera disponible le 4 janvier, avec des itinéraires taillés sur mesure pour les usagers (connexions inter-quartiers, lignes directes vers les lieux de travail). Déjà équipé de 200 places de stationnement, le parking relais de Greffière en proposera 600 en 2011. Le parking Saint-Nicolas proposera quant à lui 650 places dès cet été. Enfin la zone verte va s’étendre, début 2010, avec 900 places supplémentaires horodatées, ce qui permettra aux clients des commerces du centre-Ville de trouver une place encore plus facilement aux portes de la ville.

Plus de fréquence, des plages horaires plus larges (ex. : Illico, 6h35-20h16), le nouveau réseau de bus est déjà disponible pour la

Un réseau de bus entièrement restructuré

Emblématiques de La Rochelle, les vélos ne sont pas oubliés et de nouvelles bandes cyclables verront le jour en janvier. Un double sens cyclable va être installé du Champs de Mars jusqu’au Port, et de Verdun jusqu’au bord de mer (Mail, Concurrence, Saint-Jean d’Acre). Même chose pour les itinéraires

Des nouvelles pistes cyclables

Verdun-Porte Royale, Verdun-SaintLouis et Jean Moulin. Suivront ensuite ceux reliant avenue Guiton au quartier Saint-Nicolas et à la Gare, de même que le trajet Cognehors - Gare - Minimes. Des conditions optimales pour se déplacer à vélo, mais également des dispositions pour les garer puisque des vélo-parcs sécurisés vont être installés début 2010 à la gare SNCF et à la gare Porte Dauphine. Plus rapides et plus confortables, qui n’est pas encore convaincu par les transports alternatifs ? j
Rens. 0810 17 18 17 www.yelo-larochelle.fr

Fermées à la circulation
Les rues Dupaty et De la Ferté restent néanmoins ouvertes aux riverains et commerçants. Les macarons d’accès sont disponibles au bureau de la police municipale sur présentation d’un justificatif de domicile et d’une carte grise.
Rens. 0810 17 18 17

<<< Quartier

La rue Thiers s’ouvre aux piétons
Les travaux de la rue Thiers, qui commenceront dès janvier 2010, vont embellir le secteur

D

es pavés seront disposés de part et d’autre de la chaussée et les trottoirs vont être supprimés, à l’image de la rue Gargoulleau. Pour Dominique Merling, chef de service du service Voirie-Voirie Pluviale, il s’agit d’aérer les abords du marché en privilégiant le

cadre de vie des Rochelais : « Les gens pourront s’installer en terrasse, discuter, se promener. Même si la rue sera ouverte aux riverains et aux livraisons, les élus veulent que le Centre-Ville soit reconquis par les piétons et les vélos. » Utilisée pour traverser la ville du Nord au Sud, la rue Thiers

sera aménagée de façon à inciter les voitures à emprunter le boulevard de contournement, tout en accueillant celles qui doivent venir en Centre-Ville.

© Virginie Segonne Debord

Les travaux, qui dureront trois mois, vont nécessiter une réorganisation de la circulation dans le quartier. La rue Thiers fermée, les voitures remontant la rue des Merciers pourraient se retrouver bloquées les jours de grand marché. Il a donc été décidé d’ouvrir la circulation sur la rue Amelot pour permettre l’évacuation des voitures. Les camelots présents, les mercredi et samedi matin, seront déplacés temporairement vers la rue Gargoulleau et vers la place de Verdun. Un changement d’habitudes qui en vaut la chandelle puisque tout sera fin prêt aux premiers jours du printemps, pour se prélasser en terrasse à l’abri des voitures. j

Un réaménagement temporaire

16 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Ville en chantiers
<<< Villeneuve-les-Salines
es douze bâtiments dits Des 300 à Villeneuveles-Salines ont été équipés de conteneurs enterrés à titre expérimental. Plus esthétiques que les conteneurs classiques, ils ne laissent apparaître qu’une borne d’introduction en Inox qui surmonte un caisson de 5m3. Accessibles aux personnes à mobilité réduite, ces six points sont destinés au dépôt des emballages recyclables (sacs

Textes : David

Labardin photos : Julien Chauvet

Conteneurs enterrés

L

k
jaunes) et des ordures ménagères (sacs noirs), deux d’entre eux sont conçus pour recevoir du verre. Exit les traditionnels locaux à poubelles, les nouveaux conteneurs sont installés en face des immeubles sur les avenues Schoelcher, du 14 Juillet, Robespierre, et sur la rue De Séchelles.j

<<< Quartier

Une cure de jouvence pour la Porte Maubec

k

D

ernier vestige de l’époque protestante, la Porte Maubec va retrouver son lustre d’antan. Après une première phase de consolidation, les travaux reprendront en avril prochain avec la rénovation des intérieurs et des deux façades. Grâce au mécénat privé, une seconde vie pour cet édifice puisque le rez-de-chaussée sera consacré à des manifestations culturelles (expositions, théâtre,

musique) et humanitaires. Erigée entre 1590 et 1610, la Porte Maubec a survécu aux destructions suivant le siège de La Rochelle (1627-1628), qui vit le cardinal Richelieu déposer les armes contre le Roi Louis XIII. Un site internet retrace l’histoire de la Porte Maubec et permet de suivre l’évolution des travaux. j
Rens. www.portemaubec.com

<<< Quartier

Extension du port des Minimes, ça avance
ictime de son succès, le Port des Minimes commence à se sentir à l’étroit avec plus de 1 000 bateaux placés sur liste d’attente. Le projet d’extension était suspendu au résultat de l’étude radio-chimique des fonds marins... et le résultat est concluant ! On attend maintenant l’analyse finale de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) avant que le Préfet ne donne son accord définitif. L’extension

k

V

du Port des Minimes permettra de créer entre 1000 et 1 200 anneaux supplémentaires, qui s’ajouteront aux 3 660 existants. Un beau coup de pouce pour l’industrie nautique et ses 2 000 emplois sur l’agglomération, un impact de notoriété pour le port rochelais qui deviendra un des plus grands ports de plaisance d’Europe. j
Rens. Capitainerie du Port des Minimes, 05 46 44 41 20 vidéo sur www.larochelle.fr

<<< Quartier

Une maternité aux « petits soins » pour les bébés rochelais

k

L

a nouvelle maternité du centre hospitalier de La Rochelle sera fin prête pour octobre 2011, elle permettra de regrouper l’ensemble des services de soins autour du plateau technique de l’hôpital. Un nouvel établissement qui devrait changer la vie de nombreuses mamans puisqu’elles pourront rester au plus près de leurs enfants nés

prématurés, alors qu’il fallait effectuer une centaine de mètres auparavant. L’établissement disposera d’un bloc obstétrical rénové et de chambres à un lit, pour plus d’intimité et de confort. Des conditions qui amélioreront l’accueil des mamans et de leurs bébés, ils étaient 1570 à voir le jour dans la maternité hospitalière en 2008. j

<<< Quartier

Des logements pour les élèves infirmiers k

U

© Arka Studio

n nouveau programme immobilier va voir le jour sur la rue Schweitzer à deux pas de l’hôpital Saint-Louis. Environ 75 logements vont être attribués en priorité aux élèves de l’Institut de formation en soins infirmiers et l’hôpital pourra bénéficier à terme d’un parking qui doublera sa capacité de stationnement. Les travaux débuteront dans deux ou trois mois et

s’achèveront mi-2011 pour la première tranche, quelques mois plus tard pour la seconde. Construit par un promoteur privé, la résidence Quai Ouest est classée Haute Performance Énergétique (HPE) et se démarquera par son design moderne, avec de larges terrasses et l’utilisation de verre. Un lieu de vie idéal pour les étudiants, à deux pas du CentreVille... et des salles de cours.j

La Rochelle - le journal - décembre 2009

17

Dossier

Comités de quartier :

des vitamines

dans la ville

Le cœur d’une ville bat d’abord dans ses quartiers. À Bongraine, Villeneuve-lesSalines, La Genette, Fétilly... C’est à cette échelle que se développent le dialogue citoyen, la convivialité, les animations, les initiatives. Depuis presque un siècle pour certains, les comités de quartier permettent aux habitants et aux élus un apprentissage réciproque : les uns touchent du doigt la réalité des attentes de leurs concitoyens, les autres apprennent comment s’élaborent les décisions politiques et les priorités. En avance d’une loi, La Rochelle n’a pas voulu toucher à ces outils indispensables à la respiration de la ville. En se dotant d’une Charte pour le renforcement de la démocratie participative (2002) et d’une personne ressource pour centraliser, coordonner et traiter les demandes, la municipalité entend favoriser la vitalité des comités de quartier.

Un comité de quartier, c’est quoi ? À quoi ça sert ? Mode d’emploi

«C

k Comités de quartiers : des vitamines page 18 dans la ville k Participer à la vie de la ville
page 19

e n’est pas le lieu pour régler les demandes individuelles » précise Béatrice Morillon présidente du CADIT. Un point de vue que partage Laurent Huot président du comité de quartier de PortNeuf : « L’intérêt général doit primer avant tout. » Ceci dit, les comités de quartier ne se privent pas de débattre car ces associations sont avant tout là pour parler concrètement de la vie des quartiers, de ce qui contribue à l’améliorer et de ce qu’il reste à faire pour permettre à tous de vivre bien dans la cité.

Petits tracas, micro soucis, grands dossiers
Mais de quoi parlent-ils au juste ? Des aménagements du quartier et des projets d’urbanisme... mais aussi de tout ce qui a trait à la vie quotidienne : le bruit, le mobilier urbain, les loisirs, les commerces de proximité, le stationnement, la sécurité. Trottoirs cabossés, lampadaires défectueux et crottes de chien trouvent aussi leur place dans ce cahier de réclamations. Exemple, en ce moment, le comité de quartier de La Pallice se penche sur

un dépôt de gravats d’un artisan. « Sans prévenir personne, il a entreposé du remblai sur un terrain amenant beaucoup de poussière, de va-et-vient de camions et occasionnant une gêne pour les riverains » précise Sylvie Chaigneau, présidente du Comité de quartier de La Pallice. En contact régulier avec la municipalité, ils font remonter ces doléances et recueillent toutes les informations sur les projets en cours. Mais comme le souligne Bernard Robreau, président du Comité de quartier Notre-Dame/Arsenal « il faut qu’il y ait une réponse, c’est une marque de respect qui donne aux habitants envie de revenir ».

... et pour le reste, quartier libre
La plupart des comités organisent différentes animations qui servent de ciment pour consolider les bases de ces structures associatives dépendantes de la bonne volonté des bénévoles : vide-grenier, thés dansants, cours d’informatique ou d’anglais, sorties nature, journaux de quartier... prospèrent à travers la ville et avec eux de nouvelles solidarités. La démocratie commence par là : apprendre à vivre ensemble.

k Les comités les plus anciens et les plus jeunes
page 20

k Manifestations et agenda

page 21

18 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Textes : Sylvie

Girot photos : Julien Chauvet

Participer à la vie de la ville

La Rochelle n’a pas attendu le législateur pour faire vivre la démocratie de proximité. Depuis près d’un siècle, de Tasdon à La Pallice en passant par le Centre-Ville, les habitants ont su saisir l’opportunité que leur offrait la liberté d’association pour faire entendre leur voix.

