Écoutez
Coefficient de marée à Voir les marées

Gestion énergétique

Concrètement depuis 2014, La Rochelle a cherché à augmenter la part d’énergies renouvelables tout en diminuant ses consommations. Un engagement militant quand on sait que les énergies propres coûtent plus cher que celles du réseau classique.

-15%

de facture d'énergie en 5 ans

Plus d'énergies renouvelables et moins de consommations

20% des énergies employées par la Ville proviennent d’énergies renouvelables 

  • Réduction de la part gaz au profit du développement des réseaux de chaleur. La couverture de chauffe de Villeneuve-Les-Salines est assurée à plus 70% par des énergies renouvelables (plaquettes forestières bois issues de forêts raisonnées). La chaudière à bois est approvisionnée par des plateformes situées à moins de 100km de La Rochelle ;
  • Achat d’énergie verte à Haute Valeur Environnementale certifiée produite par des installations éoliennes, solaires et hydroliennes régionales ;
  • Développement des toitures photovoltaïques.

Depuis 1990, réduction de 27 % des émissions de gaz à effet de serre liées aux besoins énergétiques 

En production et en achat, près de 20% des énergies employées par la Ville de La Rochelle proviennent d’énergies renouvelables.

Depuis la première labellisation Cit’ergie, en 2013, la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique de la Ville a plus que doublé. Il est désormais proche de 20 %.

  • La Ville a fait le choix d’acheter de l’Énergie VERTE à Haute Valeur Environnementale, produite en local et citoyenne, ayant pour objectif de faire avancer concrètement la transition énergétique ;
  • Par ailleurs, la Ville poursuit ses actions de production d’énergie renouvelable en autoconsommation et pilote un Groupement de commande pour la fourniture et l'installation de panneaux photovoltaïques avec d’autres communes de l’Agglomération ;
  • Suppression totale des chaudières au fioul et réduction importante des consommations de gaz pour le chauffage des bâtiments municipaux (automatisation des installations, isolation thermique, gestion des occupations, etc.) dans les équipements publics ;
  • Mise en place d’une stratégie immobilière avec la rationalisation d’un parc de 38 ha de surface bâti (écoles, bâtis sport, administratifs, culturels, associatifs) et la responsabilisation des usagers..

Baisse de 20 % de la consommation de l'éclairage public

  • Déploiement d’une stratégie lumière par l’achat et le renouvellement de matériel 100% LED pour 13 000 points lumineux et 320 kilomètres de voierie à éclairer ;
  • Réduction de la part électrique à travers un éclairage urbain adapté aux lieux, aux usages et aux nouvelles mobilités : horloge astronomique,gestion au point lumineux par secteur (en fonction des heures creuses), graduation de l’éclairage en fonction du lieu, du passage. Objectif : rendre le territoire plus attractif via un éclairage plus intelligent adapté aux lieux et aux usages ;
  • Extinction de l’éclairage la nuit. La pollution lumineuse touche toutes les espèces nocturnes et représente un gaspillage énergétique considérable. Depuis le 13 mai 2020, les lampadaires de la ville (sauf hyper centre) et ses quartiers restent éteints de minuit à 5h du matin. Les axes structurants (avenue du Général Leclerc, D.Rochereau, Coligny,etc.) et les zones commerciales restent éclairés.

La Rochelle demain : d’autres actions innovantes

La Ville s’est réengagée sur un nouveau plan climat 2018/2021, mutualisé avec la Communauté d'agglomération. Cette démarche s’associe en parallèle à d’autres objectifs comme la gestion d’Énergie en temps réels avec l’acquisition d’outil numérique : des innovations technologiques au service de l’écologie capable de gérer des grands parcs de compteur, de détecter automatiquement des dérives de consommation et d’identifier des plans d’action pour faire des économies d’énergie.

Dans un contexte de dérèglement climatique accru, la Ville cherche déjà à agir sur les effets du réchauffement en travaillant sur d’autres typologies de bâtiments mais aussi de traitement des espaces publics. La tendance sera au revêtement et minerai clair et non plus au goudron dans les cours d’école, les parkings seront enherbés ou poreux, des façades végétales accueilleront des plantes mangeuses de carbone et peu gourmandes en eau, les isolants en fibre de bois ou de coton remplaceront le polystyrène.

Agir pour l’environnement à travers l’énergie

La consommation d’énergie est un des aspects majeurs de notre impact environnemental. En effet, notre consommation augmente or seuls 27% de cette électricité est d’origine renouvelable. 

Parallèlement aux mesures prises par la ville, chacun peut essayer de réduire sa consommation. Cela passe par exemple par le fait d’utiliser les cycles “éco” des électroménagers, favoriser les ampoules LED et les appareils à étiquette énergétique A, ou encore éteindre les appareils complètement plutôt que de les laisser en veille. De nombreuses aides sont également disponibles pour accompagner les particuliers qui souhaitent installer des panneaux solaires, tant au niveau local que national. Les panneaux solaires peuvent avoir de très bons rendements, la température idéale est de 25ºC. L’électricité produite peut alors être consommée ou injectée dans le réseau public, dans les deux cas c’est un peu plus d’énergie verte de disponible.

Dernière mise à jour : 08 juin 2022