Écoutez
Coefficient de marée à Voir les marées

Le marais de Tasdon, un espace à protéger

Le marais de Tasdon a retrouvé en 2021 ses fonctions écologiques, régulatrices et protectrices, grâce à d’importants travaux de renaturation sur près de 83 hectares. C’est désormais un milieu vivant préservé, qui abrite une faune et une flore très riche.

Afin de protéger les animaux du marais de Tasdon des dangers de la route, une clôture a été posée tout au long de l’avenue Jean-Moulin.

Composée de deux grilles, une petite pour les batraciens et une plus grande pour les mammifères, elle a également pour objectif d’éviter la divagation des moutons qui entretiennent le marais.

La hauteur de la clôture a été pensée afin de permettre aux oiseaux de voler plus haut et ainsi éviter la collision avec les voitures. 

Un site chargé d'histoire

Le marais de Tasdon est situé sur d’anciens marais salants présents depuis le Moyen Âge. Cette ancienne baie maritime a été exploitée jusqu’en 1935 pour son sel puis pour le pâturage des bovins entre 1935 et 1960. En 1962, avec la construction du barrage de la Moulinette, le marais s’est retrouvé déconnecté de la mer.

Dans les années 1970, il a été partiellement remblayé lors de la construction du quartier de Villeneuve-les-Salines.

Le développement de la végétation, la prolifération des espèces invasives et la diminution de la pluviométrie a malheureusement réduit les surfaces en eau, ce qui a impacté directement la faune et la flore.

Maîtriser les mouvements d’eau, pour un marais vivant

Le marais régule les flux d’eaux douces et saumâtres. Certains bassins captent les eaux pluviales à l’Ouest, au plus près du quartier de Tasdon et à l’Est du marais, côté Villeneuve-les-Salines.

D’autres bassins au cœur du marais accueillent des eaux saumâtres, grâce à la connexion retrouvée avec l’océan. Des ouvrages hydrauliques régulent les entrées et sorties d’eau au nord-ouest du marais.

Cette maîtrise de l’eau permet :

  • une fonction protectrice contre les inondations entre la terre et la mer : le marais constitue une zone-tampon entre terre et mer ;
  • une fonction écologique : faune et flore du marais vivent au rythme des saisons et selon la fluctuation des niveaux d’eau ;
  • une fonction régulatrice sur le climat : le marais est un « puits de carbone » qui capte et stocke le CO2. La dimension expérimentale du marais permet de faire avancer les recherches scientifiques sur le rôle des marais sur le climat.

Un refuge de biodiversité animale et végétale

Le marais de Tasdon est un écosystème qui constitue un milieu de vie privilégié pour nombre d’espèces animales et végétales. 

On y trouve 154 espèces d'oiseaux (avocette élégante, échasse blanche, petit gravelot, chevalier cul-blanc, bécassine des marais, grèbes castagneux, tadorne de Belon, etc.), 20 espèces de mammifères (loutre, renard, pipistrelle, etc.), 15 espèces de poissons (dont l’anguille, espèce protégée au niveau européen), 8 espèces de batraciens (rainette méridionale, pélodyte ponctué, triton marbré, etc.), ainsi que plusieurs centaines d'insectes (libellules, papillons, etc.) et quelques reptiles (couleuvre verte et jaune, couleuvre à collier, lézard vert, etc.).

De nombreuses espèces végétales sont également présentes avec notamment quelques espèces rares :

  • Roseaux et tamaris (iris des marais, scirpe maritime, etc.), espèces caractéristiques d’un milieu humide littoral et de prés salés
  • Des variétés d’orchidées (certaines plus communes, sur les plus hautes terres, et d’autres espèces moins connues comme l’Ophrys abeille sur les prairies de fauche et les chemins)
  • L’Œoenanthe de Foucaud (une ombellifère, protégée au niveau européen, qui pousse dans les milieux côtiers comme les estuaires et les marais de l’Atlantique)
  • La Renoncule de Baudot (qui couvre les bassins de ses fleurs blanches au mois d’avril)

63 000

plantes aquatiques ont été replantées sur les berges et îlots du marais et de la Moulinette, pour accélérer la reconquête naturelle par la végétation spontanée.

Un milieu à préserver en respectant quelques règles

Le marais de Tasdon est un espace privilégié pour l’observation de la nature. Le calme est de rigueur. Nous devons participer à sa protection dans le temps, en respectant cet espace et ses aménagements.