L

utter contre l’insécurité, l’insalubrité ou la précarité pour les uns, accélérer la reconstruction de leur quartier après guerre pour les autres...Les raisons qui ont conduit à la création des vingt comités de quartier rochelais sont autant de preuves d’une vie démocratique riche. Apparus au bénéfice de la loi 1901 sur la liberté d’association, ils ont même dans les années trente, en s’unissant, permis de renverser le pouvoir en place. Au fil des ans, ils se sont multipliés, les plus récents datant des années 2004-2005. Certains ont fusionné comme Saint Nicolas et la Gare. D’autres ont étendu leur « territoire » comme le Petit MarseilleClos Margat-Parc de Brouage qui a englobé les Roses Salines. D’autres ont pris leur indépendance comme Bongraine, ou ont disparu pour renaître quelques années après comme Mireuil.

des salles de réunion mais pas de subvention. « Nous sommes un relais entre les habitants et les collectivités (mairie, conseil général...), explique Laurent Huot, président à Port-Neuf, notre rôle est d’alerter, de proposer. » D’autres présidents se voient comme des aiguillons qui pointent les problèmes et vérifient que des solutions y soient apportées rapidement. Tous reconnaissent l’écoute attentive des élus.

Une loi embarrassante
Dans ce siècle d’histoire de relations citoyennes bien rodées, la loi de 2002 qui a imposé aux municipalités de plus de 80 000 habitants la création d’instances locales consultatives pour être plus à l’écoute de leurs concitoyens, s’est révélée embarrassante à La Rochelle. Son application stricte aurait signifié un retour en arrière. Après concertation, municipalité et comités de quartier ont signé en septembre 2002 une « Charte pour le renforcement de la démocratie participative » qui a institué trois conseils de secteur. Aujourd’hui, après sept ans de fonctionnement, beaucoup de voix s’élèvent pour que leur rôle soit plus clairement défini. Des réunions sont déjà prévues à cet effet. L’échange citoyen n’est pas prêt de s’éteindre. j

Un trait d’union
Certains comités attirent ainsi une armée de bénévoles quand d’autres peinent à recruter au-delà des retraités. «Ils ont du temps avoue Sylvie Chaigneau, qui aimerait bien rajeunir ses troupes, car un comité de quartier, c’est avant tout ce que ces membres en font. » Aujourd’hui, il n’y a pas de quartier sans comité. Tous affichent la volonté de défendre les intérêts de leur espace commun, comme en attestent les appellations d’origine, mais leur volonté est aussi de développer l’entraide et le lien social. À La Rochelle, pas d’équivoque : les comités de quartier sont indépendants. La municipalité met à leur disposition des locaux ou

Favoriser le vivre ensemble
Signe de l’importance accordée aux quartiers, il y a au sein du conseil municipal une délégation aux comités de quartier confiée à Nanou Jaumouillié. Elle reconnaît que les relations avec les comités de quartier ne sont pas toujours un long fleuve tranquille mais « que les échanges réguliers influent sur les décisions des élus. Ils n’ont pas forcément le même regard mais sont le plus à même en tant qu’usagers de pointer les problèmes et de proposer des solutions de bon sens. De par leurs activités, ils créent du lien social, ils favorisent le vivre ensemble, le sentiment d’appartenance à un espace commun. S’investir dans ces comités permet d’être entendu, informé et de participer aux décisions. Ils sont un relais indispensable entre élus et habitants ». j

Une personne ressource
Depuis le 1er juillet, elle est chargée des relations avec les comités de quartier à la Ville de La Rochelle. Malgré son jeune âge, Maëlle Le Rouzes s’est déjà « frottée » à ce type d’associations puisqu’elle a occupé un poste similaire d’agent de développement à la mission conseil de quartier de la Ville de Châteauroux. « Il faut les accompagner dans la mise en œuvre de leurs projets, ne pas faire à leur place, faire remonter les demandes mais aussi s’assurer qu’il y a une réponse. » Elle sait qu’il « faut trouver un juste équilibre au triptyque élus-services techniques-habitants ». La Rochelle ne lui est pas inconnue puisqu’au hasard des affectations professionnelles de ses parents, elle a passé quelques années ici. « J’ai toujours gardé des liens » avoue-t-elle, c’est ainsi qu’elle effectua un stage au service Transport de la Communauté d’Agglomération de La Rochelle dans le cadre de sa formation à l’IUP Aménagement et Développement territorial de Grenoble. Elle remplace désormais Xavier Lempereur. j Rens. Maëlle Le Rouzes, 05 46 51 79 67
La Rochelle - le journal - décembre 2009

19

Dossier

Les plus anciens Les plus jeunes
Tasdon Notre Dame /Arsenal

Un centenaire très alerte
Dès 1904, apparaissent à Tasdon les premières pétitions pour fédérer la population sur les problèmes d’insécurité. Ces revendications trouvent un écho dans la création d’un poste de police. Officiellement, les premiers statuts du Comité de défense des Intérêts du faubourg de Tasdon seront déposés le 5 Août 1927. Mais l’activité a démarré bien avant et perdure. Pour la jeune présidente Béatrice Morillon (à gauche sur la photo), c’est d’abord le quartier lui-même qui lui a donné envie de s’investir dans le comité. « C’est comme un village. Notre travail collectif est de créer des liens entre les gens et d’apporter un confort de vie aux habitants. » Cent ans après, la vocation du Comité n’a pas changé même si les activités se sont adaptées. « Nous ne faisons plus de chars pour la cavalcade. » Et elle ne pense pas que l’on puisse aujourd’hui retrousser ses manches pour reconstruire le local de l’association comme ce fut le cas en 1973 avec une équipe de jeunes parmi lequel un certain... Patrick Le Moyec aujourd’hui président du collectif des associations de Villeneuve-les-Salines. Vide grenier, thés dansants, voyages, gazette du quartier, site internet, nettoyage des marais ou de la plage, concours des talents, sorties dans les marais, galettes des rois... les bénévoles s’activent. « J’ai la chance d’avoir une bonne équipe autour de moi. Le comité compte une centaine de familles adhérentes. Il s’est fortement rajeuni ces dernières années » reconnaît Béatrice Morillon. « Les animations dépassent largement le simple cadre du comité ou du quartier. » Si elles sont la partie la plus visible, elles ne constituent pas l’essentiel du travail des bénévoles. Ils participent aussi par leurs réflexions et leurs propositions à l’amélioration du quartier (exemple, l’aménagement de la rue Emile Normandin ou la place des Britanniques). S’ils se font volontiers le relais de certaines campagnes citoyennes sur la propreté des rues, ils n’en gardent pas moins leur franc-parler et n’hésitent pas à hausser le ton si c’est nécessaire. j

Le petit dernier
« Nous étions trois ou quatre impliqués dans d’autres associations à vouloir créer un comité de quartier pour aider les gens car contrairement à ce que l’on peut penser, il y a de gros problèmes de précarité dans le Centre-Ville » explique Bernard Robreau, le président du Comité de quartier NotreDame /Arsenal. « À notre première réunion, nous avons été surpris par le nombre de participants, une cinquantaine mais il est vrai que notre initiative s’est télescopée avec la création d’une autre association sur la problématique du parking des Voiliers, d’où des interrogations sur nos motivations. Depuis le climat s’est apaisé. » Bernard Robreau se veut à l’écoute des gens et tente de faire passer les messages au niveau des élus. « Si les problèmes ne trouvent pas rapidement des solutions, nous perdons notre crédibilité. » Dommage car c’est un véritable travail de fond qui est fait. Ainsi, en novembre, Bernard Robreau a effectué avec un élu et un technicien de la Ville, le tour du quartier pour cibler les problèmes. Cependant, pour lui, le rôle d’un comité de quartier ne se limite pas à la défense des intérêts du quartier, il y voit aussi la possibilité de créer du lien social. Pour cela rien de tel que les animations. « Un de nos adhérents, passionné par l’histoire de La Rochelle, a organisé une visite de la ville par ses portes. Un succès. Nous allons d’ailleurs le refaire. Mais il est difficile de mobiliser les gens pour organiser par exemple un vide-grenier. » Et de rappeler qu’un comité de quartier, ce n’est pas la structure du président même si son rôle est de l’animer mais bel et bien ce que tous les membres en font. j

Penser au À la recherche de jeunes renouvellement
La Pallice
Le Comité de quartier existe depuis 1946. « Il s’appelait alors Comité de défense des Sinistrés et des Intérêts locaux de Laleu-La Pallice » explique Janny Grimaud qui l’a présidé pendant cinq ans avant de passer la main. «Il s’est créé au lendemain de la guerre pour accélérer la reconstruction du quartier durement touché par les bombardements. » Les bureaux successifs ont d’ailleurs soigneusement gardé les archives : un véritable concentré de l’histoire du quartier avec toutes les actions menées, les courriers interpellant tour à tour municipalité ou préfecture. « Le Comité a eu, entre autres, un véritable rôle social » souligne Sylvie Chaigneau, la toute nouvelle présidente. « On trouve ainsi des aides financières attribuées suite à l’incendie de maisons en bois, ou pour le troisième âge. » Fort de soixantedix adhérents, le Comité organise des animations (bal du 14 juillet), participe à la vie associative (Foire à Gégé, Téléthon, 14 km de Laleu,...). « Nous sommes un trait d’union entre les habitants et la municipalité. » Elle regrette cependant que « les gens ne viennent que lorsqu’il y a des problèmes » et note un besoin de visibilité du comité de quartier. « La zone franche urbaine et l’aménagement de l’ancien site Quéval amènent de nouveaux habitants » que le comité aimerait bien attirer. «Ils découvrent aujourd’hui certains projets alors qu’il suffit de nous interroger pour avoir des informations car nous participons au CLIS (Comité Local Information Sécurité) chargé de veiller sur les installations industrielles à risques. Tous les problèmes de sécurité avec l’emprise du Port Autonome et les zones SEVESO restent au cœur de nos préoccupations. » j « Si le besoin s’est fait sentir de créer un autre comité, c’est surtout parce que le quartier formé de zones pavillonnaires n’avait pas les mêmes préoccupations qu’à Mireuil par exemple. » Mais Marcelle Wosniack qui préside l’association reste évasive sur les raisons qui ont conduit à la création de ce comité de quartier en 2004. Malgré son territoire restreint et son jeune âge, il affiche tout de même cent vingt-trois adhérents et une kyrielle d’animations (vide grenier, lotos...). Très attentifs aux petites choses qui améliorent le quotidien, le Comité multiplie actuellement les rencontres avec les élus. « Il est important pour nous que le dossier du centre commercial de la Chope avance car de nombreuses personnes, en particulier des personnes âgées, ont besoin de ce commerce de proximité. » En attendant, le Comité joue pleinement son rôle d’entraide en les véhiculant si besoin est vers d’autres zones commerciales. La présidente est pleinement consciente que pour durer, il faut aussi savoir se renouveler. L’objectif est donc cette année de faire entrer « du sang neuf ». « Traditionnellement, nous faisons un apéritif de fin d’année. Cette fois-ci, au lieu de rester entre nous, tous les adhérents ont été priés d’amener leurs voisins. » Une façon originale de se faire connaître mais aussi de démontrer que le vivre ensemble commence déjà par la convivialité et les échanges. j

