Écoutez
Coefficient de marée à Voir les marées

La Rochelle, territoire zéro carbone

La ville et l’agglomération se sont engagées à faire de La Rochelle le premier territoire français à afficher un bilan « zéro carbone » d’ici 2040.

Le Premier Ministre a annoncé le 13 septembre 2019  “La Rochelle Territoire Zéro Carbone” lauréat de l’appel à projets national “Territoires d’Innovation”. Cette annonce salue la forte mobilisation des 130 partenaires publics et privés engagés dans cet ambitieux projet humain et urbain. Elle confirme également la pertinence d’une démarche qui vise à apporter des réponses concrètes au changement climatique en améliorant la qualité de vie des citoyens. Elle marque enfin un tournant majeur pour le territoire et ses habitants, qui seront les principaux acteurs des changements à venir.

Pourquoi devenir un territoire zéro carbone ?

Le réchauffement climatique est déjà une réalité. On le constate avec la multiplication des tempêtes et des périodes de sécheresse. On l’observe aussi avec le dérèglement des cycles naturels des végétaux. Or, nos émissions de dioxyde de carbone constituent la principale cause de l’augmentation de la température sur la terre. Pour limiter le réchauffement, il faut réduire les émissions de CO2.

Un territoire zéro carbone, c'est quoi ? 

« Zéro carbone » ne veut pas dire « zéro émission », car il n’est pas possible de cesser toute activité dégageant du CO2. Il s’agit en réalité d’afficher un bilan « neutre ». C’est-à-dire un équilibre entre la quantité de dioxyde de carbone qu’on émet, et la capacité de la nature et des hommes à capter et stocker ce CO2.

Comment peut-on réduire la quantité de CO2 rejetée dans l’atmosphère ?

Grâce aux moyens de déplacement non polluants, aux énergies renouvelables, à la rénovation des bâtiments, à la réutilisation des déchets, à la consommation de produits locaux…

Comment le CO2 peut-il être stocké ?

Avec ce qu’on appelle les puits de carbone. Ils peuvent être « verts ». Ce sont par exemple les arbres. Ils peuvent être « bleus ». Il s’agit de l’océan, des marais littoraux. Ils peuvent aussi être artificiels comme par exemple les réseaux de chaleur qui utilisent les déchets pour faire du chauffage.

Que fait-on à La Rochelle pour réduire et compenser les émissions de CO2?

Le territoire rochelais agit depuis longtemps pour préserver l’environnement et maîtriser ses consommations d’énergie. Il y a toutes les initiatives en faveur de la mobilité électrique et du développement du vélo. D’importants progrès ont été faits sur l’éclairage urbain et sur l’isolation des bâtiments publics. Les marais sont protégés pour qu’ils puissent pleinement jouer leur rôle de capteur de CO2. 
La Communauté d’Agglomération et l’Université de La Rochelle ont créé un nouveau quartier baptisé « Atlantech ». Situé à Lagord, c’est un concentré d’innovations pour la transition énergétique.  L’Université s’est elle-même dotée d’un plan d’actions interne pour devenir un campus intelligent et durable. 
Les entreprises du grand port maritime coopèrent afin que les déchets des unes deviennent les ressources des autres. 
L’éco-réseau des entreprises de La Rochelle appelé « Biotop » mène des actions pour réduire, valoriser et réutiliser les matériaux et déchets professionnels. 
Dans le cadre du projet « territoire zéro carbone », les pouvoirs publics locaux et les acteurs socio-économiques travaillent ensemble pour agir sur les postes les plus émetteurs de CO2 sur le territoire. A savoir la mobilité, les déchets et le bâti.

Que pouvons-nous faire en tant que citoyen ?

Nous pouvons tous agir en nous déplaçant autrement qu’en voiture, en améliorant l’isolation de nos logements, en réduisant nos déchets, en mangeant des produits de saison… Les changements d’habitudes sont l’une des clés pour limiter la quantité de CO2 dans l’atmosphère.

Qui est engagé dans le projet « La Rochelle, territoire zéro carbone » ?

Le projet compte cinq partenaires principaux : la Ville et l’Agglomération de La Rochelle, l’Université, Port Atlantique La Rochelle et le parc bas carbone Atlantech. Il associe aussi une trentaine d’organismes publics et privés engagés dans le développement durable. Nous pouvons tous agir, chacun à notre niveau, pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et préserver le climat. Chaque geste individuel, même petit, compte.

Dernière mise à jour : 26 juillet 2019

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?