Quelques règles à respecter

  • Les piétons doivent rester sur les chemins. 
  • Les vélos et les chiens ne doivent pas entrer dans le marais (les chiens, même pacifiques et tenus en laisse, effraient oiseaux et poussins qui ne savent pas voler).
  • Les cyclistes doivent rester sur les pistes cyclables et chemins aux abords du marais (tous les chemins accessibles aux vélos le long de la Moulinette ou des lac ne sont pas des pistes cyclables, les piétons sont prioritaires). Sur ces pistes, les chiens doivent être tenus en laisse.
  • Il est recommandé aux cyclistes de mettre pied à terre sur les quelques passerelles accessibles à vélo. Les passerelles sont situées pour l’essentiel sur des sentiers interdits aux cycles.
  • Tous les véhicules motorisés, thermiques ou électriques, sont rigoureusement interdits dans et autour du marais.
  • Il est important de respecter les indications de la signalétique sur le site, afin de partager au mieux cet espace entre usagers.
  • L’accès aux îlots est interdit à tous les usagers, y compris aux pêcheurs. Rappel : les lacs de Villeneuve-les-Salines sont des bassins de collecte de l’eau de pluie du quartier, les poissons pêchés ne peuvent pas être consommés pour des raisons sanitaires. La carte de pêche est obligatoire.

Le marais en images

illustration 0
illustration 0 Une avocette élégante et une échasse blanche au marais de Tasdon © Julien Chauvet - Ville de La Rochelle
illustration 1
illustration 1 Cigogne volant au marais de Tasdon © Julien Chauvet - Ville de La Rochelle
illustration 2
illustration 2 Héron au marais de Tasdon © Julien Chauvet - Ville de La Rochelle
illustration 3
illustration 3 Marais de Tasdon © Julien Chauvet - Ville de La Rochelle
illustration 4
illustration 4 Vue depuis l'observatoire du marais de Tasdon © Julien Chauvet - Ville de La Rochelle
illustration 5
illustration 5 Marais de Tasdon © Julien Chauvet - Ville de La Rochelle
illustration 6
illustration 6 Observatoire du marais © Julien Chauvet - Ville de La Rochelle
illustration 7
illustration 7 Passerelle du marais de Tasdon © Julien Chauvet - Ville de La Rochelle
  • Pourquoi une clôture a été installée aux abords du marais de Tasdon ?

    Afin de protéger les animaux du marais de Tasdon des dangers de la route, une clôture a été posée tout au long de l’avenue Jean-Moulin. Composée de deux grilles, une petite pour les batraciens et une plus grande pour les mammifères, elle a également pour objectif d’éviter la divagation des moutons qui entretiennent le marais. La hauteur de la clôture a été pensée afin de permettre aux oiseaux de voler plus haut et ainsi éviter la collision avec les voitures.

    2 passages terrestres à l’intention de la petite faune ont été aménagés lors des travaux de la voirie de l’avenue Jean-Moulin venant compléter 2 passages aquatiques existants qui seront aménagés ultérieurement en passage amphibie.

  • Des loutres sont-elles présentes sur le marais de Tasdon ?

    Cet animal emblématique des zones humides fréquente en effet le site depuis de plusieurs décennies. Par exemple, nous déplorons deux individus mortellement percutés par un véhicule au début en 2000 (pont des salines à Villeneuve -les-Salines) et en 2010 (route nationale 137 au niveau du ruisseau de la Moulinette).

    Sa présence considérée à ce jour comme ponctuelle sur le site, a été démontrées à plusieurs reprises mais pas systématiquement chaque année, à l’aide de traces ou indices : épreintes, relief de repas principalement.

    Il s’agit probablement de jeunes erratiques en quête de territoire issus de la population du marais poitevin atteignant le marais par le corridor biologique du canal de Rompsay/Marans.

    Dans le cadre du projet de restauration du marais des études naturalistes ont été mise en place en 2017 afin que les aménagements projetés ne nuisent pas à la faune et à la flore présentes sur la zone.

    La loutre a été cette année-là détectée à proximité de l’avenue Jean Moulin.

LE SAVIEZ-VOUS ? — INFO RAPPORT DD

Le marais de Tasdon, vecteur d’informations sur les zones humides

Les panneaux d'interprétation du marais de Tasdon sont désormais en place et informent le public sur l’histoire du site, la restauration du cours d'eau, le fonctionnement des marais, la gestion des prairies, le rôle des zones humides pour l’atténuation des inondations et la reproduction de la faune, etc. Des visites guidées sont également proposées par les guides conférenciers de l’Office de tourisme de La Rochelle, ainsi que des visites grand public organisées par la Ville et la LPO lors de week-ends à thème. Des visites scolaires sont assurées toute l’année dans le cadre des activités pédagogiques du Relais-Nature de la Moulinette.

→ En savoir plus dans le rapport DD 2022

Dernière mise à jour : 24 octobre 2022

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Localisation

Réserve naturelle du marais de Tasdon

Avenue Robespierre / Rue des peupliers, La Rochelle

Ouvert en ce moment

Fermé en ce moment