Les Hauts de Bel Air

20 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Textes : Sylvie

Girot photos : Julien Chauvet

en hommage à christian basselin
Pendant presque une décennie, il s’était impliqué dans le comité de quartier Cognehors-Lafond-Beauregard dont il a assumé la présidence ces sept dernières années. Il s’était attaché à défendre les intérêts de ses habitants qu’il s’agisse de sécurité routière, de voirie ou de logement. Dans ce dernier domaine, il s’était beaucoup battu pour que des logements en particulier sociaux soient aménagés à la place de la caserne Mangin après le départ des militaires. Terrassé par un infarctus en septembre dernier à l’âge de 64 ans, le nom de Christian Basselin sera bientôt donner à une salle municipale. C’est la demande qu’a fait le comité de quartier au conseil municipal. Ils en ont obtenu l’accord. j

Les comités de quartiers
Comité de quartier de La Préfecture Présidente : Marie-Claude Déclie 24 rue Saint-Jean du Pérot
>>> 05 46 41 93 30

Comité de quartier de Port-Neuf Président : Laurent Huot Rue du Comté de Nice
>>> 05 46 42 05 15

Comités de quartier, conseils de secteurs, quelles différences
Les Comités de quartier sont des associations de type loi 1901 qui se sont créés spontanément à l’initiative des citoyens. Ils sont apolitiques et indépendants. Ils fonctionnent comme toute association avec un conseil d’administration et un bureau élus par les adhérents et vivent de leurs cotisations et activités. Les conseils de secteurs sont nés de la volonté du législateur. C’est la loi du 27 février 2002, dite loi Vaillant, relative à la démocratie de proximité qui les a institués. Les conseils de secteurs sont au nombre de trois : La Rochelle Centre, Sud et Ouest. Chaque conseil regroupe élus et représentants des comités de quartiers concernés. Tous les conseils de secteurs sont présidés par des représentants de Comités de quartiers. Les Conseils de secteurs font actuellement l’objet d’une réflexion avec les Comités de quartier. j

Comité de quartier La Rochelle Verdun Saintes Claires Présidente : Catherine Normandin 60 rue Chaudrier
>>> 05 46 41 82 21

Comité de quartier de Saint-Maurice Président : Jean-Paul Laporte 24 avenue Pierre Loti
>>> 06 68 36 71 97

Comité de quartier Saint-Nicolas-La Gare-Le Gabut Président : Alain Bailly 18 rue de l’Aimable Nanette
>>> 06 16 51 69 46

Comité de quartier de Mireuil Présidente : Nicole Le Roch 10 rue Primauguet
>>> 05 46 67 13 64

Comité de quartier Notre Dame -Arsenal Président : Bernard Robreau 14 cour du Moulin
>>> 05 46 41 58 70

Comité de quartier « Les Hauts de Bel Air » Présidente : Marcelle Wosniack Résidence Le Corsaire 5 rue André Félibien
>>> 05 46 42 25 09

Les comités à l’affiche
Pour promouvoir l’action des comités de quartier, la municipalité a décidé de faire une campagne d’affichage dans la ville. Sur le site Internet de la Ville, des modifications vont être apportées pour donner plus de visibilité aux comités de quartier. Des informations y seront rajoutées comme l’agenda de toutes les manifestations organisées par les différents comités, des liens avec leur site internet en plus des leurs coordonnées. j

Comité de quartier de Fétilly Président : Michel Casseron 6 rue du Faisan
>>> 05 46 45 29 39

Comité de quartier de Bongraine Présidente : Danielle Lalague -Genat Maison des Associations de Bongraine 99 rue Nicolas Gargot
>>> 05 46 44 98 26

Comité de quartier Cognehors Lafond - Beauregard 90 rue du Vélodrome
>>> 05 46 34 11 11

Comité de quartier des Minimes Président : Frédéric Grelaud 84 rue Lucile
>>> 06 46 27 83 42

Comité de quartier de la Genette Président : Michel Paillaud 40 rue de la Pépinière
>>> 05 46 34 16 16

Comité de quartier du Prieuré Présidente : Maryvonne Hocquaux 25 avenue du Colonel Ménard
>>> 06 34 03 61 03

Comité de quartier Petit-Marseille Clos Margat - Parc de Brouage et Roses Salines Présidente : Danielle Rébéré 22 rue du Pont des Salines
>>> 05 46 27 01 87

Comité de quartier de Saint-Eloi Présidente : Gisèle Audoin 42 rue Basse Saint Eloi
>>> 06 12 36 09 68

Comité de quartier de Tasdon Présidente : Béatrice Morillon 38 rue des Frênes
>>> 05 46 52 29 34

Des rendez-vous communs
Les comités de quartier se réunissent volontiers pour travailler ensemble. C’est le cas à l’occasion de la Fête du Port de Pêche. Un autre rendez-vous s’est instauré avec l’accueil des nouveaux Rochelais. « Cela permet de se faire connaître et de créer des liens. Lors de nos assemblées générales respectives, nous invitons les autres comités de quartiers » commente Béatrice Morillon du Cadit. « Nous donnons aussi un coup de mains au Triathlon avec Port-Neuf et La Pallice comme signaleurs de circuit. » Les cérémonies du 400e anniversaire de la naissance de Québec ont aussi été l’occasion de faire ensemble. j

Comité de quartier La Trompette Jéricho-Bel Air-Franck Espoir Président : Robert Jeanneton 130bis avenue de Lieutenant-colonel Bernier
>>> 05 46 45 42 37

Collectif d’Association et Groupes d’Initiatives de Villeneuve-Les-Salines Président : Patrick Le Moyec Place du 14 juillet
>>> 05 46 44 41 60

Comité de quartier Laleu La Pallice - La Rossignolette Présidente : Sylvie Chaigneau 10 rue de Montréal
>>> 06 30 25 26 81

Retrouvez le plan de votr e Comité de q uartier sur www.laroch elle.fr

Vous pouvez rencontrer vos représentants lors de l’assemblée générale de votre Comité de quartier. Lors du bouclage de ce journal, certains n’avaient pas encore fixé de date d’assemblée. N’hésitez pas à les appeler pour plus d’informations !

La Trompette - Jéricho - Bel Air Franck espoir, samedi 16 janvier, de 16h30 à 18h30 Cognehors - Lafond - Beauregard samedi 23 janvier, de 17h à 19h Mireuil samedi 30 janvier, de 15h à 17h Port-Neuf dimanche 31 janvier, de 10h à 12h

Le Prieuré vendredi 5 février, de 18h à 20h Les Hauts de Bel-Air samedi 13 février, de 14h à 16h Tasdon dimanche 14 février, de 10h à 12h Saint-Nicolas - la Gare - le Gabut samedi 20 février, de 17h à 18h30

Saint-Eloi dimanche 21 février, de 10h à 12h Saint-Maurice samedi 27 février, de 15h à 17h Préfecture vendredi 5 mars, de 18h à 20h Villeneuve-les-Salines samedi 6 mars, de 16h30 à 18h30 La Genette jeudi 25 mars, de 20h30 à 22h

La Rochelle - le journal - décembre 2009

21

22 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Environnement
Service de l’Eau

Textes : Karen

Delarge photos : Franck Moreau

Douche froide pour les nitrates
L’idée d’un jardin accessible à tous a germé à Mireuil
Rue de la Bergerie à Mireuil va bientôt éclore un espace vert d’un nouveau genre. Et si on plantait le décor ! Le projet prendra place dans les jardins familiaux sur un délaissé de terrain d’environ 1000m². Là, un autre jardin sera lui accessible aux personnes à mobilité réduite mais aussi aux personnes âgées qui n’arrivent plus à faire la courbette aux plantes vertes. Grâce à de grandes tables surélevées, chacun pourra s’adonner assis à la culture de différentes variétés de plantes et de légumes. Par ailleurs, un préau en ossature bois fermé sur trois côtés, un WC et un local destiné aux outils seront également implantés sur le site. Coût des travaux : 30 000 R. À terme, d’autres jardins accessibles aux fauteuils roulants pourraient voir le jour dans les quartiers de la Ville. j
Rens. Aménagement de l’espace public, 05 46 51 11 66

Parce que 30% de nos besoins en eau potable sont alimentés par les captages de Fraise, Anais et Varaize, il nous faut préserver ces bassins d’alimentation en les protégeant en amont des risques de pollutions. La Ville s’est donc engagée, le 20 novembre dernier, à mettre en place un programme d’actions agricoles et non agricoles. Nom de code : Contrat de bassin versant 2009/2013

L’hydrogénérateur, un élément moteur à bord
Faire une transatlantique sans moteur thermique ni carburant, c’est a priori possible grâce à : l’hydrogénérateur, un projet innovant développé par le skipper rochelais Yannick Bestaven et son équipe. Grâce à cette turbine immergée qui ne pèse que 6 kilos, le bateau est en autonomie d’énergie totale à partir de 10 nœuds. Cette solution brevetée permettrait donc aux voiliers de compétition de couvrir 300 % de leurs besoins électriques. Objectif : démontrer que grâce aux énergies solaires, éoliennes et hydroliennes, on peut naviguer longtemps et vite. j
Rens. www.wattandsea.com

L
La Moulinette fête ses vingt Printemps
Souvenez-vous c’était il y a vingt ans, Le Relais Nature de la Moulinette jetait un pavé dans la marre! C’est sur l’initiative de Michel Crépeau que ce centre de loisirs, un brin atypique, vint compléter l’offre de la Ville en matière de loisirs. Permettre aux enfants de CM1, CM2 et 6e de faire l’apprentissage de l’écocitoyenneté par le biais de l’environnement, contribuer à leur curiosité et à leur éveil via la nature, une orientation pédagogique qui à l’époque a séduit tout le monde. Depuis, activités, sorties et séjours ne désemplissent pas. Pour nos petits apprentis jardiniers c’est l’occasion d’observer, de toucher, de respirer, d’écouter et, pourquoi pas, de goûter... en somme de mettre leurs cinq sens en éveil. Rendez-vous le 20 janvier et le 10 février pour contempler les oiseaux du lac, le 5 mai pour s’initier au jardinage bio et le 19 mai pour espionner les insectes aquatiques et autres pélobates. Pour petits et grands. j
Rens. Relais Nature de la Moulinette, 05 46 44 64 45
© Xavier Léoty

a Ville de La Rochelle étant propriétaire et exploitante en régie de ces champs captants, elle se penche depuis une dizaine d’années sur les moyens à mettre en place pour anticiper les risques de pollutions. Quels sont ces risques ? Ce sont les nitrates, les substances phytosanitaires et les rejets liés aux activités humaines, le plus souvent issus des pratiques agricoles ou des réseaux d’assainissement des communes alentour, qui risqueraient d’altérer la bonne qualité de nos nappes souterraines. Si aujourd’hui nous buvons l’eau la moins chère de Charente c’est tout simplement par qu’elle est quasiment buvable à la source. Elle subit donc très peu de traitement. Avoir une vision environnementale de la production d’eau passe par différentes mesures. La création d’un poste d’animateur « Bassin Versant » dont la mission est de sensibiliser les agriculteurs à de nouvelles pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement ; l’attribution de terrains à un exploitant agricole qui depuis a obtenu une certification biologique sur Angliers ou encore le boisement de onze îlots à Fraise pour protéger la ressource en eau et solliciter la biodiversité environnante sont des actions non agricoles qui ont été mises en place ces trois dernières années.

La nouvelle convention
Concernant le volet agricole, la Ville de La Rochelle et la Chambre d’Agriculture ont élaboré ensemble un programme d’actions appelé Contrat de bassin.

L’agence de l’Eau, le Conseil Régional PoitouCharentes et la DIREN (Direction Régionale de l’ENvironnement) ont apporté leur soutien financier à ces opérations. Le Contrat de bassin a pour objectif principal d’encourager financièrement la mise en place de mesures agro environnementales (MAE) afin de réduire l’apport d’engrais chimiques sur les cultures, voir de les supprimer. Les mesures sont : - la mise en place d’une culture piège à nitrates en hiver, pour éviter les sols nus et enfouir ensuite cette culture au printemps pour servir d’engrais naturel ; - la conversion de cultures céréalières en prairie réduisant ainsi fortement les nitrates résiduels ; - la reconversion à l’agriculture biologique. Pour la dernière mesure, la Ville de La Rochelle a vivement encouragé cette nouvelle pratique en confiant 40 hectares à deux exploitants bio permettant ainsi de pérenniser une activité économique durable et respectueuse de L’environnement. Par ailleurs, des journées de formation et de démonstration de techniques innovantes sont déjà programmées. Les exploitants seront accompagnés vers une agriculture durable à travers des pratiques raisonnées. Enfin un groupe d’exploitants sera créé pour expérimenter des techniques comme l’agriculture biologique, l’agroforesterie, etc. Une aide à la démarche qualité, tournée vers le secteur agricole et plus particulièrement la ressource en eau laquelle pour La Rochelle coule de source.j
La Rochelle - le journal - décembre 2009

23

24 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Environnement

Textes : Karen

Delarge photos : Franck Moreau

Protégeons nos espaces verts
Pendant que les agents des Espaces Verts travaillent d’arrache-pied à l’embellissement de la Ville, certaines personnes n’ont aucun scrupule à saccager le fruit de leur travail. L’état des lieux est aussi désastreux que honteux. Plus d’une centaine de plants ont été arrachés dans les allées du Mail et sur les ronds-points ; à raison de 30 $ l’unité, faites le calcul pour la collectivité. De nombreux arbres ont été cassés dans le parc Charruyer, d’autres comme les tamaris des Minimes ou de Port-Neuf se sont vus carrément coupés. Motif invoqué? Certains propriétaires peu scrupuleux revendiquent et s’octroient ainsi «le droit à la vue sur mer». C’est sans compter le vol de trois oliviers à 500 $ pièce et les jardinières de fleurs du Canal Maubec qui ont été balancées une par une dans l’eau. Qu’en est-il des droits de la Nature à l’heure où la conscience populaire doit faire face à un véritable défi environnemental ? j

City mobil

Véhicules du troisième type
Toujours à la pointe en matière de nouvelles technologies, La Rochelle s’enorgueillit aujourd’hui d’être le premier pôle d’expérimentation pour une génération de véhicules sans chauffeur : les UP GO. Début 2010, trois navettes seront mises en service sur un circuit ouvert au public. Une phase d’essai qui a valeur de première européenne

Pontons accessibles pour taquiner le gardon
Tous les accros à la pêche sans exception pourront d’ici la fin de l’année s’adonner aux concours de carpes de l’Amicale du Gardon Rochelais. À Villeneuve-les-Salines, les berges et le parcours d’accès situés à proximité de la crèche municipale vont être mis aux normes pour les fauteuils roulants. L’utilisation d’un rideau de palplanches en bois permettra de façonner la rive et de la compléter par un revêtement en grave stabilisé pour accéder au plus près de l’eau. Aménagement spécifique de l’allée, plantations et marquage de quatre nouveaux stationnements sont également prévus. j
Rens. Aménagement de l’espace public, 05 46 51 11 66

Avec les tribunes du stade Marcel Deflandre, le courant passe
Le saviez-vous ? C’est EDF ENR, filiale d’EDF spécialisée dans les Energies Renouvelables qui a été retenue pour financer, installer et louer l’intégralité de la toiture des tribunes du stade Deflandre. En 2010, ces 2500 m² seront recouverts de panneaux photovoltaïques et produiront de l’électricité. En contrepartie, un loyer sera reversé à la Ville qui bénéficiera également des retombées d’image du projet. Tout le monde est gagnant, nous et l’environnement. L’énergie verte, une ambition affichée. j

Les artichauts ont la main verte
À Laleu, entre le site des Gens du Voyage et le cimetière paysager s’étend une zone de 10 hectares classée dans les Espaces Naturels. Ces anciens terrains agricoles en friche joliment baptisés Les artichauts vont faire l’objet d’un projet de reboisement. Les terres seront préparées au printemps 2010 et les premières plantations forestières débuteront à l’automne suivant. Frênes, chênes et autres végétaux serviront de brise-vent artificiels. Des bandes de plantations finiront de dessiner ce nouveau paysage. La deuxième tranche est programmée pour 2011. j
Rens. Aménagement de l’espace public, 05 46 51 11 66

ouvenez-vous, en septembre 2008, plusieurs types de véhicules robotisés étaient testés, place de Verdun et rue Gargoulleau. Objectif de la manoeuvre : démontrer la faisabilité de faire circuler un véhicule sans chauffeur dans une zone fermée. Via ce programme piloté par l’Europe, il s’agit donc de mettre au point des moyens de transport urbain qui viendraient en complémentarité du transport de masse comme le bus. Début 2010, un nouvel itinéraire sera testé en site ouvert aux Minimes avec trois navettes. Sur leur chemin, quatre stations où elles s’arrêteront d’elles-mêmes pour prendre les passagers.

S

Chaque véhicule est équipé de deux moteurs ne pouvant dépasser les 25 km/h. À bord sont embarqués un GPS d’une précision redoutable grâce auquel le véhicule pourra s’arrêter à 5cm de la plateforme d’accès et une caméra laser capable d’enregistrer visuellement 1 000 points par seconde, permettant au véhicule de retrouver un itinéraire précis ou de s’arrêter devant un obstacle. Grâce à un concept d’accrochage immatériel, on peut imaginer qu’une seule navette pourra en conduire quatre autres. À terme ce sont des flottes entières qui pourraient équiper les villes. Essayez-les, c’est gratuit ! j
Rens. service Transports de la CdA, 05 46 30 34 00

© DR

La Rochelle - le journal - décembre 2009

25

© L2 architecte

Jeunes
Service Vie sociale

Vie nocturne... Dialogue pour la prévention et la protection de la jeunesse

Passerelle, un rendez-vous avec votre avenir
Comment s’orienter ? Quelle formation et quel métier choisir ? Comment construire son parcours professionnel ? Se frayer un chemin à travers les dédales de l’orientation et de la formation est ardu. Pour vous y aider, un rendez-vous incontournable et attendu : Passerelle, le forum des lycéens et des étudiants. En un même lieu, vous trouverez une multitude d’informations et de conseils précieux à glaner auprès de plus de cent trente exposants. Et pour mieux préparer votre visite au salon, Passerelle met à votre disposition sur son site Internet un carnet de route pratique et clair. Alors, qu’attendez-vous ? Vite, un clic et une visite au salon ! Les 21, 22 et 23 janvier à l’Espace Encan. Entrée libre. j
Rens. 05 46 45 90 90 - www.salon-passerelle.fr

Plan aide à l’emploi des Jeunes Diplômés
Vous avez moins de trente ans, vous avez interrompu vos études supérieures et vous vous êtes inscrits au Pôle Emploi Poitou-Charentes après le 1er juin 2007, le Plan Jeunes Diplômés Université / Région Poitou-Charentes est conçu pour vous. Dans ce cadre, l’Université de La Rochelle met en place des dispositifs vous permettant de poursuivre et de valider un cursus universitaire ou d’acquérir de nouvelles compétences à travers deux D.U. (diplômes universitaires) : le D.U. Création et Reprise d’Entreprise et le D.U. Portefeuille de Compétences et Valorisation en Entreprise. Pour toute information sur les programmes, les modalités d’accès et les aides financières, contactez la Maison de la Réussite. j
Rens. 05 46 45 26 77 ou 05 45 46 83 37 www.univ-larochelle.fr

© Elsa Bourgain

© Guy Genty

Accueillir dans les meilleures conditions ceux qui viennent se divertir la nuit en son cœur de ville tout en garantissant le bien-être de ses riverains : un travail délicat entrepris par le service Vie Sociale. Pas de solution toute faite mais une démarche d’accompagnement auprès des jeunes et l’élaboration d’une charte de la vie nocturne
eudi soir, 2 heures du matin. Une foule de jeunes festoient place de la Fourche. Ce ne sont pas des marginaux mais des lycéens et des étudiants. « Ce qui nous pousse à venir ici : l’envie de discuter et de faire la fête, mais chez nous, c’est petit ou on est chez nos parents donc pas question d’inviter du monde. On n’a pas les ronds pour aller ailleurs alors on se retrouve ici et on apporte nos boissons. » Aucune ville n’échappe à ces rassemblements entraînant nuisances et plaintes de riverains. Comment réguler ces pratiques festives et faire en sorte que ces jeunes ne s’enivrent que de fête ?

J

des recommandations adaptées.

Vers une charte de la vie nocturne
« Il ne s’agit pas d’interdire la fête mais d’assurer la sécurité et la santé des jeunes et d’éviter les dérives (tapage, dégradations...) » précise Gérald Auger, responsable du service Prévention. En 2007-2008, un éducateur et un sociologue ont assuré une présence nocturne dans le quartier St-Nicolas et rencontré les acteurs : jeunes, bistrotiers, riverains, hôteliers... Cette phase d’observation et d’analyse a permis un dialogue constructif entre ces mondes qui s’ignorent et s’accusent parfois. Elle a aussi démontré l’utilité de la médiation sociale dans une dimension de prévention et de protection de la jeunesse. Une charte de la vie nocturne, dont le but est d’instaurer une gestion globale de la nuit, est en cours de réalisation. Là aussi, le dialogue entre les différents acteurs est essentiel. « Chaque acteur est important. Quand on se parle, on évite les fantasmes que cristallise le monde de la nuit » souligne Danielle Cherifi, coordinatrice prévention. j
Rens. service Prévention de la Délinquance, 05 46 51 53 60

Éole sur les routes d’Europe
Décidément les jeunes de l’association Éole dans la cité Louise Magnan à Tasdon savent créer du lien entre générations et mettre de la joie autour d’eux ! Tour à tour, acteurs, danseurs, musiciens, régisseurs, décorateurs, ils seront une trentaine d’enfants et de jeunes à partir en tournée présenter leur spectacle musical Panique au Pôle Nord dans les maisons de retraite. Commencée en 2004 à La Rochelle, la tournée, bientôt européenne, les mènera cette année sur les routes d’Espagne. j
Rens. 05 46 44 20 18 - www.associationeole.fr

Mutualisation
Adhérente au FFSU (Forum Français pour la Sécurité Urbaine), la Ville participe au groupe de travail « Binge Drinking » ou « biture express ». Cette conduite, consistant à boire beaucoup et rapidement pour atteindre l’ivresse le plus vite possible, est d’origine anglo-saxonne, mais la France n’y échappe pas et cherche à la comprendre et à la canaliser. Un travail coopératif qui s’élargit à l’Europe à travers un projet intitulé « Safer Drinking Scenes » visant à mutualiser les expériences positives et à émettre

26 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Jeunes
Les Primeurs à l’école

Textes : Virginie

Richard photos : Julien Chauvet

À Massy, on connaît la chanson. En témoigne le festival Les Primeurs de Massy qui fait découvrir les talents émergents de la chanson, du rock, de la pop, de la soul ou de la folk. Et très jeune, on tombe dans cette marmite musicale. Sous la houlette des intervenantes en milieu scolaire du conservatoire de la ville de Massy, Les Primeurs à l’école font vivre plusieurs classes au rythme de la découverte du répertoire actuel de la chanson française et leur permettent de développer une véritable culture musicale. Impensable de manquer l’étape Francofolies. Du 15 au 21 février, quarantecinq élèves massicois viendront suivre une classe à la fois maritime et musicale à La Rochelle. Découverte des coulisses des Francos, du Chantier des Francos, rencontres avec des artistes, ateliers de rythme, d’écriture de chansons, de travail vocal et scénique... De quoi aiguiser encore plus la culture musicale déjà riche de ces enfants. j
© DR

Rens.www.primeurs-massy.com et www.francofolies.fr

Lycée hôtelier

Cap sur l’Inde
Le Lycée Hôtelier se prépare à accueillir trois élèves de l’IHMCTAN* de Mumbai (Bombay) et à y envoyer quatre de ses élèves

Barbe Bleue et les ténèbres de l’amour
Il était une fois un riche gentilhomme qui terrifiait les femmes, tant à cause de sa barbe bleue que de ses mariages successifs, dont on ne connaissait le sort réservé à ses épouses... Jeux de séduction, secrets sombres de l’amour, mise à l’épreuve de la désobéissance et de la curiosité, méditation sur l’amour, le pouvoir et le mal... Laurence Andreini nous propose une version du célèbre conte de Perrault revisitée par Christian Caro. Du 17 au 20 décembre, au Carré Amelot, spectacle à partir de 10 ans. j
© DR © DR

Rens. 05 46 51 14 70 - www.carre-amelot.net

Quand de la terre naît la poésie et... Chübichaï
Les mains sculptent la boule de terre d’où émergent des êtres et des paysages... Chübichaï est un enfant au visage rond comme la lune. Il appelle sa maman mais elle ne répond pas. Il part à sa recherche. Sur son chemin, il rencontre des personnages étranges, des êtres bienveillants, des ogres terrifiants... Retrouvera t-il sa maman ? Un spectacle pétri de tendresse à voir avec vos jeunes enfants dans la yourte de Villeneuveles-Salines, les 22 et 23 janvier. j
Rens. Carré Amelot 05 46 51 14 70 www.carre-amelot.net

De La Rochelle à Saint-Gérôme

E

xcellence et ouverture à l’international sont les maîtres mots du Lycée Hôtelier. Les enseignements assortis de stages en entreprise y préparent aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Des partenariats avec des écoles et des groupes hôteliers du monde entier permettent aux élèves de valoriser leurs diplômes.

Bombay - La Rochelle - Bombay
Sampda, Kartikeya et Neelma, étudiantes à l’IHMCTAN de Mumbai sont arrivées en novembre. Après un mois dans une classe de BTS pour s’adapter à la vie française, elles sont aujourd’hui pour trois mois de stage dans des hôtels haut de gamme et y tournent dans les services (cuisine, salle, réception, room-service...). L’échange se poursuivra avec le départ de quatre étudiants de BTS pour Bombay. Étant donné les spécificités de l’Inde et de Bombay, des préparatifs rigoureux sont en cours entre l’équipe pédagogique et les futurs stagiaires. j
* IHMCTAN : Institute of Hotel Management, Catering Technology & Applied Nutrition, Rens. 05 46 44 20 60 www.lycee-hotelier.com

La municipalité facilite tous les ans le départ au Québec de deux jeunes Rochelais. Objectif ? Renforcer les liens établis entre les villes de La Rochelle et de Saint-Gérôme (Québec). Un jury désignera courant février les deux lauréats, après avoir reçu individuellement les candidats(es) remplissant toutes les conditions. Pour poser votre candidature il faut être majeur, étudiant et résider sur le territoire rochelais. Un emploi est proposé pendant les deux mois d’été (du 24 Juin au 25 août 2010) par la commune de Saint-Gérôme qui se situe à 60 km de Montréal et 200 km de Québec. Vous devez adresser votre lettre de candidature au service Jeunesse de la Ville (Mairie de La Rochelle, BP 1541, 17086 la Rochelle Cedex 2), avant le 30 janvier 2009. j
Rens. 05 46 51 53 15

Des partenariats de qualité
« Ce n’est pas l’étranger pour l’étranger, précise Sébastien Bourain, responsable des stages. On s’appuie sur des homologues qui proposent des cursus similaires afin de s’assurer de la qualité des stages et de l’accueil de nos étudiants. » Et c’est tout naturellement que dans le cadre des Escales Indiennes qui animeront la vie rochelaise en 2010, le lycée s’ouvre à l’Inde.

Des 4L aventurières et solidaires
Raid sportif étudiant dans le désert du Maroc à bord d’un véhicule culte, la sympathique 4L, le 4L Trophy se déroulera du 18 au 28 février. Mille équipages apporteront ainsi des fournitures scolaires aux enfants marocains les plus démunis. Road Runners, l’association de sports mécaniques du groupe Sup de Co, organise un village pré-départ avec la cinquantaine d’équipages pictocharentais. L’occasion de découvrir ce raid solidaire et de revoir nos bonnes vieilles 4L ! Rendez-vous square Valin, le 6 février. j
Rens. www.roadrunners-lr.fr et www.4ltrophy.com
La Rochelle - le journal - décembre 2009

27

Libre expression à l'opposition municipale
Conformément aux dispositions de la loi du 27 février 2002 dite de “démocratie de proximité”, “La Rochelle, le journal” ouvre ses colonnes à l’opposition municipale.

Lr du temps
Musées

Textes : David Labardin photos : Julien Chauvet

Modem
« Et quel est aujourd’hui l’ordre de vos comices ? »
Sous la Rome antique, selon le principe romain des comices, notamment tributes, le peuple assemblé est consulté pour les décisions concernant la cité. La parole y est libre, parfois vive, toujours issue d’une forme de sagesse populaire. Car c’est bien la mission de nos « comices », de porter témoignage de leurs besoins et de leurs difficultés au quotidien comme s’interroge Voltaire dans sa tragédie Catilina. Précieux sont nos comités de quartiers. Soulignons le bel effort de bénévolat de tous ceux qui s’engagent. Le comité de quartier donne une place de choix aux Anciens, raconte l’histoire de la ville et opère un lien social indispensable : se faire le relais de celui qui n’ose pas s’exprimer, organiser des manifestations festives et fraternelles. Ne pas cantonner les comités de quartiers aux problèmes de salubrité mais les associer pleinement aux grands projets qui structurent la Ville. Attendre en retour que le comité de quartier ne soit jamais un maillage politique déguisé. Expression courageuse, il peut se transformer en un outil politique fort critiquable, quand il oublie son indépendance à l’égard du pouvoir. Le Modem pense qu’un responsable de ce type d’association ne peut être lié au pouvoir en place : séparation des pouvoirs associatifs et politiques sont chers aux démocrates. Les valeurs de la République attendent pluralisme et impartialité.

Du nouveau dans les musées
Les nouvelles acquisitions vont être présentées au public dans les semaines à venir. L’occasion de franchir la porte des musées d’Art et d’Histoire et du Muséum d’Histoire Naturelle qui affichent leur volonté de s’ouvrir au plus grand nombre

Marie-Laure Tissandier Arnaud Jaulin

UMP

Circulez, il n’y a rien à voir !
L’opposition municipale, dans la droite ligne de son propre projet en matière de transport et de circulation, s’élève fermement contre le programme trop vite fait et bien mal ficelé, de l’équipe municipale. Si les transports publics représentent la seule alternative crédible aux problèmes de circulation, il n’en demeure pas moins vrai qu’il est indispensable de les intégrer dans un plan global de circulation. Or, que voit-on ? Un trafic bus non maîtrisé, avec toujours : 1 100 passages de bus Place de Verdun, 450 avenue du Général Leclerc, 400 sur le Vieux Port, 350 rue Dupaty et de la Ferté. Pas de gare modale Nord, Porte Dauphine, pour dériver le trafic du centreville, le projet Sud Gare non réalisé, le parking St Nicolas encore en travaux, aucun stationnement au nord et à l’est. À l’ouest, le modeste Saint Jean d’Acre pour seul parking, sans parler des embouteillages de l’échangeur de Lagord/voie rapide/centre-ville, de l’absence de navettes électriques gratuites en centre-ville, pourtant véritable service moderne de proximité et, enfin, des couloirs de bus incohérents. En effet, le marquage au sol d’un couloir de bus et la réduction à une seule voie de la circulation automobile entrante et sortante, ne représentent pas la bonne solution. Ils entraînent la non-sécurité de la voie bus et génèrent des embouteillages en freinant la fluidité du trafic. Et, enfin, pour clore ce panorama bien négatif, le cœur de ville devient inaccessible, ce qui est, bien entendu, inadmissible. Que fait-on en effet de tous ceux qui souhaitent se rendre en ville, en tant que simples visiteurs ou clients du commerce local ? Nous condamnons le fait que les investissements nécessaires au succès du projet soient volontairement retardés. Est-ce une volonté délibérée ou de l’inconscience ? Bien mieux pensé, notre programme présentait un plan transport innovant, respectait un équilibre dans les investissements, assurait, dans le temps, un développement harmonieux des lignes de bus et des infrastructures indispensables à réaliser selon un schéma logique et séquencé. Le précédent plan de circulation (dit Marguerite), mis en place sans concertation et dans la précipitation, n’a apparemment pas servi de leçon à l’équipe municipale ! D’ailleurs, malgré tous nos efforts pour ouvrir un dialogue sans aucune idéologie partisane (la circulation n’est ni de droite, ni de gauche), nous regrettons l’absence de débat démocratique au conseil municipal, sur ce sujet, essentiel pour nos concitoyens, le seul message renvoyé, inlassablement, par la majorité de gauche se résumant en un trop laconique : « circulez, il n’y a rien à voir ».

L

es musées rochelais sont en mouvement et de nombreuses acquisitions vont être présentées dans les semaines à venir. Adjointe à la direction des musées d’Art et d’Histoire, Marie-Lise Lahaye insiste sur sa volonté de toucher un large public : « Les musées n’existent pas sans visiteurs. Nous voulons les faire venir pour qu’ils apprennent, mais aussi pour qu’ils prennent du plaisir. Et les nouvelles acquisitions participent à cela. » Le musée de Nouveau Monde a récemment acquis une peinture de l’artiste contemporain Pierre Bodo Pambu, intitulée Monde en Marche ?. L’œuvre, qui représente le président américain Barack Obama, prend toute sa signification lorsque l’on sait qu’elle a été conçue par un artiste Africain. « On saisit l’importance et tout l’espoir que les Africains mettent dans cette élection », précise Marie-Lise Lahaye. Cette pièce sera montrée au public dans le cadre d’une présentation intitulée Obama, un nouveau Monde ?, du 7 au 14 février 2010.

Statues en bronze et feuilles d’or
Le musée des Beaux-Arts n’est pas en reste avec la récente acquisition de deux esquisses du peintre rochelais William Bouguereau (1825 - 1905) : Allégorie de l’été et Allégorie de l’hiver. Bien que le musée possède déjà plusieurs œuvres du peintre, Marie-Lise Lahaye estime que ces nouvelles pièces apportent un éclairage nouveau sur son travail : « Ses toiles ont un point de vue très académique alors que les esquisses sont plus spontanées et moins léchées, avec un aspect plus charnel. » Si certaines acquisitions sont le fruit d’une profonde réflexion, certaines peuvent être plus inattendues comme la collection d’objets asiatiques que le musée d’Orbigny Bernon vient de se voir offrir. Des poupées japonaises, des statuettes bouddhiques et des textiles chinois qui viendront s’ajouter à la collection du musée grâce à la générosité d’un donateur anonyme. Les statues, en bronze et recouvertes de feuilles d’or, seront présentées en début d’année.

Une découverte exceptionnelle de fossiles
Enfin, place au Muséum d’Histoire Naturelle qui présentera une vieille connaissance des Rochelais en la personne du mérou de l’Aquarium. Tragiquement disparu après avoir voulu se réfugier dans l’abri d’un requin, il s’offrira désormais au regard des visiteurs. Outre un petit panda, déjà présent dans le hall, le Muséum s’est récemment vu confier un ensemble de fossiles…découvert par un amateur ! Directeur adjoint du Muséum, JeanFrançois Heil évoque l’intérêt de ces pièces : « Il s’agit d’une collection exceptionnelle de plusieurs milliers de pièces qui nous a été léguée par la sœur de Jacqueline Veltin, suite à son décès. Ces fossiles marins datent de l’ère secondaire et sont en cours de rénovation, ils complètent très bien les collections du Muséum». Qu’il s’agisse d’art ou d’histoire, les musées rochelais démontrent leur vitalité et comptent bien satisfaire tous les publics. Pour rappel, les entrées sont gratuites le 1er dimanche de chaque mois. j
Rens. Musée des Beaux-Arts, 28 rue Gargoulleau, 05 46 41 64 65 Musée d’Orbigny Bernon, 2 rue St-Côme, 05 46 41 18 83 Musée du Nouveau Monde, 10 rue Fleuriau, 05 46 41 46 50 Muséum d’Histoire Naturelle, 28 rue Albert 1er, 05 46 41 18 25

ERRATUM dans le titre du Une erreur s’est glissée éro. Au lieu de «Le Revenu précédent num un dispositif qui de Solidarité Active (RSA), hisme aurait fallut lire «Catastrop dérange», il nos excuses aux et mauvaise foi». Toutes rédacteurs de cet article.

Dominique Morvant Pierre Dermoncourt Martine Cochennec Aurélien Bon Myriam Bacqué Claude Thibaudeau

28 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Social / Santé

Textes : Philippe

Arramy photos : Julien Chauvet

RAM, nouveau relais et qualité d’éveil
Le Relais d’Assistantes Maternelles (RAM) de Laleu dispose depuis septembre 2009 d’une extension à La Passerelle de Mireuil. Dans le même temps, un nouveau relais est en cours d’ouverture au sud de la ville dans les locaux du centre social de Villeneuve les Salines ainsi qu’une annexe dans celui de Tasdon. Le RAM a pour objectif d’informer les familles sur leurs droits et leurs devoirs d’employeurs, mais aussi d’aider les assistantes maternelles indépendantes à mieux appréhender leur statut, tout en leur permettant de bénéficier d’activités collectives pour les enfants dans des lieux adaptés à la petite enfance : crèche, bibliothèque, équipements culturels de la Ville... l’objectif étant que tous les petits Rochelais puissent ainsi bénéficier d’une qualité d’éveil culturel et de socialisation. Aujourd’hui ce sont environ deux cent cinquante assistantes maternelles qui sont concernées sur le territoire de la ville, soit environ cinq cent enfants. j Rens. RAM Nord - Pascale Fidelle, 05 46 43 76 30 RAM Sud - Christelle Marmorat, 06 27 58 40 78

Des jeux pour tous
Sophie Roche vient de prendre la direction de la ludothèque du Carré Amelot. Avec un projet bien affirmé : faire découvrir l’univers des jeux aux petits et aux grands

Ludothèque

S’informer, se faire vacciner
La vaccination fait débat mais reste fortement conseillée (les personnes concernées reçoivent des bons: femmes enceintes etc.). Malgré l’attente, le dispositif connaît un certain succès et a été renforcé quant à l’équipe médicale. À La Rochelle le centre de vaccination se situe au Parc des Expositions. Pour les horaires, merci de consulter le site Internet de la Ville, www.larochelle.fr. j
Rens. Plateforme centres de vaccination, 05 46 27 43 89 Pandémie grippale, 0 825 302 302 www.pandemie-grippale.gouv.fr

Cambriolages : pour mieux se protéger
Se protéger des cambrioleurs passe par un peu de bon sens et de vigilance. Surtout lorsque l’on sait que dans la majorité des cas, un cambriolage se déroule en quelques secondes ! À chacun donc de veiller à bien fermer portes et fenêtres en cas d’absence du domicile. Tout comme à ne pas laisser la clef de la porte d’entrée sous le paillasson ou le pot de fleurs ! Si vous disposez de bijoux ou de valeurs, conservez-les dans des lieux moins évidents que la coiffeuse ou la table de nuit ! En cas d’absence prolongée, demandez à un voisin de relever régulièrement le courrier de votre boîte aux lettres. Et dans le cadre de l’opération tranquillité vacances, signalez votre départ au commissariat de police de La Rochelle au 05 46 51 36 36. j

Quand un choc sauve la vie
assionnée de jeux en tous genres, Sophie Roche suit depuis des années tous les salons professionnels et grands publics en quête de nouveautés. « J’arrive à La Rochelle avec l’envie d’ouvrir la ludothèque à tous les publics. Car je considère que le jeu n’est pas réservé aux seuls enfants » tient-elle à préciser. Et c’est fort de ce désir que Sophie Roche et son équipe ont mis en place de nombreuses nouveautés. Côté aménagements, un espace est réservé aux mamans et aux petits, tandis qu’un autre espace est consacré aux jeux dans un univers particulier : Barbie, Playmobil. Enfin, un espace est consacré à une sélection de jeux de société pour tous les âges et pour lesquels l’équipe a eu un coup de cœur.

P

Animations - découvertes
Côté animations, l’équipe de la ludothèque invite régulièrement petits et grands (à partir de 10 ans) à découvrir une sélection de jeux d’adresse, de stratégie, de hasard, etc. Prochaines sessions : vendredi 29 janvier et 19 février, de 20h à 23h. L’équipe compte également faire goûter au plaisir de jouer ensemble en famille. Ceci grâce à des animations (gratuites) le samedi de 14h30 à 15h00. La prochaine aura lieu le 16 janvier avec au programme la découverte des premiers jeux à règles pour les petits à partir de 2 ans et demi. Ces animations sont limitées à 10 participants, il vaut donc mieux vaut réserver sa place à l’avance ! j
Rens. Ludothèque, 05 46 51 14 70

Neuf nouveaux défibrillateurs automatiques sont en service dans différents bâtiments ou équipements municipaux. À savoir l’Hôtel de Ville et les mairies annexes, des salles de sports, des parkings, des locaux de l’arsenal... Il s’agit là de la poursuite d’une politique d’équipement menée depuis deux ans et qui porte à quatorze le nombre de défibrillateurs mis à la disposition du public par la municipalité. Rappelons que ces instruments de premiers secours peuvent être facilement utilisés par toute personne et qu’ils peuvent sauver des vies en cas d’arrêt cardiaque. Bien d’autres lieux publics rochelais sont aussi équipés de ces instruments : office du tourisme, aquarium, parc-expo, université, etc. j

La Rochelle - le journal - décembre 2009

29

Social / Santé

La santé en atelier

Concertation

Quand les Rochelais accueillent
L’association Adrias* s’est fixée comme premier objectif d’organiser des rencontres entre les étudiants étrangers et la population rochelaise. Par exemple lors de soirées culinaires conviviales ou de sessions de conversation. Elle cherche aussi à placer des étudiants étrangers dans des entreprises locales pour des emplois ou des stages. Adrias organise également des missions à l’étranger pour promouvoir des technologies innovantes mises au point à La Rochelle. D’autre part, l’association est investie dans des actions de solidarité et de formation internationale. j
Rens. 05 46 07 66 88 www.adrias17.org *Association pour le Développement des Relations Internationales de l’Aunis et de la Saintonge

20 ans d’APEM
Depuis vingt ans, les activités partenariales école/mairie (APEM) pour la santé permettent de mener des actions qui s’intègrent aux projets pédagogiques des écoles de la commune. Ces activités sont mises en œuvre en partenariat avec le service de Santé Scolaire et le service municipal de Santé Publique Hygiène Environnement, l’association Atlantique des Consommateurs Coopérateurs, l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie, le Comité Départemental de l’Éducation à la Santé et la Ligue contre le Cancer. j
Rens. 05 46 51 51 42

© DR

Franco, un chantier pour les profs
Ils sont professeurs, médiateurs culturels, intervenants dans les écoles. Ils sont impliqués dans un projet pédagogique autour de la chanson francophone. Une trentaine d’entre eux se retrouve, du 20 au 22 janvier, à La Rochelle, pour un « chantier des profs » installé à La Coursive. Ce stage gratuit mêle réflexion, pratique et observation grâce au travail mené avec Les enfants de la zique et Les chantiers des Francos. j
Plus d’infos sur www.crdp-poitiers.cndp.fr/cddp17 et www.francofolies.fr

Établir un « diagnostic santé » propre aux différents quartiers rochelais et lancer un programme d’actions fondé sur la plus large concertation : tel est le projet de l’Atelier Ville Santé. Explications

Q

uel est l’état de santé des habitants des zones Urbaines Sensibles et comment l’améliorer ? Un premier diagnostic vient d’être finalisé en avril dernier. Il portait sur un territoire composé des quartiers de Mireuil, Laleu, La Pallice, la Rossignolette. Un deuxième diagnostic est prévu pour les six prochains mois sur la Cité des Géraniums à St Eloi et Villeneuve les Salines. Dans tous les cas, l’idée est de recueillir les attentes des populations et d’identifier les structures de santé existantes. Ceci dans le cadre d’actions menées depuis juillet 2008 par l’Atelier Santé Ville (ASV).

des habitants. Dans cet atelier, tout le monde est acteur : citoyens, élus et professionnels de santé. » Au cours d’une réunion publique organisée en mai dernier à Mireuil pour présenter le diagnostic, différents axes prioritaires se sont dégagés. Avec un constat majeur : les structures de santé sont suffisamment nombreuses et diversifiées pour que l’accès aux soins ne soit pas une priorité locale. Mais des actions vont se lancer sur différents thèmes tels que le bienêtre psychique, la question des addictions, de l’alimentation, la santé bucco-dentaire et la problématique santé/environnement/cadre de vie. Le groupe santé qui va se constituer sur les quartiers concernés entend bien définir une stratégie et des objectifs pour un programme local d’actions autour de ces questions. « Il s’agit donc bien ainsi d’accompagner la population pour qu’elle soit elle-même acteur de santé » souligne Françoise Veteau. j
Rens. 05 46 51 51 42

Un groupe pour l’action

« Il s’agit bien d’une démarche territoriale qui a pour objectif le développement de projets locaux de santé publique souligne Françoise Veteau, coordinatrice du projet. L’ASV constitue le volet santé du Contrat Urbain de Cohésion Sociale qui vise à réduire les inégalités territoriales de santé, notamment en zone urbaine sensible. L’originalité de cette démarche est d’être fondée sur la participation

Une démarche participative

30 La Rochelle - le journal - décembre 2009

© DR

Social / Santé

Textes : Philippe

Arramy photos : Julien Chauvet

Élections régionales, inscrivez-vous
Les prochaines élections régionales sont programmées pour mars 2010. Pour pouvoir exercer son devoir citoyen dans sa commune de résidence - La Rochelle en l’occurrence - il faut être inscrit sur les listes électorales avant le 31 décembre 2009. N’attendez donc pas les derniers jours de décembre pour vous inscrire. Au Centre-Ville, les formalités s’effectuent au service des Élections, place Jean Baptiste Marcet. Les inscriptions sont aussi possibles dans les mairies annexes de Mireuil, Laleu et Villeneuve les Salines aux horaires habituels d’ouverture. Les seuls documents demandés sont une pièce d’identité en cours de validité justifiant de la nationalité française : passeport ou carte nationale d’identité, un justificatif de domicile datant de moins de trois mois : facture EDF, France Telecom, etc. Du lundi au vendredi, de 8h30 à 16h20 sans interruption. j Rens. service Élections, 05 46 51 51 53

Charles Mavaut

Un legs pour la ville
Par testament, Charles Mavaut lègue à la Ville de La Rochelle différents biens immobiliers. Un geste généreux d’un amoureux de sa cité

Des plaquettes au CCAS
Le Centre Communal d’Action Sociale vient d’éditer des plaquettes d’informations sur différentes structures et services destinés aux personnes âgées : le Centre Local d’Information et de Coordination (CLIC), la Télésolidarité, le service des Soins Infirmiers à Domicile (SIAD) et le Service d’Aide à Domicile (SAD). Ces plaquettes tirées à cinq mille exemplaires sont disponibles au CCAS, à l’Hôtel de Ville et dans les mairies annexes, mais aussi chez les médecins et les infirmiers rochelais. j
Rens. CCAS, 05 46 35 21 00

La Rochelle sur Facebook
La Rochelle confirme sa présence en ligne via les réseaux sociaux et notamment l’inévitable Facebook, pour être au plus près de ses administrés qu’ils soient férus d’Internet ou ne s’y rendent qu’occasionnellement. Le profil officiel de la Ville de La Rochelle sur Facebook, n’est qu’un début. Nommé «La Rochelle Ensemble», il compte maintenant plus de 1500 «amis» (en à peine trois semaines d’existence) et en comptera à ce rythme certainement plus de 2000 avant la fin de l’année. Le développement de la communication via les réseaux sociaux semble porter ses fruits. C’est un échange direct entre la Mairie et les Rochelais. La Ville de La Rochelle repense constamment sa relation avec les Rochelais. Internet est devenu un outil presque incontournable et permet de plus en plus d’interactivité. Ce qui amène d’ailleurs à imaginer des projets encore plus ambitieux, pour ne laisser personne à l’écart de cette relation... j
Rens. Service Communication, 05 46 51 50 17 / www.larochelle.fr

Un nouveau médecin pour la Ville
Guillaume Fauvel est depuis le 1er septembre le tout nouveau Médecin Directeur du Service Santé Publique Hygiène Environnement de la Ville. Après avoir exercé chez Médecins du Monde, dans des ONG et au sein de collectivités territoriales, il arrive à La Rochelle avec une ambition forte : lutter au niveau local contre les inégalités de santé et se déclare très motivé par « le nombre et la richesse de tous les acteurs de santé à l’échelon communal ». j

harles Mavaut aura aimé La Rochelle toute sa vie durant. Ce dynamique Rochelais, membre actif du Rotary club local, amateur de voiliers et de voyages, était aussi membre de l’Académie des Belles Lettres, Sciences et Arts de La Rochelle. Un temps Président de cette société savante, il dirigea également la Conférence des Présidents d’Académies de France. Baptisé à l’église Saint-Sauveur, c’est dans cette même église qu’ont été célébrées ses obsèques, le 29 décembre dernier. Dans ses dernières volontés consignées dans son testament, Charles Mavaut léguait à la Ville de La Rochelle différents biens immobiliers, tous situés dans la résidence des Saintes Claires. À charge pour la municipalité de conserver ces biens ou de procéder à leur vente.

C

Dernières volontés
« De telles libéralités étaient encore fréquentes au siècle dernier mais elles sont devenues rares. Ce qui les rend d’autant plus précieuses » tient à souligner Bernard Aubert, responsable des affaires juridiques et immobilières de la Ville. Un local de bureaux situé au rez-de-chaussée sera conservé. Un appartement de deux pièces sera utilisé pour des artistes en résidence. Quant au grand appartement de 4 pièces, avec cave et parking, il sera prochainement vendu. Le produit de cette opération devrait participer au financement de la rénovation de l’orgue. de l’église Saint-Sauveur (Voir article en page 7) ! Juste retour des choses pour Charles Mavaut qui aura toujours su se montrer généreux de son vivant, et bien au delà ! j
La Rochelle - le journal - décembre 2009

© Guy Genty

31

Sport
Water-polo

Indomptables Canards
Les délices du palet
Le palet ne se résume pas à lancer une pièce (en laiton ou en fonte) sur une plaque de plomb de 45 cm de côté. C’est aussi une activité qui réclame précision, maîtrise de soi, voire un certain sens tactique, le tout dans la bonne humeur. Aussi, ceux que ce jeu tente peuvent se rendre au gymnase de Laleu (rue du Bois Fleuri), où l’Amicale du Palet Rochelais organise régulièrement des concours. Des rassemblements qui en hiver se déroulent deux fois par mois, le samedi après-midi. Première étape le 16 janvier, une semaine après que l’Amicale ait tenu son assemblée générale dans la salle de la Trompette. Et dès que le printemps revient, direction le terrain en terre battue situé dans le parc Charruyer ! j
Rens. 05 46 41 11 81 et 06 81 49 24 22

Laleu La Rochelle FC : le foot avant tout
Né en 2007 de la fusion de feu l’ES Rochelaise et de l’Avenir Maritime Laleu La Pallice, le Laleu La Rochelle FC vit sa troisième saison. Et après deux exercices mouvementés, pour cause de dissensions internes, le club goûte enfin une sérénité retrouvée. « Les personnes qui ne s’entendaient pas ont eu la sagesse de se retirer, explique le président Bruno Coqblin, et la nouvelle équipe peut œuvrer pour que nos quatre cent vingt licenciés jouent au football dans de bonnes conditions. » Car la tâche est conséquente, avec de nombreuses équipes, des seniors aux plus jeunes, qui évoluent au plus haut niveau régional. Maintenant, le FC Laleu - La Rochelle fait parler de lui sur les terrains. j
Rens. www.laleularochellefc.footeo.com ou 05 46 07 73 23

Au sein du club de natation des Canards Rochelais, la section water-polo s’active. Elle forme des jeunes pousses, attire des pointures et fait vivre trois équipes au niveau national. Un cocktail gagnant que goûtent à chaque match près de 300 à 400 supporters dans la piscine Lucien Maylin
ertes, les Canards Rochelais n’évoluent pas encore dans le grand bain du waterpolo national, le championnat de France élite. Mais doucement, à force de crawler et de marquer des buts, ils remontent le courant. Déjà, la saison passée, pour leur retour en Nationale 2 (la 3 e division du water-polo), les protégés d’Arnaud Texier ont fait mieux que surnager en terminant 6e sur 12. Une belle performance que l’entraîneur rochelais tient à renouveler, voire améliorer, pour ce cru 2009/2010. « On a un groupe jeune qui affiche 20 ans de moyenne d’âge mais il est solide et bien soudé autour d’éléments d’expérience. Avec cette équipe, on peut obtenir un meilleur classement que l’an dernier » avance Arnaud Texier. Car si Tibor Varga, l’ancien maestro des eaux rochelaises, se consacre désormais entièrement à la formation des plus jeunes, deux autres poloïstes venus de Hongrie, pays qui est au water-polo ce que le Brésil est au football, figurent dans l’effectif : Hirbek Sandor, qui entame sa deuxième année avec les Canards, et Daniel Banhalmi, arrivé cet été de Budapest.

C

Prime à la jeunesse
Mais la vraie force du club tient dans son réservoir de jeunes, dont certains se frottent déjà aux rudiments de la Nationale 2. Avec des cadets en championnats de France, mais aussi une équipe réserve engagée en Nationale 3, la formation bat son plein dans les rangs des Canards. « À force de goûter au haut niveau, nos éléments les plus jeunes (15 ans, ndlr) gagnent en maturité. Le groupe va se renforcer au fil de leur incorporation et d’ici trois ou quatre ans, nous pourrons penser à la montée en N1 » prédit Arnaud Texier. À moins que cela n’arrive plus tôt que prévu pour les poloïstes maritimes, qui ont entamé la saison tambour battant avec trois victoires en autant de matchs, dont un succès probant face à Bordeaux, l’un des favoris du championnat. Oui, les Canards ont bien des dents ! Qui plus est acérées ! j
Rens. www.canards-rochelais.fr ou 05 46 67 40 00

La pétanque des aînés
Ouverte à toutes les générations, la Boule Rochelaise Cigale n’oublie pas les plus anciens. Depuis trois ans, le club organise un concours réservé aux vétérans (plus de cinquante-cinq ans). La compétition regroupe seize quadrettes (équipe de quatre), soit près de quatre-vingts licenciés, dont certains font le déplacement depuis Nantes. Elle se déroule au boulodrome municipal, avenue Jean Guiton, où un repas attend également tous les participants. Prochaine édition prévue, le jeudi 21 janvier, sauf changement de dernière minute. j
Rens. 05 46 44 35 29

32 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Sports
Un festival d’archers

Textes : Eric

Pasquier photos : Franck Moreau

Toucher le cœur d’une cible, de la taille d’une pièce de 2 €, à 18 m de distance ! Tel est le genre d’exploit que vous verrez au gymnase du Pas des Laquais, les 16 et 17 janvier prochains. « Ces championnats départementaux sont relevés, avec des tireurs capables de marquer 295 points sur 300 possibles », explique Philippe Chassard, président de la 1ère Compagnie d’Arc Aunis, organisatrice de la compétition. « En tout, nous accueillerons de quatre-vingts à cent compétiteurs ». Car à côté des adultes et des cadors, les jeunes, du débutant au junior, ont aussi leurs concours. L’occasion de découvrir les subtilités de ce sport, d’examiner la différence entre un arc à poulie et un arc classique, ou de constater l’épaisseur des paillons sur lesquels sont accrochées les cibles. Et peut-être vous aussi aurez envie de décocher quelques flèches. j Rens. www.arclarochelle.fr ou 06 16 84 64 47

La Rochelle Triathlon

Des filles au top
De mai à octobre 2010, les triathlètes féminines de La Rochelle se frotteront aux treize meilleures équipes de l’Hexagone, dont deux de Poitou-Charentes. Un championnat relevé, constitué de cinq épreuves, qu’elles préparent déjà avec détermination

Mini Transat, Maxis Rochelais
Beau tir groupé des marins Rochelais, Henri-Paul Schipman et Fabien Després, qui terminent tous deux dans les dix premiers protos de la Transat 6,50. Troisième du classement général, « HP » s’avouait même stupéfié des performances de son bateau qu’il a forgé de ses mains. Bien que septième, Fabien Després restait lui un peu frustré de cette position, sans toutefois renié le plaisir qu’il a eu à effectuer cette traversée qui en appelle tant d’autres. j
Rens. www.transat650.org/fr

© Xavier Léoty

Le Stade tu encourageras
Après un départ mi-figue mi-raisin en pro D2, le stade Rochelais doit cravacher pour revenir dans le groupe de tête du championnat. Et dans le cadre de l’opération reconquête s’ouvre une période cruciale pour les Jaunes et Noirs avec pas moins de quatre matchs à domicile d’affilée : un, le 19 décembre, contre Oyonnax et trois autres en janvier, notamment un choc face à Agen. Les travées du stade Marcel Deflandre n’ont pas fini d’acclamer leurs protégés ! j
Rens. www.staderochelais.com ou 05 46 43 14 05

L

a Rochelle Triathlon s’apprête à vivre une saison 2010 inédite. Pour la première fois de sa courte histoire, le club aligne une équipe dans le championnat de France de 1ère division, le plus haut niveau national. Une sacrée performance signée par les triathlètes féminines, qui concourent ensemble depuis seulement quatre ans ! Surtout, c’est un beau challenge que s’apprêtent à relever Sylvie Aboulin, Emily Bonpaix, Clémence Moy et Justine Landais, que devraient rejoindre trois recrues d’expérience au cours de l’hiver.

« Ce palier franchi, il faut désormais se

Rens. www.larochelle-triathlon.fr 05 46 44 46 86 ou 06 82 22 48 49

© Julien Chauvet

Entraînement intensif

maintenir », précise Thibaud Masson, l’entraîneur. « Et pour atteindre cet objectif nous devons travailler notamment la natation, notre point faible. » Cela promet quelques longueurs de piscine pour ces drôles de dames, toutes amateurs, qui s’entraînent de huit à dix heures par semaine, et qui sont capables d’enchaîner 750 m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied en à peine plus d’une heure ! Et cette année, guidée par une même passion, elles seront les locomotives d’un club qui compte près de cent cinquante adhérents, dont une quarantaine de jeunes de moins de 18 ans. La relève est déjà assurée ! j

La Rochelle - le journal - décembre 2009

33

Nous, vous, ils

Le bonheur des choses simples
La télé ne leur parle pas, la pub leur hérisse le poil et pourtant Olivier et Sarah Giardella ont gravé à jamais un chapitre de leur histoire sur un DVD. Ils ont en effet été choisis pour être «les acteurs» du documentaire sur la gémellité de Nils Tavernier, diffusé sur France 2 au mois d’octobre dernier. Après avoir cherché la perle rare pendant quatre mois, le réalisateur a posé son regard sur ce couple d’amoureux, déjà parents de deux enfants... Et qui, à travers le ventre maternel, explore pour la première fois les mystères de la gémellité

olivier et sarah Giardella

L

a maison de sarah et d’olivier respire la chaleur des choses simples, ce goût prononcé pour les petits bonheurs et les couleurs câlines. tout a commencé deux jours après sa première échographie, le 10 septembre 2008. en quête de conseils rassurants sur le site «Jumeaux et plus», sarah tombe nez à nez avec l’annonce de nils tavernier qui cherchait le couple de son prochain documentaire. « Dans l’euphorie, j’ai cliqué et écrit : ‘’aujourd’hui je n’ai qu’une certitude, je suis la plus heureuse du monde’’. Je crois que ce petit message me permettait de dire à une personne de plus qu’il y avait deux enfants dans mon ventre ! » elle est ensuite contactée par l’équipe qu’elle renvoie très gentiment... sur les roses, prétextant le manque de temps et une aversion totale pour le petit écran! sur cette réponse intrigante, emmanuel mathieu, l’assistant de nils, l’appelle. une étrange alchimie se produit et, de confidences en questions, c’est au tour de Jésus castro, co-scénariste, de rencontrer ce

couple indomptable mais à la rochelle cette foisci. le feeling passe. nils tavernier qui fait confiance à sa «bande de potes» finit lui aussi par descendre de la capitale. « On avait déjà une vie bien remplie. Je ne savais que deux choses de Nils : qu’il était le réalisateur de l’Odyssée de la vie et que c’était le fils de Bertrand Tavernier. Ma priorité fut de rencontrer l’homme » glisse olivier. après de belles discussions à cœur ouvert et quelques conditions, le tournage débute. sarah en est à son troisième mois de grossesse. nils et son équipe suivent le couple aux échographies, aux préparations à l’accouchement, apprennent même à faire de la barque dans le marais Poitevin, en bref capturent chaque scène de vie, « avec autant de pudeur et de respect que d’empathie » rajoute sarah. « Au septième mois, je n’avais plus le droit de m’occuper de mes enfants. Plus qu’une équipe du tournage, ils se sont joints à nos amis pour faire les courses, aller chercher les enfants à l’école et même

préparer les repas. On a aussi pu compter sur eux dans les moments difficiles. » le 17 mars, jour programmé de l’accouchement, c’est tous ensemble qu’ils se sont présentés à la maternité : sarah, olivier, nils, Jésus, emmanuel, ben et laurent. « Nous en étions à un tel degré d’intimité et de confiance que j’étais préparée à la finalité de l’accouchement avec eux dans la salle. » Quant à olivier, il est le seul en france à être resté 10h d’affilée en salle d’accouchement avec trois hommes devenus, on peut le dire, des potes. « Les sages-femmes ne savaient plus qui était le père », commente-t-il amusé. c’est dans la plus grande émotion que sarah et olivier ont accueilli une fille puis un garçon, Pénélope et roméo, des jumeaux dizygotes : une inattendue surprise qu’ils se sont réservée jusqu’au bout! une histoire aussi fascinante qu’émouvante, de celles qui font encore vibrer la voix de sarah et vous laisse toute chamallow. j

34 La Rochelle - le journal - décembre 2009

Nous, vous, ils
Rodolphe Vincent

Textes : Karen

Delarge photos : Julien Chauvet

Avec son portemine, réinventer le monde
À l’instar de Franquin, Yslaire ou Plantu, Rodolphe Vincent vit lui aussi dans sa bulle. À vingt ans, ce jeune Rochelais, étudiant à Saint-Luc, l’École Supérieure des Arts de Bruxelles, planche déjà sur sa première commande pour la Tour Saint-Nicolas

Bernadette Laurier

Animée par la passion de la danse, Bernadette Laurier ne compte pas son temps auprès des enfants qui suivent ses cours. Voilà bientôt deux ans qu’elle se rend chaque été à Taroudant, petite ville rurale au sud du Maroc. Sa mission ? Distribuer cours, fournitures et vêtements pour récolter des sourires dans des corps sains

Sans frontière

L

e dessin le démange depuis qu’il sait tenir un crayon. Il faut dire aussi que dans sa famille, le talent artistique est un don qui a su traverser les générations. Pendant que sa sœur joue du violon, sa grand-mère apprivoise le piano, son oncle attrape palette et pinceau. Quant à son père, il collectionne les bandes dessinées depuis qu’il est gosse. C’est donc au milieu des Gaston Lagaffe, Astérix, Comics et j’en passe que ce mordu du neuvième art a grandi, en crayonnant sur les blocs-notes de son père des univers graphiques où s’entremêlent rêves et réalité. Et puis l’été dernier, Rodolphe décroche un job saisonnier dans les Tours de La Rochelle. Après une formation et une visite approfondie sur le parcours initiatique des Compagnons du 17e, il accueille, surveille et guide les touristes dans l’enceinte des monuments. Comble de hasard, Jean-Loup Bauduin, administrateur des Tours, cherchait aussi un dessinateur pour interpréter la vingtaine de graffitis qui jalonnent les quatre étages de la Tour Saint-Nicolas. Après un coup d’essai, la commande est passée. « C’est un sujet difficile à illustrer car mystérieusement on ne trouve pas d’archives sur le sujet. Je travaille donc à partir des commentaires de Jean-Loup Bauduin. » Rodolphe y a donc adopté un style qui se rapproche du conte : « Ce que je vais vous raconter est peut-être vrai » chuchote-il, à la manière du veilleur des Rondes de Nuit. Ses dessins nous font l’effet d’une claque visuelle et offrent aux visiteurs une vision décalée, emplie d’implicite, où les couleurs sont subtilement lâchées. « Même si la Bande Dessinée reste mon domaine de prédilection car je la dévore sans fin, je reste fier de cette première exposition. » La suite ? Après sa troisième et dernière année, Rodolphe et son style inimitable comptent bien s’attaquer à un projet personnel, de ceux que l’on vend à une maison d’édition. Rendez-vous dans quelques années au rayon des auteurs indépendants qui font un carton! j

i Bernadette enseigne dans des centres sociaux c’est uniquement par choix. Le milieu associatif et le jeune public font partie de ses leitmotivs quotidiens. « J’ai toujours fait beaucoup de bénévolat avec mon mari. Je crois que ça ne s’explique pas vraiment, c’est une évidence pour nous. » À chacun ses habitudes, une des leurs était de partir tous les ans en vacances au Maroc. « Cette année-là, j’ai vu des enfants qui sniffaient dans la rue, ça m’a fait l’effet d’un électrochoc. » Les mois s’écoulèrent et puis le jour où ses enfants ont quitté le cocon familial, Bernadette a postulé auprès de différentes associations marocaines. Son idée première : apporter un peu d’évasion, de présence et de réconfort aux enfants les plus démunis via la danse. À ce projet se sont jointes Marie, sa fille, étudiante en fac de psychologie, et Alice Joseph, l’une de ses anciennes élèves aujourd’hui institutrice. De contacts en préparatifs, les trois femmes se retrouvent au cœur de l’association Ahli à Taroudant. Au milieu de la cinquantaine d’enfants qui vient chercher de quoi se nourrir deux fois par jour, elles prennent toute la mesure de la misère. Car ici, pendant que les parents partent travailler à la journée dans les fermes alentour, leurs enfants de tout âge, garçons ou filles, se retrouvent exposés à tous les dangers de la rue. Depuis l’été dernier, en plus de leur participation aux activités, elles apportent également vêtements, fournitures scolaires et peluches. Pour emmener le plus de matériel possible, elles font le voyage en voiture, soit un périple de trois jours à leur frais. La journée, à l’étroit dans les locaux de l’association, chacune occupe les enfants à sa manière : danse, chant, peinture, plâtre. Prochaine étape, réunir des fonds pour les emmener respirer l’air frais des montagnes à quelques kilomètres de là... bas. Aussi, si le cœur vous en dit, n’hésitez pas à faire un petit don ou à donner sac à dos, tee-shirts, casquettes, baskets... . j
Rens. Bernadette Laurier, 05 46 44 14 04 http://danse17.free.fr

S

La Rochelle - le journal - décembre 2009

35

© DR